oriflamme

 

définitions

oriflamme ​​​ nom féminin

Drapeau, bannière d'apparat.
 

synonymes

oriflamme nom féminin

bannière, banderole, drapeau, enseigne, étendard, [anciennt] flamme, gonfalon, vexille

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On avait remarqué d'ailleurs qu'au moment où le roi fit déployer l'oriflamme, le soleil se leva, après cinq jours d'obscurité et de brouillard.Jules Michelet (1798-1874)
Une oriflamme jaune et rouge battait dans l'air, au bout du mât.Émile Zola (1840-1902)
Je mis l'oriflamme sous une redingote de voyage, large et croisée ; il était peu embarrassant pour la grandeur, mais les franges dont il était entouré le rendaient fort lourd.Louise Fusil (1771?-1848)
Des espaces plus éclaircis laissaient voir l'entrée de presque toutes, ou bien un feuillage somptueux la désignait comme une oriflamme.Marcel Proust (1871-1922)
Elle l'appelait aussi l'oriflamme, parce qu'il était pour elle l'oriflamme, ou, comme elle eût dit aujourd'hui, le drapeau.Anatole France (1844-1924)
Là-bas, avait-il pensé, s'érigeraient, échafaudés hardiment, les monceaux épiques de ses destins : et, sur le trophée, il planterait– oriflamme– son sourire.Louis Dumure (1860-1933)
Il mourrait plutôt que d'abandonner cette oriflamme ; mais, en l'emportant lui-même, s'il est arrêté, il se perdra sans le sauver.Louise Fusil (1771?-1848)
Nos acclamations suivirent longtemps sa nage dans l'azur et le sillage de son oriflamme noire, blanche et rouge.Louis Dumure (1860-1933)
La cloche, pendue au mât de l'oriflamme, sonnait avec persistance, pour qu'on évacuât la piste.Émile Zola (1840-1902)
Fouettée par le vent qui enlevait sa jupe, la jeune fille avait l'air d'une oriflamme.Gabriel-Tristan Franconi (1887-1918)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ORIFLAME » subst. f.

Les Anciens le faisoient masculin. Estendart de l'Abbaye de Saint Denys, qui d'abord estoit pendu sur le tombeau de Saint Denys, & ne servoit que pour l'Abbaye. Il estoit mis entre les mains de son Advoüé, qui estoit le Comte de Vexin, pour deffendre les biens de l'Eglise & du Monastere. C'estoit une espece de labarum, de gonfanon ou de banniere, comme en avoient toutes les autres Eglises, qui estoit fait de rouge & de soye de couleur de feu qu'on nommoit cendal ou saint vermeil, qui avoit trois queuës ou fanons, & estoit entouré de houppes de soye verde.
 
Quelques-uns ont dit qu'elle estoit semée de flammes d'or, d'où elle avoit pris son nom. Elle differoit de la banniere de France, qui estoit d'un velours violet ou bleu celeste à deux endroits, semée de fleurs de lis d'or plus plein que vuide. Elle estoit aussi differente en la forme, parce que celle de France estoit toute quarrée sans aucunes decouppures par le bas, non plus que les autres bannieres ; au lieu que l'Oriflame estoit attachée au bout d'une lance en guise de gonfanon. On ne trouve point que nos Rois se soient servis de cette Oriflame auparavant Louïs VI. qui acquit le Comté de Vexin ; depuis lequel temps nos Rois faisoient benir l'Oriflame, & la levoient de dessus l'autel de St. Denys, lorsqu'ils alloient en quelque expedition de guerre ; & ils la recevoient des mains de l'Abbé, aprés avoir fait leurs devotions à Nostre Dame de Paris & à St. Denys estant à genoux, sans chapperon ni ceinture. Les Comtes de Vexin avoient droit de la porter, comme estant les premiers vassaux de St. Denys, qui pour marque de ce privilege accompagnoient leurs Armoiries de deux Bannieres portées par deux lyons qui estoient les supports de leur Blason. Le Roy la portoit quelquefois luy-même autour de son col sans la desployer. Quelques-uns disent qu'elle fut faite sous Clovïs, les autres sous Dagobert, les autres sous Charlemagne. Les autres la font descendre du ciel, comme Froissart & Gaguin. Elle ne se desployoit jamais en vain, mais seulement contre les Sarrasins & Mescreants. On tient qu'elle disparut à la bataille de Rosbec que le Roy Charles VI. gagna sur les Flamans en l'an 1382. car l'Histoire n'en fait depuis aucune mention. Monstrelet l'appelle Oriflande ou signe Royal. Ce mot vient selon quelques-uns de aurea flammula, à cause des flammes d'or dont ils pretendent qu'elle estoit semée. On l'a appelléé en Latin auriflamma, aurea flamma, oliflamma & oloflamma, Du Cange pretend qu'on a appellé autrefois Oriflame, le principal estendart d'une armée ; que flammula se disoit de toute sorte d'estendarts ; & que cette oriflame fut appelléé aurea, par ce que le baston où elle estoit attachée estoit doré, ou couvert de cuivre doré.
Podcasts Relaxez-vous avec Robert : La lettre B Relaxez-vous avec Robert : La lettre B

Découvrez les bienfaits du bien-être et de la béatitude avec les mots en B du Grand Robert.

20/02/2020