dévotion

 

définitions

dévotion ​​​ nom féminin

Attachement sincère et fervent à une religion (en général monothéiste ; souvent la religion chrétienne) et à ses pratiques. ➙ piété. Être plein de dévotion. —  péjoratif Être confit* en dévotion.
Faire ses dévotions : remplir ses devoirs religieux.
Culte. La dévotion à la Vierge.
au figuré Attachement, dévouement. Il a une véritable dévotion pour sa sœur. ➙ adoration, vénération. —  Être à la dévotion de qqn, lui être tout dévoué.
 

synonymes

dévotion nom féminin

piété, ferveur, religion, zèle (littéraire ou vieilli)

adoration, culte, passion, vénération

fausse dévotion

bigoterie, bondieuserie, pharisaïsme, tartuferie, cafardise (vieux), cagoterie (vieux), papelardise (vieux)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le monde vous accuse de froideur et de dévotion outrée, moi seul je vous juge et je vous connais.George Sand (1804-1876)
Mais ce rideau de dévotion, tiré devant un manque absolu de foi, ne put tromper les malins.Antoine-Joseph Pons (1829-1884)
Ces juges intègres reconnurent n'avoir trouvé en elle, après une sérieuse enquête, que « bien, humilité, virginité, dévotion, honnêteté, simplesse ».Lucie Des Ages (1845-1914)
Il pouvait se croire transporté à huit ou neuf siècles en arrière, aux époques de grande dévotion publique, quand on pensait la fin du monde prochaine.Émile Zola (1840-1902)
En vérité, je préfère voir un regard impudique, que les yeux battus de leur honte et de leur dévotion.Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Cette dévotion nouvelle ou renouvelée des flagellants fut spontanée ; le pape ne l'avait pas indiquée, et même il la condamna sans que le peuple y fût moins obstiné.Émile Vincens (1764-1850)
Son père, bourgeois parisien, ne lui ayant imposé aucun principe de dévotion, elle avait pratiqué avec nonchalance jusqu'à son mariage.Guy de Maupassant (1850-1893)
C'est un léger souffle, de l'amour, du vin, de l'ambition ; de la guerre, de la dévotion, de la poussière, – un nom peut-être.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Tout est fermé, magasins et public-house ; la foule qui circule dans les rues est silencieuse et recueillie, sinon par dévotion, au moins par habitude.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Je n'ai jamais pu croire à la sincérité de sa dévotion et voici sur quoi se fonde mon incrédulité.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Ce qui m'a paru frappant et nouveau pendant la visite que j'ai faite à celui-ci, c'est la dévotion de mon guide, le prince ***.Astolphe de Custine (1790-1857)
Qu'il vous suffise de savoir que si je suis ici, et non dans l'enfer, où la dévotion voulait m'envoyer, je le dois à cette fille.George Sand (1804-1876)
Il tâchait cependant de s'exciter à la dévotion, de s'élancer dans l'espoir d'une vie future où il la reverrait.Gustave Flaubert (1821-1880)
Lui si doux, si faible, d'une dévotion d'enfant, d'une ignorance de « grosse bête » comme elle disait, en dehors de ses travaux techniques !Émile Zola (1840-1902)
Autrement la dévotion s'en fut emparée comme partout ailleurs, pour y établir des pèlerinages et y poser, tout au moins, une image bénite.George Sand (1804-1876)
Il reçut ensuite du roi plusieurs commandes, tant de sujets de dévotion, que de compositions tirées de la mythologie, ou, comme on les appelait alors, des poésies.Antoine Dumesnil (1805-1891)
Heureusement le jargon de la dévotion a plus d'un rapport avec celui de l'amour humain.Jules Lemaître (1853-1914)
Durant ce séjour, il satisfit de temps en temps sa dévotion par la visite d'une partie des saints lieux où il pouvait aller, sans s'exposer à un péril évident.Richard de Bury (1730?-1794?)
Le temps, la douceur d'un foyer de famille, les tendres baumes de la dévotion ont cicatrisé des blessures autrement profondes et douloureuses.Paul-Jean Toulet (1867-1920)
Cette dévotion ardente, dont vous redoutiez l'excès, a semblé faire place à une régularité de conduite et de pratiques tout à fait convenables à un homme du monde.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEVOTION » s. f.

Culte de Dieu avec ardeur & sincerité. La vraye devotion est la premiere des vertus. Un tableau de devotion est une peinture de quelque chose sainte & pieuse. La Devotion aisée est un Livre du Reverend Pere le Moine Jesuïte. Cette femme est dans la haute devotion, dans la grande pieté. On dit d'un homme, que la devotion ne l'incommode gueres, pour dire, qu'il est libertin.
 
DEVOTION, se dit aussi d'un culte ou ceremonie particuliere. Les bons Chrêtiens ont une devotion particuliere à la Vierge. Il y a une devotion à un tel Saint, à une telle Eglise un tel jour, une devotion au Calvaire, au Rosaire, au Scapulaire. Les Livres de devotion sont les Livres spirituels. On fait tous les ans un Almanach de devotion, où sont marquées toutes les Festes & les indulgences de chaque jour. Un pelerinage de devotion.
 
On dit au pluriel, Faire ses devotions, pour dire, Communier, recevoir les Sacrements de la Penitence & de l'Eucharistie.
 
DEVOTION, signifie aussi un devouëment entier au service de quelqu'un, une grande attache à ses interests. Il gagnera son procés, la plus-part des Juges sont à sa devotion. Il faut craindre ceux qui ont toûjours des scelerats à leur devotion.
 
On dit en proverbe, L'offrande est à devotion, pour dire, qu'on donnera tant & si peu qu'on voudra. Il n'est telle devotion que de jeunes Prestres, pour dire, qu'on fait les choses avec un grand zele, quand on entre en quelque charge, en quelque profession. On dit aussi, qu'on attend quelqu'un en bonne devotion, pour dire, qu'on est disposé à le bien recevoir, à se bien réjouïr avec luy.
Le mot du jour École École

Voilà un mot étonnant : école, fort éloigné aujourd’hui de la réalité qui était la sienne durant l’Antiquité. En grec, skholê ne correspondait pas à l’idée d’effort et d’instruction mais, avant tout, à celle de loisir.

Aurore Vincenti 22/04/2020