éventer

 

définitions

éventer ​​​ verbe transitif

Rafraîchir en agitant l'air. Éventer qqn avec un éventail. —  pronominal S'éventer avec un journal.
vieux Exposer à l'air. —  spécialement Éventer une mèche, une mine. —  locution, au figuré Éventer la mèche*. —  pronominal Perdre son parfum, son goût, au contact de l'air. Le vin s'est éventé. ➙ éventé.
Rendre public, faire connaître. Éventer un complot.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'évente

tu éventes

il évente / elle évente

nous éventons

vous éventez

ils éventent / elles éventent

imparfait

j'éventais

tu éventais

il éventait / elle éventait

nous éventions

vous éventiez

ils éventaient / elles éventaient

passé simple

j'éventai

tu éventas

il éventa / elle éventa

nous éventâmes

vous éventâtes

ils éventèrent / elles éventèrent

futur simple

j'éventerai

tu éventeras

il éventera / elle éventera

nous éventerons

vous éventerez

ils éventeront / elles éventeront

 

synonymes

s'éventer verbe pronominal

s'aérer

s'altérer, tourner

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Et, de minute en minute, vite, à deux mains, les pêcheurs rentraient leur ligne, - rejetant la bête à qui devait l'éventer et l'aplatir.Pierre Loti (1850-1923)
Il fallait donc avancer prudemment, les éventer autant que possible et tourner les obstacles.Albert Robida (1848-1926)
N'a-t-il pas osé me dire que mes ailes de sylphide ne pouvaient plus servir qu'à éventer de la braise sur un fourneau !Eugène Chavette (1827-1902)
Ils laissent éventer pendant une demi-heure, temps suffisant pour préparer le deuxième bain.Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842)
Il n'y a qu'un pareil limier qui ait pu éventer notre trace comme il l'a fait.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
De la sorte le vin, dont le prix est élevé, ne risque jamais de s'éventer, ni de tourner.Joseph Audibert (1854-1921)
Mais les ours, dont l'odorat est doué d'une incomparable subtilité, ont fini par éventer de très loin les émanations des matelots et de leurs chiens.Louis Boussenard (1847-1910)
Là encore, là surtout, il importait d'agir avec prudence, de ne pas se livrer à un truquage grossier, facile à éventer : il fallait que l'objet ait pu être oublié...Maurice Level (1875-1926)
Nous savons où demeure sa margot ; et s'il nous disait quelque chose nous le menacerions d'éventer la mèche.Eugène Sue (1804-1857)
Ils allaient éventer leurs voiles, et fuir au plus vite...Jules Verne (1828-1905)
Dans les grandes chaleurs, il a seulement près de sa personne un eunuque, ou même un de ses enfans pour l'éventer.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Que je dirois de belles choses, si je les savois ; & en bons termes & beaux, si j'osois éventer ma doctrine.François Béroalde de Verville (1556-1626)
A cette nouvelle, les bons ligueurs avaient commencé à sortir de leurs maisons et à éventer sa trace.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Trop fin pour ne pas éventer le piège, il eut dans la voiture cellulaire quelques minutes d'horrible indécision...Émile Gaboriau (1832-1873)
Les dames sont toutes dans le fond, assises en rond, à s'éventer sans rien dire.Alphonse Daudet (1840-1897)
Julien s'épongeait le front avec son mouchoir et essayait de s'éventer en agitant son chapeau.Gustave Toudouze (1847-1904)
Et qu'elle était invraisemblablement maigre, si déliée qu'elle pouvait se ployer jusqu'à éventer de son dos le parquet !Gustave Coquiot (1865-1926)
N'importe, je rends hommage à la délicatesse de votre odorat et de votre palais, qui vous a permis d'éventer le piège auquel d'autres, réputés délicats, s'étaient laissé prendre.Michel Zévaco (1860-1918)
Mais aussi, qu'était un tel secret à éventer pour celui dont l'astuce avait joué depuis vingt ans tous les diplomates européens ?Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
En voulant la serrer de trop près, vous talonneriez, et vous seriez naufragés avant d'avoir pu même éventer le danger.Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice (1844-1897)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « EVENTER » verb. act.

Faire du vent sur quelque chose. Les Indiens ont des gens gagez pour les eventer perpetuellement avec des plumes. Les Dames s'eventent icy en été. Il faut eventer le poisson qui est sur le gril.
 
EVENTER, se dit aussi de ce qu'on purge, de ce qu'on rafraischit en le remuant, en le mettant à l'air. Si on n'evente le bled avec la pelle, si on ne le crible, il se gaste bientost. Dans les temps de contagion on evente souvent tous les meubles, on les met à l'event.
 
EVENTER, signifie aussi, Donner de l'air à quelque chose qui la corrompt, ou qui la destruit. Vous avez laissé eventer ce vin. Les ennemis ont eventé la mine, luy ont donné de l'air, ont empêché son effet. Le fil, la soye, la laine s'eventent à l'air, se corrompent. Les parfums qu'on a laissé eventer ne valent rien. Si on laisse eventer l'esprit de vin, il s'exhale entierement en peu d'heures.
 
On dit aussi, Eventer la veine, pour dire, Faire une legere saignée pour donner de l'air aux humeurs, & eviter la repletion.
 
EVENTER, se dit figurément en choses morales, & signifie, Descouvrir un secret, mettre au jour une chose qu'on vouloit tenir cachée. Cet Ambassadeur a eventé adroitement le dessein des ennemis, il l'a descouvert. Cette conspiration ne reüssira pas, on a eventé la mine.
 
EVENTÉ, ÉE. part. & adj.
Podcasts Relaxez-vous avec Robert : La lettre C Relaxez-vous avec Robert : La lettre C

Calme, conscience et coquillettes vous attendent parmi les mots en C du Grand Robert.

17/02/2020