effleurer

 

définitions

effleurer ​​​ verbe transitif

Toucher légèrement, du bout des doigts, des lèvres. ➙ frôler.
au figuré Toucher à peine à (un sujet), examiner superficiellement. Elle n'a fait qu'effleurer le problème. —  (choses) Faire une impression légère et fugitive sur (qqn). Cette idée ne m'avait jamais effleuré.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'effleure

tu effleures

il effleure / elle effleure

nous effleurons

vous effleurez

ils effleurent / elles effleurent

imparfait

j'effleurais

tu effleurais

il effleurait / elle effleurait

nous effleurions

vous effleuriez

ils effleuraient / elles effleuraient

passé simple

j'effleurai

tu effleuras

il effleura / elle effleura

nous effleurâmes

vous effleurâtes

ils effleurèrent / elles effleurèrent

futur simple

j'effleurerai

tu effleureras

il effleurera / elle effleurera

nous effleurerons

vous effleurerez

ils effleureront / elles effleureront

 

synonymes

effleurer verbe transitif

frôler, friser, lécher, raser, toucher (à)

caresser, attoucher

évoquer (rapidement), aborder, dire deux mots de, glisser sur, survoler

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Lorsqu'on le questionnait en souriant là-dessus, il répondait par un de ces récits qui ne font qu'effleurer.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Il sollicita son front, ce coin de chair embaumé par les cheveux, le seul qu'elle lui eût jamais donné le droit d'effleurer depuis leurs fiançailles.Marcel Prévost (1862-1941)
Il ne nous appartient pas de pousser plus loin ces recherches ; nous avons seulement voulu effleurer un des côtés du caractère français.Valentine Vattier d'Ambroyse (1835-1891)
Il n'y a ni longueurs ni défaillances ; ce livra si court trouve, d'un bout à l'autre, le secret de vous faire approfondir les suiets qu'il a l'air d'effleurer.George Sand (1804-1876)
Il ne fut pas longtemps sans entendre des pas légers qui semblaient effleurer le gazon, et un frôlement dans le feuillage le convainquit qu'une personne approchait.George Sand (1804-1876)
Puis, très vite, il s'empressa de faire dévier l'interrogatoire, craignant qu'on n'eût entrevu le soupçon qui venait de l'effleurer.Daniel Lesueur (1854-1921)
Il voulut lui embrasser les mains, il ne réussit qu'à effleurer le velours de sa robe.Pamphile Le May (1837-1918)
Je sentais, en inclinant ma tête à votre côté, vos beaux cheveux effleurer mon visage, et chaque fois qu'ils l'effleuraient je frissonnais de la tête aux pieds.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Non, je ne m'exposerai plus à ce supplice horrible d'être à deux pas d'elle, de la voir, d'effleurer sa robe en passant et de ne rien lui dire.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Comme le jour continuait de baisser, il devait par moments pencher la tête, effleurer de sa barbe leurs chevelures, pour examiner un point, indiquer un dessin.Émile Zola (1840-1902)
Mais que le sourire d'un enjouement qui s'alliait aisément à cette sérénité de son âme vînt effleurer ses traits, on commençait à la trouver agréable.George Sand (1804-1876)
Il est donc dans la loi éternelle que l'homme ait sa véritable enfance, comme l'humanité a eu la sienne, comme l'ont encore les populations que notre civilisation n'a fait qu'effleurer.George Sand (1804-1876)
Le colonel sentit un corps flasque et glacé effleurer sa joue ; il se tint immobile.Eugène Sue (1804-1857)
La comtesse, femme d'une vertu rigide et d'une piété mystique, représentait dans cette société le respect pour cette légitimité des reines qu'elle ne permettait pas même au soupçon d'effleurer.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Elles ne s'occupent qu'à effleurer un roman, qu'à parler dentelles, étoffes ; ou bien elles trichent au médiateur.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Des myriades d'étincelles jaillirent de leurs épées, le fer froissa le fer en grinçant ; vingt fois il faillit effleurer leur poitrine, vingt fois il fut détourné.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Ainsi s'évanouit sans laisser de traces, avant même d'effleurer l'obstacle dont le rapproche un souffle jaloux, ce globe aux mille couleurs, jouet éblouissant et fugitif des enfants.Charles Nodier (1780-1844)
Olivier la vit passer ; il se rangea le long des tapisseries pour ne point effleurer sa robe au passage.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Sous la verve de leurs paroles frémissait une délicieuse émotion d'être ensemble, d'effleurer les propos émouvants.Hector Bernier (1886-1947)
Tout ce qui pouvait effleurer cette situation, ne fût-ce qu'à la surface, le faisait frémir comme le commencement d'autre chose.Victor Hugo (1802-1885)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « EFFLEURER » v. act.

Oster quelque peu de la peau, de l'écorce, de la superficie de quelque chose. Quand on se frotte contre quelque chose de rude, cela effleure la peau. Ce coup de mousquet a été fort favorable, il n'a fait qu'effleurer la jouë de ce Cavalier. Ce mot vient de flos, comme si on disoit efflorare.
 
EFFLEURER, se dit figurément des choses spirituelles qu'on touche legerement. Il ne faut point lire tous ces faiseurs d'Abbregez, ils ne font qu'effleurer les matieres, & ne les approfondissent pas.
 
EFFLEURÉ, ÉE. part.
Le mot du jour Soignant(s) Soignant(s)

Ainsi nommés, les infirmières et les infirmiers, les médecins – généralistes, urgentistes, réanimateurs… –, les personnels hospitaliers, les aides-soignants… sont représentés dans l’exercice de leur mission, salvatrice. Sur eux reposent la guérison, le rétablissement de la santé, la préservation de la vie.

Émilie Née 12/11/2020