cabaret

 

définitions

cabaret ​​​ nom masculin

vieilli Établissement où l'on sert des boissons. ➙ café, estaminet.
Établissement où l'on présente un spectacle et où les clients peuvent consommer des boissons, souper, danser. ➙ boîte de nuit, café-concert.
 

synonymes

cabaret nom masculin

café-concert, music-hall, café chantant (vieux)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Avant d'arriver au bureau de poste, il faut passer devant le cabaret dont il a été question.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Et quand la police, à onze heures, ferma le cabaret, tout le monde pleurait des larmes de genièvre sur la déchéance de la navigation à voiles.Alphonse Allais (1854-1905)
A ce moment, la porte du cabaret s'entr'ouvrit, et une tête maigre, glabre, ignoble, se glissa dans l'entrebâillement.Jules Lermina (1839-1915)
Brutus était l'une des meilleures pratiques du cabaret ; aussi, lorsqu'il frappa à la porte d'une façon particulière, cette porte s'ouvrit-elle aussitôt.Ernest Capendu (1826-1868)
Et l'inconnu regardait devant lui, et il apercevait, dans un coin de la prairie, un petit cabaret rustique tout entouré de roses.Robert Louis Stevenson (1850-1894), traduction Téodor de Wyzewa (1862-1917)
Ils se plaçaient dans la salle basse d'un cabaret, qui avait à sa porte des filets noirs suspendus.Gustave Flaubert (1821-1880)
Son œil était morne, éteint, presque stupide ; sa prononciation accentuée devenait ignoble en s'adressant au garçon de café, en parlant de jeu, de cabaret et de filles.Albert le Roy (1856-1905)
Kit refusa d'abord, puis il consentit, et ils se rendirent ensemble au cabaret le plus proche.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Je suis si dégoûté de l'autre, que je soupire presque pour une partie dans un cabaret à cidre, ou une expédition sur un sloop de contrebandier.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Nous cherchons une hôtellerie ; on nous conduit d'abord dans un cabaret, ensuite dans une étable ; enfin nous trouvons la bonne auberge où l'on nous offre trois lits pour six.Théodore Aynard (1812-1902)
Oui, j'ai été bien heureux devant cette table de cabaret, assis sur les fûts vides !Jules Vallès (1832-1885)
Deux magiciens, étant venus loger dans un cabaret pour y voler, demandèrent à passer la nuit auprès du feu, ce qu'ils obtinrent.Paul Lacroix (1806-1884)
Ils étaient tous ivres, endormis dans leur lit ou au cabaret, incapables de se mouvoir.George Sand (1804-1876)
Par fournées et à pleine porte, on entre là, mes frères, comme le dimanche vous entrez au cabaret.Alphonse Daudet (1840-1897)
Nous causerons tout aussi bien dehors, et, quant à dîner, nous nous contenterons de la cuisine du premier cabaret.Michel Zévaco (1860-1918)
La plus belle maison du village est un grand cabaret, toujours plein le dimanche, et où les gens de la ville vont quelquefois dîner comme les gens de la campagne.Alfred Assollant (1827-1886)
Ne fait-il pas un plus digne usage de son temps que s'il le passait au cabaret ?Eugène Sue (1804-1857)
Toujours est-il qu'à quelque temps de là, un autre mari ridicule et sans progéniture le défia, au cabaret, entre quatre bolées, de renouveler l'exploit à son bénéfice.Émile Bergerat (1845-1923)
Mettez la moitié de la gageure en vin ; emmenons ces seigneurs au cabaret, et je prends tout sur mon dos.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Pour tomber dans cette disgrâce de l'opinion, il suffit de trois choses : être pauvre, avoir du chagrin, et rencontrer un de ses créanciers le jour où l'on sort du cabaret.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CABARET » s. m.

Lieu où on vend du vin en detail. On confond aujourd'huy ce mot avec taverne : neantmoins ils sont fort differents, en ce que le cabaret est le lieu où on donne seulement du vin à pot par un trou pratiqué dans un treillis de bois qui y sert d'enseigne, sans qu'il soit permis d'asseoir, ni de mettre la nappe. On l'appelle pour cela à huis coupé, & pot renversé, parce que l'hoste est obligé de renverser le pot si-tost qu'il a vendu le vin. Au lieu qu'à la taverne on vend le vin par assiette, & on y appreste à manger. Il faut fuir ces débauchés qui ne hantent que le cabaret. le vin du cabaret est presque toûjours frelaté, & fait mal à la tête. Menage croit que ce mot vient de caparetum, qui a été fait du Grec kapi, qui signifie lieu où l'on mange.
 
On appelle un cabaret borgne, un méchant cabaret qui n'est frequenté que par de pauvres gens, qui est obscur, mal propre, & mal servi.
 
CABARET, en termes de Medecine, est une espece de nard sauvage. Voyez sa description à Nard.
 
On dit proverbialement, qu'il y a du vin au cabaret à tous prix, pour dire, qu'il faut faire difference entre les choses, & qu'il y en a de diverse valeur. On dit aussi, qu'un homme fait de sa maison un cabaret, pour dire, que tout le monde est bien venu à boire & à manger chez luy.
Les mots du bitume Grailler Grailler

v. 1. Manger. 2. Dans la locution « ça graille » : c’est super, ça déchire.

Dérivés : graille, graillance.

Aurore Vincenti 11/05/2020