sorcier

 

définitions

sorcier ​​​ , sorcière ​​​ nom et adjectif masculin

nom Personne qui pratique une magie de caractère traditionnel, secret et illicite ou dangereux. ➙ magicien. Les sorciers du Moyen Âge. Sorciers et devins.
locution L'apprenti* sorcier. —  Chasse aux sorcières : poursuite systématique d'opposants (spécialement ➙ maccarthysme) ; persécution organisée.
nom féminin familier, péjoratif (Vieille) sorcière : vieille femme laide et méchante.
adjectif masculin locution, familier Ce n'est pas sorcier : ce n'est pas difficile. ➙ malin.
 

synonymes

sorcière nom féminin

magicienne, devineresse, envoûteuse, jeteuse de sorts, enchanteresse, méchante fée (langage des enfants)

mégère, harpie

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Mais le sorcier et la sorcière, ce sera une curieuse fête de voir comment ces deux fagots pétilleront dans la flamme.Jules Michelet (1798-1874)
Il était à la fois médecin, astrologue, chirurgien, et même, au dire des moines les plus ignorants, quelque peu sorcier.Émile Souvestre (1806-1854)
Je serais pour vous plus dangereux qu'utile : on me tolère ici ; mais je suis suspect aux bleus comme paysan et aux paysans comme sorcier.Victor Hugo (1802-1885)
Kit-chi-ou-a-pous se leva d'un bond, son casse-tête à la main, se précipita sur le sorcier et lui fracassa le crâne.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Comme je ne pense pas qu'il soit sorcier, il est sans doute de la maison !Honoré de Balzac (1799-1850)
Si je souffrais à la cheville du pied, passe encore ; mais pour deviner que je souffre là où l'on m'a meurtri, il ne faut pas être sorcier.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
L'humanité vous ordonne de protéger vos sujets en les délivrant de ce sorcier, oua, oua, oua.Édouard Laboulaye (1811-1883)
Mon sorcier était, à coup sûr, à moitié fou ; mais il n'agissait pourtant pas au hasard.George Sand (1804-1876)
Tout sorcier qu'il soit, il ne peut faire que des diamants et des perles deviennent invisibles.Maurice Leblanc (1864-1941)
Lorsqu'une pensée bonne et pieuse passait dans le cerveau d'un homme, la glace ricanait et le sorcier riait de sa prodigieuse invention.Hans Christian Andersen (1805-1875)
Ce garçon-là est un sorcier, et sa chèvre n'est autre que le diable auquel il a vendu son âme.Paul de Musset (1804-1880)
On l'accusa de sorcellerie dans son temps : ce fut bien à tort, sans doute ; sous le rapport du talent d'écrire, du moins, nul ne fut moins sorcier.Auguste Du Roure de Beaumont (1783-1858)
Au moins nous avons été débarrassées de sa compagnie pour le temps que nous avons mis à faire notre visite au sorcier.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Allons, puisqu'il ne m'est même pas possible de conserver mes secrets à moi tout seul, prends-en donc ta part, sorcier que tu es.Gustave Aimard (1818-1883)
Le bruit se répandit même dans la ville, qu'il y avait dans la maison d'arrêt un sorcier qui brisait ses fers en les touchant.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Ils disent que tu es un sorcier qui peut se changer en bête à volonté.Rudyard Kipling (1865-1936), traduction Louis Fabulet (1862-1933) et Robert d'Humières (1868-1915)
Avant d'être berger, sorcier et espion, il avait été garçon de ferme chez mon père.Ernest Capendu (1826-1868)
Cette vision l'épouvanta ; il appela du monde ; mais personne que lui ne voyait le sorcier.Paul Lacroix (1806-1884)
Il brûla comme sorcier un de ces rhétoriciens et, avec lui, des bourgeois riches, des chevaliers même.Jules Michelet (1798-1874)
Ne serait-ce pas une illusion, une tromperie du sorcier, que j'ai vu, cette nuit, dans le champ ?Paul Lacroix (1806-1884)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SORCIER, IERE » s. m. & f.

Magicien, Enchanteur qui a communication avec le Diable, & qui fait plusieurs choses merveilleuses par son secours. On tient que les Sorciers vont au sabbat, qu'ils y sont transportez sur un balay, qu'ils y adorent le Diable, qu'ils ont une marque qui rend la partie insensible. Ceux qui ont écrit de Demonomanie, comme Delrio, Bodin, &c. en racontent mille merveilles, dont la plus-part sont visiblement fabuleuses. On excommunie au prosne les Sorciers & Sorcieres, Devins & Devineresses. Les Anciens ont appellé Sorciers, ceux qui predisoient l'avenir par des Sorts Homeriques, Virgilians, ou par autres divinations semblables. Ce mot vient de Sorciarius, qui se trouve dans les Capitulaires. Menage.
 
SORCIER, se dit aussi en bonne part, de ceux qui gagnent le coeur des autres par quelque bonne qualité qu'ils ont en leur personne. Cette beauté a tant d'attraits, que c'est une aimable Sorciere, Enchanteresse. Circé n'a passé pour grande Sorciere que sur ce principe. Cet homme est si adroit, si prudent, qu'il prevoit, qu'il descouvre les choses les plus cachées, il faut qu'il soit Sorcier.
 
SORCIER, se dit proverbialement en ces phrases. Il est Sorcier comme une vache, pour dire, Il ne fait rien d'extraordinaire. On dit à ceux qui se vantent de faire une chose que plusieurs autres font, qu'il ne faut pas estre grand Sorcier pour cela. On dit aussi par injure à une laide qui est âgée, que c'est une vieille Sorciere.
Drôles d'expressions Avoir la science infuse Avoir la science infuse

Avoir la science infuse : prétendre tout savoir.

Alain Rey 10/06/2020