abstinence

 

définitions

abstinence ​​​ nom féminin

Privation de nourriture, de boissons, de certaines activités. Faire abstinence.
Continence sexuelle. ➙ chasteté.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elles révélèrent que toutes deux elles éprouvaient, au sortir de l'ivrognerie morphinique et durant l'abstinence, un irrésistible désir de l'homme.Jean-Louis Dubut de Laforest (1853-1902)
Ces hallucinations le fatiguaient beaucoup ; il redoublait d'abstinence pour les combattre, ne se doutant pas que les jeûnes prolongés en fussent la seule cause.Anatole France (1844-1924)
La réduction des risques est pragmatique et tournée vers la réalité, alors que l'abstinence est un programme moraliste qui ne fonctionne pas.Europarl
La poitrine encore délicate lui prescrivait une abstinence complète, mais ses nerfs, toujours irrités, lui rendaient les privations insupportables.Albert le Roy (1856-1905)
Je puis, ou du moins je pus autrefois, supporter les privations ; – je suis accoutumé à l'abstinence ; – et, quant à la fatigue, je fus jadis un passable voyageur.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Les philosophes ont connu également l'abstinence des anachorètes ou des moines, la sublimité de la vie contemplative, les vertus de la solitude.Charles de Rémusat (1797-1875)
Mais, cette époque de l'année une fois passée, si après une longue abstinence et en proie à une ardente soif, vous cherchez à boire une coupe de pure harmonie ; impossible !Hector Berlioz (1803-1869)
Beaumarchais, comme un joueur excité par l'abstinence, tentera de nouveau avec fureur les chances et la folie des intrigues.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Avec la lumière, agitation plus grande et vie plus courte ; avec l'obscurité, agitation moindre et vie plus longue, l'abstinence étant complète de part et d'autre.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Mais, à quoi bon souffrir toutes les horreurs de l'abstinence, puisque ma guérison ne sera pas bénie par les amours de l'adorée ?Jean-Louis Dubut de Laforest (1853-1902)
La question, pour nous artistes, est de savoir si l'abstinence nous fortifie, ou si elle nous exalte trop, ce qui dégénère en faiblesse.George Sand (1804-1876)
C'est que nous vivons dans l'abstinence et la pauvreté, et les laïques dans la richesse et la dépense.Hippolyte Taine (1828-1893)
Et au moins une partie du peuple cesserait de payer sa part d'impôts en abstinence, en jeûne et en maigreur.Alphonse Karr (1808-1890)
J'avais une faim dévorante qui s'aiguisait encore à la vue de mets succulents ; je dus, malgré ma colère, abandonner mes projets d'abstinence, et je cédai à la tentation.Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871)
Dans une approche proactive, la fidélité conjugale et l'abstinence sont des composantes indispensables de l'information.Europarl
Je me suis débarrassé de mon superflu, au moyen de l'exercice violent et de l'abstinence........................................................... .......................................................................George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Mais tandis qu'il se prive des jouissances les plus grossières des sens, son esprit semble nourri de cette abstinence.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Cependant le devoir restait reconnu, et presque toujours on demandait aux pasteurs des permissions qu'ils refusaient rarement, en ajoutant toutefois la condition de faire quelques aumônes pour remplacer l'abstinence.Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826)
La victoire et la défaite avaient leur action inévitable sur les entrailles du roi ; les jours du carnaval et l'abstinence du carême lui étaient également funestes.Jules Janin (1804-1874)
Le second usage, également destructeur de la population, est l'abstinence rigoureuse à laquelle est condamnée une femme après couches : son mari ne la voit plus de trois ans.Marquis de Sade (1740-1814)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ABSTINENCE » s. f.

Vertu morale par laquelle on s'abstient des choses deffenduës par la Loy, soit que ce soit un precepte essentiel, soit une ceremonie. C'est une espece de la temperance. Le grand jeusne, dit St. Augustin, est l'abstinence des vices. l'Eglise juge convenable aux Ecclesiastiques l'abstinence des femmes : elle a marqué aussi certains jours de jeusne, & d'abstinence. on fait des abstinences par un pur regime de vivre, comme de vin, de salines, &c.
 
ABSTINENCE, signifie quelquefois une simple deffense de manger de la chair. L'Eglise ordonne simplement l'abstinence le jour de St. Marc, & non pas le jeusne. les mercredis sont des jours d'abstinence chez plusieurs Religieux. les devots font aussi des abstinences & des macerations volontaires.
Le mot du jour Vacances Vacances

Les vacances correspondent à une période où il est loisible de vaquer à ses occupations. Scolaires, elles vident les écoles de leurs élèves, les laissant tout à leur joie d’habiter des étendues de liberté. Les vacances sont, par définition, vacantes, soit vides et libres, propices aux petits et aux grands riens qui font tout.

Aurore Vincenti 17/02/2020