mortification

 

définitions

mortification ​​​ nom féminin

Religion Souffrance que s'imposent les croyants pour faire pénitence.
Souffrance d'amour-propre. ➙ humiliation, vexation.
Médecine Nécrose.
Cuisine Faisandage.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je confesse que j'éprouvais un secret plaisir de la mortification qu'elle essuya pour tout salaire de ses services.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Mais là, comme dans tous les autres objets que son cœur s'était proposés, il ne rencontra que le désappointement et la mortification.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Aussi, point n'était besoin de lieux communs, cette peste de nos soirées bourgeoises inventée pour la grande mortification des gens d'esprit.Joseph Marmette (1844-1895)
Chacun secoue ses langes, chacun dénoue sa ceinture, chacun s'empresse de rejeter la vieille enveloppe, comme un cilice de mortification trop longtemps imposé à la crédulité de l'esprit humain.Paul Scudo (1806-1864)
Le sens de ce passage est d'autant plus clair, qu'il fait immédiatement suite à celui où l'auteur mentionne la mortification de certaines parties.Charles Anglada (1806-?)
Toutefois, elles se font jour ; la langue anglaise possède en propre les deux mots expressifs de disappointment et mortification.Jules Michelet (1798-1874)
Je dois accepter cette mortification en expiation de mes fautes passées, quoique je n'en aie jamais commis de ce genre.George Sand (1804-1876)
Elle les mettoit par là dans une si grande confusion, que ce ne leur étoit pas une petite mortification.Victor Cousin (1792-1867)
Et d'abord, par esprit de mortification, il brûla ce qu'il avait adoré ; il rougissait de ses poésies profanes : ceci était dans l'ordre.Joseph Anglade (1868-1930)
Elles étaient engourdies, privées de sentiment, et dans cet état de mortification qui caractérise la gangrène confirmée.Charles Anglada (1806-?)
D'ailleurs, si vous ne voulez pas partager le lit que l'on nous abandonne, vous me donnerez la mortification de vous voir passer la nuit mal à votre aise.Antoine Hamilton (1664-1720), Jacques Cazotte (1719-1792) et Henriette-Julie de Castelnau de Murat (1670-1716)
Vous avez assez de larmes à répandre sans que j'y ajoute le chagrin et la mortification de vous rappeler jamais mon existence, en tant que veuve de votre admirable enfant !George Sand (1804-1876)
Outre une mortification pour l'achèvement du marché intérieur, cela constituerait un gros problème pour l'industrie européenne.Europarl
Il fut convenu que je ne serais avertie de rien, afin de me sauver la mortification d'un refus toujours possible de sa part.George Sand (1804-1876)
C'est seulement pendant sa dernière maladie, lorsqu'on lui ordonna de dire ce qui lui faisait mal, que sa mortification fut dévoilée.Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)
De plus, il ne voyait pas sans mortification, à la tête du ministère, un homme qui affectait de traiter avec lui de puissance à puissance.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Les vertus d'humilité, de simplicité, d'obéissance et de mortification, qui y sont les plus opposées, commencèrent dès lors à la caractériser.Victor Cousin (1792-1867)
L'homme a bien peu de ressources dans soi-même, puisqu'il lui faut une disgrâce ou une mortification pour le rendre plus humain, plus traitable, moins féroce, plus honnête homme.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Malgré qu'elle gardât beaucoup de soins aux travaux du ménage ; – soit qu'ils lui fussent un plaisir, en vérité ; ou plutôt une espèce de mortification, – aujourd'hui, elle y paraissait distraite.Paul-Jean Toulet (1867-1920)
Est-ce dégoût de ces misères, tristesse de voir ses conseils repousses, mortification de n'avoir pu davantage ébranler la monarchie nouvelle qu'il s'était flatté de jeter bas avec sa plume ?Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MORTIFICATION » subst. fem.

Action par laquelle une chose se corrompt, s'altere, se mortifie. Il n'est gueres en usage au propre que dans la Chymie & en Medecine. La mortification des corps se fait par l'humidité, en les laissant à demi pourrir. La mortification des chairs se fait pour les Chirurgiens pour diminuer la douleur de quelque incision ou operation violente. On appelle aussi mortification le changement de la figure exterieure du mixte, & quelquefois même de sa consistance, comme celle qui arrive au mercure, quand on luy oste son mouvement & sa fluidité.
 
MORTIFICATION, se dit figurément en choses morales. La mortification se fait par les jeusnes, les austeritez & les disciplines. La mortification de la chair est necessaire, afin qu'elle ne se revolte point contre la raison. Ce Predicateur a un visage de mortification, il est maigre & descharné.
 
MORTIFICATION, se dit aussi des revers de fortune, des rebuffades & autres afflictions qui arrivent quand on ne les attendoit pas. La cheute de ce favori a esté une grande mortification à toute sa famille. Il a receu une grande mortification par cette reprimende qui luy a esté faite en public. Quand un Predicateur demeure court au milieu de son sermon, c'est une grande mortification pour luy.
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020