ahurissement

 

définitions

ahurissement ​​​ nom masculin

État d'une personne ahurie.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je n'ai jamais éprouvé cela, je constate en moi un vague regret de rien, un peu de malaise moral et d'ahurissement devant ce mal inconnu.Hermine Lecomte du Noüy (1854-1915)
Elle eut quelque peine à l'éveiller, et, lorsqu'il eut les yeux ouverts, à le tirer de son ahurissement.Daniel Lesueur (1854-1921)
Mareuil le considérait avec un ahurissement qu'il ne cherchait pas à dissimuler, un ahurissement où se mêlait aussi quelque pitié, car il était bon.Jules de Gastyne (1847-1920)
La pauvre servante, à peine remise de sa frayeur de la veille, vivait dans un état d'ahurissement perpétuel.Albert Robida (1848-1926)
Son étonnement se changea en ahurissement, lorsqu'il vit des messieurs, laissant à leurs femmes et à leurs filles le vin, boire à pleines gorgées du whisky pendant leurs repas.Edmond Lepelletier (1846-1913)
Il demeura béant, stupide, écrasé, et ses yeux eurent une telle expression d'ahurissement, que l'autre éclata de rire.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il est tout à fait à son aise maintenant, et il lâche les brides à ses plus joyeux paradoxes que les convives écoutent gravement, avec un rien d'ahurissement.Alphonse Allais (1854-1905)
Quant aux délégués européens, ils étaient simplement abasourdis, aplatis, annihilés, et ils restaient bouche close, au dernier degré de l'ahurissement.Jules Verne (1828-1905)
Et il resta quelques instants, bouche béante, en regardant avec ahurissement le jeune homme immobile devant lui.Charles Durand (1863-1907)
Il faut que je le tienne dans un état perpétuel d'ahurissement ; autrement, il deviendrait, lui aussi, un rival.Willem Geertrudus Cornelis Byvanck (1848-1925)
Comprenez-vous qu'au moment même où je cherche à mettre mes impressions en ordre, il m'en reste encore quelque ahurissement ?Jules Lemaître (1853-1914)
Puis, il eut un petit hoquet, il s'en alla dans son ahurissement d'enfant, tel qu'un pauvre être borné, un insecte joyeux, écrasé sous la nécessité de l'énorme et impassible nature.Émile Zola (1840-1902)
Pistache fut atterré par cette déclaration ; il bafouillait des mots sans suite, ne savait quelle contenance tenir, était enfin dans un état de complet ahurissement.Jules Moinaux (1815-1895)
Machinalement, il avait levé la tête, regardé ces gens dont l'ahurissement le faisait sourire, en le réconfortant par cette pensée qu'il y aurait toujours, dans les départements, des actionnaires.Émile Zola (1840-1902)
Le général sort brusquement de sa rêverie, regarde autour de lui avec ahurissement ; il grognonne, tousse, et prend le parti de m'adresser la parole.Georges Darien (1862-1921)
Beauvivier, lui-même, qui avait pourtant lu l'article, mais qui ne le reconnaissait plus, débité de cette façon, eut quelque peine à revenir de son ahurissement.Léon Bloy (1846-1917)
Ceux-ci sont chastes comme des bœufs, et, comme ces grosses bêtes, regardent le monde avec ahurissement.Jules Renard (1864-1910)
Les premières heures avaient roulé dans un ahurissement stupide, dans une contemplation physique et inconsciente des choses.Edmond Haraucourt (1856-1941)
C'était le plus délicieux spectacle de l'ahurissement, produit par l'amour, chez un jeune homme distrait.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Je regardais la compagnie avec ahurissement, mais, à mon grand étonnement, personne ne bougea et il sembla qu'il ne se fût rien passé.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Afficher toutRéduire
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020