déférence

définitions

déférence ​​​ nom féminin

Considération très respectueuse que l'on témoigne à qqn. Traiter qqn avec déférence.

synonymes

déférence nom féminin

considération, égards, estime, respect

[excessive] bassesse, obséquiosité, servilité

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Mon silence sera indulgence ou respect, oubli ou déférence, je n'ai pas à m'expliquer sur ces causes.Albert le Roy (1856-1905)
Pour toutes ces raisons, ils lisent avec plus de patience, partant avec plus de déférence que nous.Charles Dejob (1847-1916)
Des habitués du quartier avaient envahi les tables voisines, et ces bourgeois jetaient sur le coin des artistes des regards obliques, où le dédain se mêlait à une déférence inquiète.Émile Zola (1840-1902)
Le roi et la reine se montrent sensibles à ces marques de déférence si françaises.Jules Verne (1828-1905)
Ils discutaient pour la dernière fois ; mais, en ce moment tragique, c'était pour se rendre un mutuel hommage et se témoigner une déférence réciproque.Vicente Blasco Ibáñez (1867-1928), traduction Georges Hérelle (1848-1935)
Prenez garde, vous avez les passions vives ; vous n'avez pas encore suffisamment appris la déférence aux opinions d'autrui.Marie d'Agoult (1805-1876)
Un laquais vint lui ouvrir aussitôt et, sur quelques mots que le mendiant lui dit à l'oreille, il s'inclina avec déférence, ouvrit une porte et s'effaça.Michel Zévaco (1860-1918)
Le bosseman du vaisseau, qui était jaloux des réelles qualités de cet homme, qui était froissé de la déférence qu'on lui témoignait habituellement, le fit punir sans pitié.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Vous me permettrez de vous dire avec beaucoup de déférence que je la trouve un peu vague.Europarl
Mon attention, quand je suis avec quelqu'un, est de deviner ses idées et, par excès de déférence, de les lui servir anticipées.Ernest Renan (1823-1892)
Ils ne s'étaient pas attendus à les voir devenir si sérieux ; une sorte de frayeur respectueuse s'était emparée d'eux, et ils écoutèrent avec déférence.Jean de la Brète (1858-1945)
En notre étude de la théorie mystique, si parfois des mots scandalisaient mon amie, je les interprétais à son intelligence avec toute la déférence due aux textes des grands saints.Remy de Gourmont (1858-1915)
Mais, entendez-moi bien, nous sommes tous pleins de déférence pour la presse honnête, qui est la grande voix de l'opinion publique.Émile Zola (1840-1902)
Je me suis adressée à quelques détenues de son dortoir pour savoir la cause de la déférence qu'elles lui témoignaient.Eugène Sue (1804-1857)
On se rangea avec une sorte de déférence sur leur passage, pour les laisser approcher du feu.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Je me sens touché, non de sa déférence, je sais celle que je lui dois, mais de l'amitié qu'il m'a témoignée, jusques à s'oublier en ma faveur.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Veuillez donc nous conserver des dispositions de déférence auxquelles je ne vous cache pas que nous ferons probablement appel...Octave Feuillet (1821-1890)
Pardaillan le regarda un instant droit dans les yeux et s'inclinant avec une certaine déférence.Michel Zévaco (1860-1918)
Elle l'avait toujours fait, autant que je puis m'en souvenir, de sorte que c'était toujours avec une sensation de profonde déférence que j'entendais prononcer ce nom-là.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Cependant ils lui témoignaient les plus grands égards, et il y répondait par de grandes marques de déférence.Adolphe Thiers (1797-1877)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEFERENCE » s. f.

Respect, soûmission. Les grandes deferences & soûmissions gagnent le coeur des plus superbes.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020