mordu

 

définitions

mordu ​​​ , mordue ​​​ adjectif et nom

Qui a subi une morsure.
Amoureux. Il est mordu, bien mordu. —  nom familier Mordu(e) de : personne qui a un goût extrême pour (qqch.). C'est une mordue de jazz.
 

synonymes

mordu, mordue adjectif

[familier] amoureux

[familier] passionné

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Plus l'enfant grandissait, plus il devenait méchant : ses parents pensaient que c'était parce que le père avait été mordu par le chien.Emmanuel Cosquin (1841-1919)
À toi qui as mordu la main qui te soutenait, je veux rendre le mal fait...Alexis Bouvier (1836-1892)
Quelques mois avant, dans un accès de frénésie jalouse, elle s'était mordu la lèvre de manière à en emporter un assez gros morceau.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
On n'assiste pas au prologue d'un tel drame sans rester mordu par le besoin d'en connaître le dénouement.Paul Féval (1816-1887)
Les petites mains, les façons polies de ce garçon si triste, qui avait l'air très doux, lui semblaient des friandises auxquelles elle n'avait pas mordu encore.Émile Zola (1840-1902)
Ces fiers hobereaux avaient mordu aux amorces de la duchesse, et après avoir boudé dix-huit ans le gouvernement impérial, c'est à la fin de 1869 qu'ils songeaient à se rallier.Émile Gaboriau (1832-1873)
Les gars en savent vite plus long qu'on ne le souhaiterait... et dès qu'ils ont mordu aux bêtises, ils y prennent goût... tâchez ensuite de leur tenir la bride courte.Georges Eekhoud (1854-1927)
Votre grand scélérat des scélérats de diable rouge m'avait mordu que les larmes m'en vinrent aux yeux et que je pleurai, malheureux !Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Le sarcasme alla droit au cœur du sagamo ; il bondit comme s'il eût été mordu par une vipère.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Des princes, d'illustres barons, d'intrépides chevaliers, avaient mordu la poussière sans que le corps de réserve s'ébranlât pour leur porter secours.Joseph Kervyn de Lettenhove (1817-1891)
Alors, la peur, la hideuse peur qui me tient depuis tant d'années, m'a mordu au cœur et je suis tombé à genoux... et j'ai demandé grâce !...Michel Zévaco (1860-1918)
Je pensai que quelque insecte m'avait mordu pendant mon sommeil, et, comme j'étais écrasée de fatigue, je me couchai et je m'endormis.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Mais un coup d'œil jeté sur le fermier la rassura : il ne savait rien, le vieux s'était mordu la langue.Émile Zola (1840-1902)
La panthère s'était jetée sur lui, l'avait mordu, et n'avait lâché prise que parce qu'une branche était tombée sur elle et l'avait effrayée.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
On dit qu'elle était enragée, une bête féroce, qu'elle avait mordu son geôlier (ce qui pourtant se trouva faux).Jules Michelet (1798-1874)
Charles se promenait indécis, rongeant sa colère, comme un cheval qui ronge son frein, et comprimant de sa main crispée son cœur mordu par le soupçon.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Mordu et saignant, il criait qu'il irait trouver le maire si on ne lui payait pas des dommages-intérêts, une indemnité, la forte somme, quoi !Louis Pergaud (1882-1915)
Ils ne m'ont point pardonné, à moi ; ils m'ont mordu à l'endroit le plus sensible, au cœur de mon cœur.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Je repris, mordu par une vague jalousie, par une colère confuse contre cet homme qui avait trouvé cette femme.Guy de Maupassant (1850-1893)
Et, pour appuyer cette consolante réflexion, il versa un grand verre d'eau- de-vie, en m'exhortant à avaler du poil de la bête qui m'avait mordu.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Afficher toutRéduire
Le dessous des mots À table ! À table !

Le contenu de nos assiettes ne ressemble pas à celui qu’ont connu nos grands-parents. Depuis soixante ans, de nouveaux aliments, de nouvelles habitudes apparaissent et changent imperceptiblement notre quotidien et nos manières de vivre.

Marie-Hélène Drivaud 08/12/2020