patronage

 

définitions

patronage ​​​ nom masculin

Appui donné par un personnage puissant, un organisme. Gala placé sous le haut patronage d'un ministère. ➙ parrainage. —  Religion Protection d'un saint.
Œuvre qui donne une formation morale à des jeunes, organise leurs loisirs. ➙ foyer. —  péjoratif Un spectacle de patronage, naïf.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La somme est forte ; pourtant si les gouvernements des grandes puissances songeaient à prendre l'entreprise sous leur patronage ou à leur charge, elle ne saurait les arrêter.Michel Chevalier (1806-1879)
Cela donne le droit d'invoquer l'assistance et de demander le patronage de quelques grandes et honorables célébrités féminines.Alexandre Dumas (fils) (1824-1895)
La faculté de tenir un établissement de ce genre était une sorte de privilége exclusif, qui ne pouvait s'exercer qu'au moyen d'un haut patronage.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
En même temps, il profite du patronage qui s'est établi par ces communications pour demander des nouvelles de sa cour, que le dernier courrier a apportées.Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833)
La famille qui lui avait donné ou prêté son nom était digne de ce patronage.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
L'enfant était sous le patronage immédiat de son oncle et de sa tante, qui avait réussi à entrer fort avant dans la confiance et la tendresse de leur neveu.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Plusieurs, se rendant justice à demi et ne se trouvant pas de fortune à lever bannière, se mettent sous le patronage d'un suzerain auquel ils prêtent foi et hommage.Charles de Bernard (1804-1850)
Les bibliothèques populaires libres qui se soumettent à ces conditions bénéficient, au même titre que les bibliothèques communales, du patronage de l'administration.Gabriel Richou (1852-1915)
La mention de son nom dans le titre prouve que son patronage avait dû être adopté depuis longtemps.Paul Sébillot (1843-1918)
Mercédès se voyait déjà, sous ce double patronage, reçue en haut lieu et gardant une auréole favorable à ses projets d'avenir.Hermine Lecomte du Noüy (1854-1915)
L'autorité me contraignit à la révolte ; je subissais mal un patronage, une tutelle bienveillante : l'idée d'une lutte me séduisit.Louis Ulbach (1822-1889)
Eternelle histoire des gouvernements qui doivent périr : ils s'imaginent lier à leur joug, par le patronage, l'idée ou le parti qui sera l'instrument de leur perte !Charles-Henry-Joseph de Batz-Trenquelléon (1835-1914)
La même loi de 1869 supprime tous les droits de patronage, royaux et autres, afférents à la collation des fonctions ecclésiastiques.Aristide Briand (1862-1932)
Sans son patronage, sans la recommandation de son engouement, on n'est ni joué, ni applaudi, ni même lu.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Je ne pouvais me rendre compte d'une si étrange conduite qu'en la supposant le résultat d'une parfaite suffisance se permettant le ton vulgaire du patronage et de la protection.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
C'est elle qui, par les lueurs fausses d'un patronage impuissant, tient ces contrées infortunées sous la fatalité d'un renouvellement éternel des captivités barbares.Jules Michelet (1798-1874)
D'un autre côté en partageant son patronage, il y avait à craindre que le saint n'eût plus de besogne qu'il n'en pouvait faire, et n'étreignît mal pour trop embrasser.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Lancé dans le monde sous le patronage de grandes espérances pécuniaires, notre jeune homme se vit courtisé par les mamans qui avaient des filles à marier.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
On lui a fait comprendre que cette solennité étant placée sous un haut patronage, son absence y serait remarquée, et pour ne pas faire de scandale, il s'est enfin résigné.Hector Berlioz (1803-1869)
Leur patronage ne serait ni moins affectueux ni moins efficace que celui de leurs maris ou de leurs frères.Charles Turgeon (1855-1934)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PATRONAGE » s. m.

Droit qu'un Patron fondateur d'une Eglise, d'un Benefice, s'est reservé en faisant sa fondation. Ce droit consiste à avoir la nomination ou presentation au Benefice par luy fondé, à avoir les droits honorifiques dans l'Eglise, d'estre enterré dans le Chancel, d'avoir des litres & ceintures funebres, &c. Il y a des Patronages Laïques, d'autres Ecclesiastiques. Le Patronage dort, & n'est pas perdu, quand un Patron est hors de la communion de l'Eglise. Le Roy pretend pourvoir aux Abbayes par droit de Patronage.
 
PATRONAGE, est aussi le titre d'un Benefice en plusieurs Dioceses, dont il y a grand nombre d'exemples dans le Pouillé des Benefices.
 
En termes de Blason on appelle Armoiries de Patronage, celles où au haut de l'Escu il y a quelques marques de sujettion & de dependance : comme, Paris porte trois fleurs de lis en chef, pour monstrer sa sujettion au Roy. Les Cardinaux mettent en chef de leurs Armes celles des Papes qui les ont honorez du chapeau, pour faire voir qu'ils sont leurs creatures.
Le mot du jour Démerdentiel Démerdentiel

« — Chez vous la rentrée ça sera en distanciel ou en présentiel ?  — Plutôt en démerdentiel... » (@1HommeAzerty, twitter, 19 août)

Laélia Véron 14/10/2020