Top 10 des mots venus de noms de personnes

Top 10 des mots

L’étymologie est un véritable jeu de piste qui réserve bien des surprises. Ainsi, certains mots du vocabulaire français ont pour origine le nom d'une personne ayant bel et bien existé ! Beaucoup d'inventeurs et de chercheurs ont donné leur nom à leur création ou à leur découverte, mais il arrive aussi que le lien entre la personne et la chose soit plus étonnant. Qu'ils doivent leur existence à des grands noms de l'histoire ou à des personnages tombés aux oubliettes, voici dix mots parmi ceux qui ont notre préférence.

10. Calepin

À l'ère numérique, certains préfèrent encore prendre des notes sur un calepin plutôt que sur leur smartphone. Apparu en 1534, calepin désignait alors un dictionnaire : il vient de l'italien calepino, du nom du savant italien Ambrogio Calepino. Ce religieux augustin fut en effet l'auteur de l'imposant dictionnaire latin Cornucopia (« corne d'abondance ») qui connut une très large diffusion dans toute l'Europe. En français, calepin a ensuite désigné un recueil de renseignements, puis a pris au xixe siècle le sens de « petit carnet » que l'on connaît aujourd'hui.

9. Guillotine

Cet instrument de supplice, emblématique de la Révolution française, s'est d'abord appelé louisette, du nom de son inventeur, le docteur Louis. Mais c'est un autre médecin, Joseph Ignace Guillotin, qui en préconisa l'usage en 1789 pour remplacer la décapitation à la hache ou au sabre et ainsi abréger la souffrance physique du condamné. C'est ainsi que la machine fut nommée guillotine, en dépit des protestations de Guillotin, qui ne voulait pas que son nom soit associé au funeste instrument... On le comprend aisément !

8. Charlotte

Porter une charlotte pour se protéger les cheveux ou par mesure d'hygiène, ça n'a rien de rock-and-roll. Pourtant, l'objet doit son nom à celui d'une révolutionnaire, Charlotte Corday. Partisane des Girondins, elle fut célèbre pour avoir assassiné en 1793, d’un coup de couteau dans le cœur, Jean-Paul Marat, l’un des chefs de file des Montagnards, alors que celui-ci prenait tranquillement son bain. Ce n'est qu'au début du XXe siècle que l'on nomma charlotte le chapeau à bord froncé, garni de rubans et de dentelles, que portait souvent la jeune femme. Cette coiffe a disparu mais, par analogie de forme, son nom est devenu celui du bonnet de protection en usage de nos jours.

7. Pilates

Entre les séances d'abdofessiers et de zumba, la plupart des salles de sport proposent des cours de pilates, un ensemble d’exercices visant au renforcement des muscles centraux et au bon équilibre du corps. C'est un Allemand, Joseph Pilates (1883-1967), qui est à l'origine du mot. De constitution fragile, il mit au point sa propre méthode d'activité physique en constatant progressivement les améliorations qu’elle opérait sur son corps. On n'est jamais si bien servi que par soi-même !

6. Sadisme

Dans les œuvres de Sade (1740-1814), certains personnages ont une libido atypique : ils n'obtiennent du plaisir que de manière violente et cruelle. C'est pourquoi le nom du marquis est à l'origine du mot sadisme (et de son dérivé sadique), qui désigna d'abord un mélange de luxure et de cruauté avant d'être adopté en psychiatrie pour nommer une perversion. Dans la langue courante, le sadisme est le plaisir ressenti devant la souffrance des autres. Son pendant, le masochisme, comportement d'une personne qui recherche la douleur et l'humiliation, tire aussi son nom de celui d'un écrivain, l'autrichien Sacher-Masoch (1836-1895), auteur d'une œuvre tout aussi sulfureuse.

5. Poubelle

Peut-être êtes-vous incollable quant au tri des ordures ménagères, mais connaissez-vous l’origine du mot poubelle ? Apparu en 1885, il vient du nom du préfet de la Seine, Eugène Poubelle, qui imposa l’usage de la boîte à ordures d’immeuble par une ordonnance du 15 janvier 1884. Au figuré, le mot a pris des sens péjoratifs et désigne notamment une voiture en très mauvais état : Tu l'avances, ta poubelle ? Fi de cette connotation ! De nos jours, Monsieur Poubelle se réjouirait certainement de la diversification des boîtes à ordures incitant au recyclage.

4. Guillemet

Entre guillemets : voilà une locution bien utile pour indiquer à son interlocuteur qu’on ne prend pas à son compte le mot ou l’expression qu’on emploie. C’est sans doute un certain Guillaume que l’on doit remercier : le nom du signe typographique apparu en 1527 est probablement le diminutif du prénom ou du nom de l’imprimeur qui l’inventa. Quant à la locution que certains ne peuvent pas s’empêcher de mimer avec les doigts, elle n’est apparue qu’au XXe siècle.

3. Draconien

Subir des mesures draconiennes ou suivre un régime draconien, ça n’a rien de réjouissant ! Et pour cause : l’adjectif draconien signifie « excessivement sévère ». Il vient du nom de Dracon, législateur d'Athènes, qui institua dans la cité un code pénal d'une telle sévérité qu'un orateur en dit qu'il avait été écrit avec du sang ! Le nom de ce personnage vient d'ailleurs du grec drakôn, qui signifie « serpent » et qui est aussi à l'origine de dragon et du nom de Dracula... Une famille étymologique plutôt effrayante !

2. Boycotter

C'est bien malgré lui que Charles C. Boycott (1832-1897) fut à l'origine du mot boycotter. En 1880, en Irlande, cet ancien capitaine de l'armée britannique fut chargé par un riche propriétaire terrien de chasser les agriculteurs qui exigeaient une réduction des loyers. En réaction, l'ensemble des travailleurs locaux décida de mettre ces terres en quarantaine, allant jusqu'à sacrifier les récoltes, ce qui causa la ruine de leur propriétaire. Le verbe anglais to boycott fit rapidement son apparition, signifiant « refuser tout échange avec (une personne, une organisation) pour exprimer son désaccord ». Il se répandit par voie de presse et fut immédiatement emprunté par toutes les langues européennes.

1. Silhouette

À l'origine, profil à la silhouette, portrait à la silhouette, puis simplement silhouette désignaient un dessin au trait exécuté en suivant l’ombre projetée par un visage de profil. Une chose est sûre : le mot vient du nom d’Étienne de Silhouette, ministre des Finances sous Louis XV, mais il n'a rien à voir avec son anatomie. Alors, est-ce parce que l'expression à la silhouette signifiait d'abord « à l'économie », en référence aux mesures impopulaires prises par le ministre ? Ou parce que celui-ci aimait lui-même tracer ce genre de profils ? Le mystère reste entier !

 

Pour connaître l’origine étonnante d’autres mots venus de noms de personnes comme barème, machiavélique, pasteuriser ou strass, découvrez les éditions numériques des dictionnaires Le Robert.

 

© Jockermax

Recommandés pour vous

Top 10 des mots