vainqueur

 

définitions

vainqueur ​​​ nom et adjectif au féminin vainqueur, (Canada) vainqueure

Personne qui a gagné une bataille, une guerre. —  adjectif Victorieux. Avoir un air vainqueur. ➙ triomphant.
Gagnant. ➙ champion, lauréat.
Personne qui a triomphé (d'une force, d'une difficulté naturelle). Le vainqueur de l'Everest.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ainsi dans cet étrange pays, les victoires, en étendant les points à garder, et en ne produisant qu'un effet moral bientôt oublié, affaiblissaient plutôt qu'elles ne renforçaient le vainqueur.Adolphe Thiers (1797-1877)
Aucun d'eux ne remarqua mon approche : le vaincu ne songeait qu'à se garantir des coups terribles qui pleuvaient sur lui, le vainqueur ne s'occupait que de compléter son triomphe.Mayne Reid (1818-1883), traduction Émile Gigault de La Bédollière (1812-1883)
Barclay lui-même tomba couvert de blessures entre les mains du vainqueur, qui lui montra tous les égards que méritait le courage malheureux.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Le premier, c'est que le vainqueur ne doit pas se venger, car cette attitude a toujours des conséquences négatives.Europarl
Le problème de ces élections est que le vainqueur ait la générosité nécessaire pour trouver une solution de consensus national et que le perdant accepte d'avoir perdu les élections.Europarl
Ils ne furent point sensibles à ces soins, et vomirent contre le vainqueur qui les sacrifiait, des imprécations véhémentes, et fort naturelles.Adolphe Thiers (1797-1877)
Ses enfants ont été brisés dans ses places publiques, et ses riches ont été tirés au sort (par le vainqueur), et liés de chaînes de fer.Volney (1757-1820)
Mugabe est un personnage qui a survécu à deux scrutins qu'il n'a pas gagnés, le vainqueur moral en ayant été l'opposition.Europarl
Ce que nous avons dit, c'est qu'il n'est pas possible de dire qui est le vainqueur.Europarl
Albert, lui, se promenait en vainqueur parmi les jupons, de la même façon qu'il triomphait sur le tapis vert.Louis Dumure (1860-1933)
Car le vainqueur sait bien que dès les élections suivantes, les rôles peuvent se trouver inversés.Europarl
Lacordaire avait été plus complétement et plus définitivement vainqueur qu'il ne s'en était rendu compte dans la fumée de la bataille.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Cardinaux, évêques, prélats, courtisans et nobles romains faits prisonniers, ne se rachetaient que par d'énormes rançons, et en livrant au vainqueur leurs trésors les plus secrets.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
C'était à condition qu'il sortirait vainqueur de la lutte, que les patriotes avaient consenti à lui prêter leur appui ; il était vaincu, ils jugèrent le pacte dissous.Joseph Fouché (1759-1820)
A l'heure où je vous écris, le peuple victorieux n'est pas content parce qu'il pense avec raison que le vaincu voudra être vainqueur demain.René Boylesve (1867-1926)
Il était debout, les bras croisés, sombre, au milieu de cette fête, lui, le fils du vainqueur, autant qu'elle, la fille du vaincu.Georges Ohnet (1848-1918)
Tout ce que le pays avait d'habitants avait fui devant le vainqueur, comme une volée d'oiseaux timides à l'approche du vautour.George Sand (1804-1876)
Les bourgeois offrirent vingt-deux mille livres au vainqueur pour qu'il consentît à ne pas brûler le reste de la ville.André Le Glay (1814-1894)
Cependant je n'avais pas renoncé à mon entreprise, ainsi que vous venez de le voir, et cette fois, c'est moi qui suis vainqueur.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
La ville une fois prise, le château lui-même finit, après quelque résistance, par se rendre au vainqueur.Jean-Baptiste-Joseph Champagnac (1798-1858)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VAINQUEUR » s. m.

Qui surmonte, qui deffait son ennemy, qui le met sous son pouvoir.
 
Je chante le Vainqueur des Vainqueurs de la terre.
 
C'est ainsi que Scuderi commence son Alaric. Les vainqueurs aux Jeux Olympiques recevoient de grands honneurs.
 
VAINQUEUR, se dit figurément en choses morales. Le Sage est toûjours vainqueur de ses passions. Un tel écolier est demeuré vainqueur en ce combat d'esprit. Personne ne peut resister à cet oeuil vainqueur.
 
VAIR s. m. Terme de Blason. C'est une fourrure faite de plusieurs petites pieces d'argent & d'azur à peu prés comme un U de Hollande, ou comme une cloche de melon. Les vairs ont la pointe d'azur opposée à la pointe d'argent, & la base d'argent à celle d'azur. Ce mot vient de varius, selon Nicod.
 
BEFFROY DE VAIR, se dit, quand il n'y a que deux ou trois pieces de vair ; & les anciens Blasonneurs l'ont appellé gros vair ou grand vair : car quand il y en a quatre, c'est ce qu'on appelle proprement vair ; & quand il y en a davantage, menu vair. On tient que les Seigneurs de Coucy ont été les premiers qui ont porté en Armoiries des pannes de vair.
 
MENU VAIR, étoit une espece de panne blanche & bleuë dont les Rois usoient autrefois en France, au lieu de fourrure, dont les manteaux des Presidents à Mortier étoient doublez jusqu'au XV. Siecle, aussi-bien que les robbes des Conseillers de la Cour. Les habits de ceremonie des Herauts d'armes en étoient aussi doublez ; & les femmes de qualité s'en habilloient aussi ; & il étoit deffendu aux ribaudes d'en porter, aussi-bien que des ceintures dorées, des robbes à collet renversé, des queuës & boutonnieres à leurs chapperons, par un arrest de l'an 1420. Cette fourrure étoit faite de la peau d'une espece d'escurieu qu'on nommoit aussi vair, en Latin sciurus, qui étoit blanche pardessous, & colombine pardessus. Les Pelletiers l'appellent à present escurieu de Hollande, ou petit-gris. On la diversifioit en grands ou petits carreaux, qu'on appelloit grand vair, ou petit vair. Cet animal est décrit par Aldroandus en parlant de sciuro vario, qui dit qu'il a le dos d'un gris qui approche assez du bleu, & le dessous du ventre blanc. C'est le même, selon Gesner, que le mus Ponticus d'Aristote & de Pline, que les Latins appellent varus, à cause de la varieté de ses couleurs. Ces deux peaux jointes ensemble font la figure des vairs d'Armoiries, qui sont naturellement d'azur & d'argent. On appelle ces fourrures pannes, à cause qu'elles sont composées de plusieurs pieces ou peaux cousuës ensemble, comme autant de pans ou de paneaux d'un habit. Quelques Anciens les ont nommées peaux vairées. On tient que les robbes vairées étoient l'habit des Gaulois, comme les hermines l'étoient des Armeniens, suivant Julius Pollux.
 
On appelle vair affronté, lors que les vairs ont leurs pointes tendantes au coeur de l'Escu ; & vair appointé ou vair en pal, quand la pointe d'un vair est opposée à la base de l'autre ; & on appelle vair contre vair, lors que les vairs ont le metail opposé au metail, & la couleur opposée à la couleur : ce qui est contraire à la disposition ordinaire du vair.
Drôles d'expressions Être bien, mal luné Être bien, mal luné

Être bien, mal luné : être de bonne, de mauvaise humeur. 

Alain Rey 23/04/2020