coude

 

définitions

coude ​​​ nom masculin

Partie extérieure du bras, à l'endroit où il se plie. Le coude et la saignée du bras. S'appuyer sur le coude. ➙ s'accouder. Donner un coup de coude à qqn pour l'avertir.
locution Lever le coude, boire beaucoup. L'huile de coude, l'énergie physique (pour frotter, etc.). Garder un dossier sous le coude, en attente. Travailler coude à coude, côte à côte (➙ coudoyer); de manière très proche, solidairement. Jouer des coudes, pour se frayer un passage à travers une foule ; au figuré manœuvrer aux dépens des autres pour parvenir à ses fins. Se tenir, se serrer les coudes, s'entraider.
Partie de la manche d'un vêtement qui recouvre le coude. Veste trouée aux coudes.
Zoologie Articulation entre l'humérus et le radius du membre antérieur des onguligrades.
Angle saillant. Les coudes d'une rivière. ➙ détour, méandre.
Tuyauterie formant un angle.

coudé ​​​ , coudée ​​​ adjectif

Qui présente un coude (II). Tuyau coudé.
 

synonymes

coude nom masculin

angle, saillie

courbe, tournant, virage

méandre, détour, sinuosité

se serrer les coudes

s'entraider

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « coude »

Les chevaux partirent, et, un moment après, un coude du chemin lui cacha la maison et la mer.Amédée Achard (1814-1875)
On se couchait sur le côté gauche, appuyé sur le coude ; et ordinairement le même lit recevait trois personnes.Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826)
La baigneuse enterrée se met sur son coude, et, dans les flots, une autre baigneuse reste immobile, droite, vainement heurtée par la vague, naïade inquiète.Jules Renard (1864-1910)
Il ouvrit les yeux, se souleva sur son coude et son regard farouche erra autour de lui.Alexis Bouvier (1836-1892)
Comme princesse des domaines de son père, une semblable plaque d'or roulée au-dessus de son coude-pied annonçait son haut rang.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Tout était noir, et il se mit sur son coude pour tâcher de distinguer sa fenêtre qui l'attirait toujours, invinciblement.Guy de Maupassant (1850-1893)
Le chemin fit encore un coude, et le village, le vrai village cherché, se présenta magnifiquement éclairé, sous nos pieds.George Sand (1804-1876)
Il se leva sur son coude et regarda la dame sur les joues de laquelle il vit la pâleur lutter avec la pourpre quand elle essaya de prononcer quelques mots.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Il aperçut son fils qui, un coude sur le genou, le menton dans la main, paraissait absorbé dans quelque pénible réflexion.Michel Zévaco (1860-1918)
Tour à tour cambrée ou retombante, un coude relevé sur les coussins, elle saisit le coin d'un oreiller, s'y cramponne comme une moribonde et suffoque, la tête en arrière.Pierre Louÿs (1870-1925)
Elle avait le coude sur le genou et le menton dans sa main, et elle balançait son pied d'un air d'indifférence.Victor Hugo (1802-1885)
Anzoleto était près d'elle ; il effleurait son vêtement, il pressait avec des mouvements convulsifs son coude contre son coude, son pied contre son pied.George Sand (1804-1876)
L'un s'appuie sur son coude pour mieux sommeiller ; l'autre, sur un coussin bien mou, cherche à fermer ses paupières ; un troisième penche sa tête sur ses genoux.Charles de Rémusat (1797-1875)
A ses côtés, le coude sur la table, se tient une femme d'un certain âge, aux beaux traits un peu sauvages, une sorte de médaille de gitana.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Coude contre coude, ses frères se tenaient debout autour d'elle, mais il n'y avait de place que pour eux et pour elle.Hans Christian Andersen (1805-1875)
Bouletord se jeta sur lui, mais le sergent gagna le coude du mur et disparut dans les ténèbres.Amédée Achard (1814-1875)
Ils avaient placé de l'artillerie qui tirait à l'angle, c'est-à-dire au coude, en même temps qu'ils nous canonnaient sur les deux côtés de l'angle.Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833)
Mais ses complices, étonnés, disons plus, dégoûtés de ses hésitations, commençaient à se pousser du coude et à ricaner en le regardant.Jules Lermina (1839-1915)
Je les aurais bien pincées au-dessus du coude, pour voir si elles étaient réellement des femmes vivantes et non des mirages ou des machines.Émile Blémont (1839-1927)
Je vous aurais touché avec mon coude dont vous avez droit de ne pas vouloir, je vous aurais filouté vos poignées de main !Victor Hugo (1802-1885)
Afficher toutRéduire

Exemples de « coudé »

Le thermomètre coudé, adapté à la cuve, dont le réservoir baigne dans le moût, n'accuse que 15 degrés seulement ; la fermentation ne s'est point encore établie.Joseph Audibert (1854-1921)
Au dehors, un boudin coudé encadrait chacune des baies.Eugène Lefèvre-Pontalis (1862-1923)
Un couloir coudé, éclairé par une archère, conduit à des latrines dont la fosse, très profonde, se compose d'un puits rond surmonté d'un puits carré.Eugène Lefèvre-Pontalis (1862-1923)
A gauche, un long couloir coudé conduit à des latrines, éclairées par une archère, suivant une disposition qui n'existe pas dans les autres tours.Eugène Lefèvre-Pontalis (1862-1923)
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COUDÉ, ÉE » adj.

Qui est ployé, qui fait un angle, un coude. Il y a beaucoup d'outils qui sont coudez.

Définition de « COUDE » s. m.

L'angle exterieur qui se fait par le ply du bras, & le point où s'inclinent les deux os qui le composent. Les Medecins l'appellent ancon, mot Grec signifiant angle ; & l'appliquent particulierement aux apophyses des os qui forment ce ply. Je luy ay donné un coup de coude pour luy faire signe. Son pourpoint est percé par le coude.
 
COUDE, en termes de Manege, est une jointure au train de devant du cheval, qui assemble le bout de l'espaule avec l'extremité du bras. Ce mot vient de cubitus Latin.
 
COUDE, signifie aussi un angle fort obtus que fait une muraille, un chemin, & qui l'éloigne un peu de la ligne droite. Vous avez enjambé sur mon heritage par le moyen d'un coude que vous avez fait en rebastissant nôtre mur mitoyen.
 
COUDE, se dit aussi chez les Artisans de ce qui fait un angle ou un retour, soit par lignes droites, soit par lignes courbes. Ainsi on dit le coude d'une équerre, d'un valet de menuiserie, de la branche d'un mors de cheval, & en plusieurs autres occasions.
Les mots du bitume Miskine, Miskina Miskine, Miskina

n. et adj. : « pauvre, faible »

16/02/2020