vivifiant

 

définitions

vivifiant ​​​ , vivifiante ​​​ adjectif

Qui vivifie. Air vivifiant. ➙ stimulant.
 

synonymes

vivifiant, vivifiante adjectif

stimulant, dopant, excitant, fortifiant, ravigotant, reconstituant, réparateur, revigorant, tonique, [repas] roboratif (littéraire)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Toute cette eau en contenait une quantité considérable et en la décomposant par nos puissantes piles, elle nous eût restitué le fluide vivifiant.Jules Verne (1828-1905)
L'air vivifiant de la montagne et l'habitude du travail colorent fortement les lèvres et les joues.Gérard de Nerval (1808-1855)
Il était là, dans la chaleur, la tête vide, oubliant son mal, et éprouvant un vivifiant bien-être.Georges Ohnet (1848-1918)
Mais il faut, pour que la culture des sciences soit vraiment féconde, un souffle vivifiant, un génie d'invention, un instinct qui tient de celui de l'artiste et du poète.Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Cependant, au coucher du soleil, une légère brise descendit des hauts plateaux des montagnes qui entourent la cité et fit passer sur la ville pâmée un peu d'air vivifiant.Gustave Aimard (1818-1883)
Vous pourrez réfléchir tout à votre aise en respirant l'air vivifiant et pur passant sur les prairies parfumées de trèfle.Arsène Bessette (1873-1921)
Elle avait paru, dans l'air sain et vivifiant des forêts, retrouver un peu d'énergie et de joie.Georges Ohnet (1848-1918)
Vivre à la terre, c'est un repos ; vivre à la mer, c'est un combat, un combat vivifiant pour qui peut le supporter.Jules Michelet (1798-1874)
J'ai levé le voile épais sans lequel, je ne sors plus, et j'ai respiré avec délices l'âpre et vivifiant parfum des grèves.Laure Conan (1845-1924)
Mais comment se fait-il que l'on meure tant que cela, au milieu de ces sources limpides, dans une région où l'air est si vivifiant et si pur ?...Pierre Loti (1850-1923)
Le ciel était serein et brillant, l'air transparent, parfumé de la fraîche senteur des feuilles récemment tombées, et vivifiant pour les sens.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Ils se sentaient revivre et aspiraient avec volupté l'air frais et vivifiant de la nuit.Henry de Graffigny (1863-1934) et Georges Le Faure (1856-1953)
J'admirai donc ce joyeux lever de soleil, si gai, si vivifiant, lorsque j'entendis quelqu'un monter vers la plate-forme.Jules Verne (1828-1905)
J'aspirai avec avidité cet air vivifiant ; j'exposai mon front brûlant à cette brise douce et fraîche.Eugène Sue (1804-1857)
Je ne pouvais habituer mes poumons à respirer en guise d'air vivifiant les flocons de noir de fumée dont l'air est incessamment chargé.Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871)
Ses yeux pouvaient désormais s'ouvrir tout grands à la lumière, et ses poumons aspirer largement cet air vivifiant et salubre.Jules Verne (1828-1905)
Ici le poète, vivifiant la tradition par son génie, a réalisé une véritable résurrection du passé.François Lenormant (1837-1883)
L'air qui ne sent plus la poudre, et que n'agite plus le passage en ouragan des fantasias, est étonnamment tranquille, pur, vivifiant, suave.Pierre Loti (1850-1923)
L'air infect qu'on y respire est vivifiant et calmant, le plus apaisant, le plus doux aux nerfs surexcités que j'aie jamais respiré.Guy de Maupassant (1850-1893)
A intensité égale de soleil, le plus ou moins de vertu du sol fait un air plus ou moins souple et sain, plus ou moins pur et vivifiant.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VIVIFIANT, ANTE » adj.

Qui vivifie. Les Theologiens reconnoissent une grace vivifiante.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020