rasé

définitions

rasé ​​​ , rasée ​​​ adjectif

Coupé à ras. Poils, cheveux rasés.
Dont le poil est coupé à ras. Crâne rasé. —  (hommes) Être rasé, bien rasé : avoir la figure rasée, la barbe faite. Rasé de près. Lavé et rasé de frais.

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Suivi de près par les lions, le cerf avait rasé la base du rocher sur lequel j'étais debout.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
C'était un petit bonhomme rondelet, très vif, très soigné, très rasé, dont les manières, à la fois doucereuses et cyniques, étaient celles d'un prêtre malin et rigolo.Octave Mirbeau (1848-1917)
Elles arrivèrent alors devant un guichet pareil à celui d'une banque, et derrière lequel se tenait un homme gras, sérieux, rasé, qui avait les lèvres expressives et qui le savait.René Bazin (1853-1932)
Le couvent a disparu, c'est moi qui l'ai rasé, et je me suis emparé de tous ses domaines.Jules Janin (1804-1874)
Ils ont rasé les abricotiers et les ont remplacés par des pavots, car ceux-ci sont faciles à cultiver - ils requièrent une irrigation limitée – et à vendre.Europarl
Les cheveux du commandant semblaient moins gris que le matin ; et le capitaine s'était rasé, ne gardant que sa moustache, qui lui mettait une flamme sous le nez.Guy de Maupassant (1850-1893)
C'était un monsieur grave et bien rasé, vêtu comme un notaire pour une signature de contrat.Émile Gaboriau (1832-1873)
Alors, quand il y aura trois mille ans que je serai claqué, à quoi que ça me servira de m'être rasé à faire des devoirs ?...Alphonse Allais (1854-1905)
Visage banal, rasé, tenue bourgeoise, – avec ce je ne sais quoi qui décèle quand même les attitudes du service.Daniel Lesueur (1854-1921)
Il y vécut solitaire, effacé, enfoui, cachant sa tête, ne sortant pas, rasé dans son trou, sans domestique, servi par sa fille et lui laissant tout faire.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Montréal fut rasé, le tyran chassé ; et comme il n'avait point d'enfans, le mal fut extirpé.Richard de Bury (1730?-1794?)
On avait coupé ses cheveux à la tondeuse, rasé ses moustaches, et en passant ses mains sur son visage, il ne se reconnaissait plus.Maurice Level (1875-1926)
Le pont de son vaisseau avait été complètement rasé par les boulets ennemis, et l'amiral avec deux officiers restaient seuls debout et sans blessure quand il se rendit.Thomas Balch (1821-1877)
Vous voilà assez rasé, assez lavé, et je vous assure que vous êtes cent fois mieux comme ça.George Sand (1804-1876)
Hiver comme été, tous les matins à six heures, il est debout, habillé et rasé.Émile Gaboriau (1832-1873)
Un grand sécot à favoris grisonnants et menton rasé, froid comme un marbre, triste comme la pluie.Eugène Chavette (1827-1902)
Autrefois elles étaient fortifiées ; peu à peu elles ont rasé leurs remparts, et les deux cités se sont réunies.Eugène Loudun (1818-1898)
S'il était rasé et poudré comme tout le monde, on pourrait croire aujourd'hui qu'il n'a jamais été malade.George Sand (1804-1876)
Il avait un visage rasé, d'un blanc de cire, avec de longs cheveux jaunes dont les boucles rares tombaient sur ses épaules.Émile Zola (1840-1902)
Ce jour-là, il posait pour l'homme bien, une rose à la boutonnière, peigné et rasé, se retenant de casser la vaisselle, ainsi qu'il en avait l'habitude.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire