répugner

 

définitions

répugner ​​​ verbe transitif

verbe transitif indirect Répugner à.
littéraire Éprouver de la répugnance pour (qqch.). Répugner à une nourriture. Elle ne répugnait pas à cette perspective, à admettre cette perspective.
Inspirer de la répugnance à (qqn) ; faire horreur. Cette nourriture lui répugne. ➙ dégoûter. Ce type me répugne.
verbe transitif direct rare Dégoûter, rebuter (qqn).
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je répugne

tu répugnes

il répugne / elle répugne

nous répugnons

vous répugnez

ils répugnent / elles répugnent

imparfait

je répugnais

tu répugnais

il répugnait / elle répugnait

nous répugnions

vous répugniez

ils répugnaient / elles répugnaient

passé simple

je répugnai

tu répugnas

il répugna / elle répugna

nous répugnâmes

vous répugnâtes

ils répugnèrent / elles répugnèrent

futur simple

je répugnerai

tu répugneras

il répugnera / elle répugnera

nous répugnerons

vous répugnerez

ils répugneront / elles répugneront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il fallut se résigner, momentanément, ce qui n'est guère dans le tempérament yankee, et tout attendre du hasard, ce qui doit répugner à des esprits éminemment pratiques.Jules Verne (1828-1905)
Tout conspirait pour chagriner son oubli ou répugner à son cœur.Edmond Haraucourt (1856-1941)
Le procédé est trop facile, il devrait répugner aux esprits simplement honnêtes.Émile Zola (1840-1902)
Pour cela même, il devait leur répugner étrangement de se conformer à ses instructions.Émile Gaboriau (1832-1873)
Dans mon repos, tout changement devait me répugner ; je n'attendais rien de favorable, et je pouvais beaucoup craindre.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
A tout civilisé les non-civilisés commencent par répugner.Élie Reclus (1827-1904)
Loin que cette vue paraisse répugner à ceux qui les entourent, on leur donne un verre de genièvre pour les stimuler.Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)
C'est qu'entre toutes les idées qui doivent répugner à l'imagination, il n'en est pas de plus odieuse que celle de la perte de sa personnalité.Émile Gaboriau (1832-1873)
Vu la figure qu'ils doivent se faire s'ils se regardent, ils doivent joliment se répugner à l'heure qu'il est.Eugène Sue (1804-1857)
Le duc devait répugner à contempler sa victime, le poëte à remercier son geôlier.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
L'idée du trépas n'avait rien pour lui répugner.Georges Eekhoud (1854-1927)
Ce n'était pas un intérêt personnel qui me faisait répugner à ce trône de 1830 ; au contraire, j'aurais pu m'y faire de fête, comme on dit en langage vulgaire.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Rien ne lui pouvait répugner davantage que d'être redevable de quoi que ce fût à cet homme.René Boylesve (1867-1926)
Elle était bête comme trente-six mille pots et sale à répugner une paroisse ; mais on se tenait trop entre soi pour lui faire arriver des ennuis.Émile Zola (1840-1902)
Cela peut vous répugner ; mais c'est mon droit, et c'est pour essayer cela que je suis venue.George Sand (1804-1876)
Loin de me répugner, la chair humaine m'attirait invinciblement.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Ils admettent sans répugner, sans douter, tout ce que l'on veut leur conter de plus surprenant.Volney (1757-1820)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « REPUGNER » v. neut.

Estre opposé, contraire, incompatible. On dit en Philosophie, Il n'y a rien qui repugne, qui empesche que telle chose ne soit. Cet Edit passera aisément, il n'y a personne qui y repugne, qui s'y oppose. Ce qui implique contradiction repugne au sens commun. Ce qui repugne à la foy doit être rejetté & condamné.
Le mot du jour Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète

L’emploi des mots de la famille de sauvage pour décrire des problèmes de sécurité fait aujourd’hui polémique. Si le rôle des linguistes et des lexicographes n’est pas de se prononcer ni de porter un jugement, l’analyse des choix lexicaux des personnalités publiques peut être révélatrice des préoccupations de notre époque.

Édouard Trouillez 17/09/2020