soufflet

 

définitions

soufflet ​​​ nom masculin

Instrument qui sert à souffler de l'air par le rapprochement de deux tablettes reliées par un assemblage souple.
Partie pliante ou souple entre deux parties rigides. Sac à soufflets. —  Passage articulé entre deux voitures d'un train, d'un autobus.
littéraire Gifle. —  au figuré Insulte grave. ➙ camouflet.
 

synonymes

soufflet nom masculin

affront, humiliation, mortification, offense, outrage, camouflet (littéraire)

[vieux] gifle

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Fanfan voulut démontrer qu'il n'avait pas tort, et ensuite qu'il n'avait pas reçu de soufflet.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Mais l'air qu'elle rejetait par le nez faisait un bruit fort comme celui d'un soufflet.Marguerite Audoux (1863-1937)
Il avait tiré de sa poche une lanterne de fer-blanc dont les replis en toile s'allongeaient comme des feuilles de soufflet qui s'écartent, et y planta sa bougie.Gérard de Nerval (1808-1855)
Bast, le lendemain mademoiselle m'a donné un très-joli soufflet, et cette paire de badines avec lesquelles vous me voyez tisonnant.Honoré de Balzac (1799-1850)
Avec des gestes brusques et prompts elle s'était habillée, recoiffée et voilée ; et comme il voulait la saisir elle lui lança, à toute volée, un soufflet par la figure.Guy de Maupassant (1850-1893)
Un petit soufflet sur la joue, une oreille un peu pincée avec sourire, sera-ce toute la peine de l'incrédule ?Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
On lui avait envoyé les deux hommes les plus endurants du royaume, décidés à sourire à chaque soufflet.Jules Michelet (1798-1874)
Je jette là mon soufflet avec dépit, et je me laisse tomber dans mon vieux fauteuil.Émile Souvestre (1806-1854)
Un jour qu'elle m'apprenait à marquer mes bas, et que je prenais trois mailles au lieu de deux avec mon aiguille, elle m'appliqua un furieux soufflet.George Sand (1804-1876)
Mon camarade a eu le tort de riposter par un soufflet à un propos un peu vif...Fortuné du Boisgobey (1821-1891)
Entre une expression correcte et un tour neuf et hardi, pas la moindre hésitation, la grammaire attrapait son soufflet.Antoine-Joseph Pons (1829-1884)
La corneille se met à allumer le feu et à faire aller le soufflet ; mais elle tombe au milieu du feu et elle y périt.Emmanuel Cosquin (1841-1919)
Dans ma chambre tout animée par les ronflements du soufflet, j'avais retrouvé ma pauvre tête.Émile Zola (1840-1902)
A la lueur du feu qu'activait une enfant sage tirant la chaîne du gros soufflet, des trognes flamandes s'épanouissaient et bavardaient.Paul Adam (1862-1920)
Le charme mélancolique de ce sourire lui venait d'une dent cassée, – chère perle, – par un soufflet de sa mère.Alfred Delvau (1825-1867)
Il tirait péniblement du fond de ses poumons une respiration stridente et rauque comme celle d'un soufflet de forge fatigué.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
C'est affaire à vous de lui donner un soufflet et non à moi ; vous seriez pardonnés et moi fusillé.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Quand une femme vous donne un soufflet, on attrape son bras au vol, et on le tord jusqu'à ce qu'elle reconnaisse qu'elle voulait caresser.Jules Renard (1864-1910)
Je crois qu'en employant un soufflet plus fort, tel que ceux des bouchers, on parviendrait à son but en envoyant la fumée aux points extrêmes de la retraite des taupes.Étienne François Dralet (1754-1844)
Il y a six ans, j'ai reçu un soufflet, et mon ennemi est encore vivant.Prosper Mérimée (1803-1870)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SOUFFLET » subst. masc.

Instrument qui sert à souffler en attirant le vent, & puis en le comprimant pour le faire sortir par un trou étroit avec violence. Un soufflet domestique, un soufflet de Mareschal, un soufflet d'Esmailleur. Les soufflets des forges de fer se meuvent par des moulins. Il y a aussi des pompes qui agissent par le moyen des soufflets. Les soufflets des orgues ont six pieds de long sur quatre de large, dont chacun doit avoir des lunettes de quatre pouces, afin que la soupape s'ouvre aisément. Il y doit avoir aussi une soupape au mufle des soufflets, afin qu'ils n'empruntent point de vent l'un de l'autre.
 
Il y a des soufflets en triangle, qui ne se levent que d'un côté. Il y en a d'autres qu'on nomme à lanterne, qui se levent également de deux costez, & demeurent paralleles à l'ais inferieur, ensorte qu'ils representent une lanterne de papier. Il faut du moins quatre soufflets pour fournir le vent à une orgue de 16. pieds ; & six, quand il y a un positif, chacun chargé d'un poids de 16. livres. Les plis des soufflets se font de plusieurs petits ais de bois fort minces, sur lesquels on cole le cuir.
 
SOUFFLET, est aussi une espece de voiture ou de chaise roulante sur deux rouës, & fort legere, où il n'y a place que pour une ou deux personnes, dont le dessus & le dedans sont de cuirs ou toiles cirées qui se levent & se plient comme un soufflet pendant le beau temps, & qui s'estendent pour deffendre de la pluye.
 
SOUFFLET, est aussi un coup donné du plat de la main sur la jouë. Le soufflet est un des plus grands affronts qu'on puisse faire à un Gentilhomme. Le dementir attire le soufflet. On dit aussi, Il luy a donné un soufflet avec sa pantoufle, avec un livre, pour dire, Il luy a donné sur la jouë. On luy a donné deux soufflets, l'aller, & le venir. Menage derive ce mot de sufflatus, à cause du bruit que fait un soufflet donné.
 
SOUFFLET, se dit figurément de toute autre perte, affront ou dommage qu'on reçoit. On a fait perdre le procés à ce plaideur, c'est un vilain soufflet qu'on luy a donné. On avoit promis une telle fille à ce jeune homme, mais on l'a donnée à une autre, c'est un vilain soufflet qu'il a receu.
 
SOUFFLET, se dit proverbialement en ces phrases. Cela ne vaut pas un clou à soufflet, c'est à dire, est de peu d'importance. On dit qu'un homme a donné un soufflet à Ronsard, pour dire, qu'il a fait une grosse faute contre la Langue, à cause que Ronsard avoir composé une Rhetorique ; comme on dit aussi, que ceux qui font de la fausse monnoye, donnent un soufflet au Roy. On dit aussi quand un habit est retourné, qu'on luy a donné un soufflet. On dit aussi d'un pendu, qu'il a donné un soufflet à une potence.
Le mot du jour Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète

L’emploi des mots de la famille de sauvage pour décrire des problèmes de sécurité fait aujourd’hui polémique. Si le rôle des linguistes et des lexicographes n’est pas de se prononcer ni de porter un jugement, l’analyse des choix lexicaux des personnalités publiques peut être révélatrice des préoccupations de notre époque.

Édouard Trouillez 17/09/2020