enjouement

 

définitions

enjouement ​​​ nom masculin

littéraire Disposition à la bonne humeur, à une gaieté aimable et souriante. ➙ entrain.
 

synonymes

enjouement nom masculin

gaieté, allégresse, bonne humeur, entrain, joie, jovialité, alacrité (littéraire)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
En parlant ainsi, le vieux comte regardait son fils avec une sorte d'enjouement mélancolique, comme pour surprendre quelque trace de regret dans ses yeux.George Sand (1804-1876)
Vers le soir il s'aperçut qu'elle se traînait avec peine, et que la fatigue avait vaincu son enjouement.George Sand (1804-1876)
Parmi les femmes de cette dernière espèce, il y en avait quelques-unes plus distinguées par l'élégance de leur faste et l'enjouement de leur société, que par leurs agréments personnels.Jacques Cazotte (1719-1792)
Quelquefois aussi l'enjouement a son mérite, pourvu qu'il ne nous fasse pas perdre de vue la grandeur du danger et les mesures qu'il exige.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Que le général soit pensif, à la bonne heure ; nous autres aventuriers, nous devons redoubler d'enjouement.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Nous ne croyons pas nous tromper ni même deviner trop au hasard, en affirmant que, sur un fonds d'indulgence et sous un air d'enjouement, des accents douloureux en sortiraient.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Il me répondit cette fois avec l'aimable enjouement qu'il avait coutume d'opposer aux terreurs de ma conscience.George Sand (1804-1876)
Son enjouement et ses soins avaient effectué ce que n'avaient pu opérer les trop grandes sollicitudes de son amie.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction François Soulès (1748-1809)
Le même enjouement, la même futilité de paroles, le même bruit léger et ironique des conversations, dans les restaurants, dans les cafés.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
L'habitude de méditer et de vivre seul l'avoit rendu taciturne ; mais ce qu'on ne croirait peut-être pas, c'est qu'elle ne lui avoit rien ôté de son enjouement naturel.René Descartes (1596-1650)
Nous avions causé jusqu'alors sur un ton d'enjouement plein de confiance, mêlé pourtant d'un certain sérieux ; c'était le résultat des relations intimes que nous avions commencées ensemble dès l'enfance.Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Un peu d'enjouement ne gâte rien dans une lettre de félicitation, il ne fait que donner une saveur plus piquante aux compliments.Jules Rostaing (1824-?)
La sérénité et l'enjouement du grand-oncle parurent donc un peu choquans dans les premiers jours.George Sand (1804-1876)
Outre qu'il étoit aimable de sa personne, quoiqu'il commençât un peu à grossir (son père étoit fort gros), il étoit fort civil et dans un perpétuel enjouement.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Fénelon entremêlait à ces travaux et à ces devoirs de sa profession des correspondances intimes, pleines d'onction sainte et d'enjouement avec ses amis.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Là, il ravissait ses hôtes par son aménité célèbre, par une simplicité charmante, par des conversations pleines d'enjouement, où son esprit vif et fin brillait d'un éclat doux.Albert Vandal (1853-1910)
La ressemblance ne s'arrête pas à une simple analogie physique : un observateur digne de ce nom pourrait constater, chez ces deux hommes, le même enjouement, une équivalente exaspérabilité.Alphonse Allais (1854-1905)
Ne voir qu'eux, n'aimer qu'eux, ne rêver qu'eux ; n'avoir de l'esprit, de l'enjouement, des charmes que pour eux ; cela ne vous convient certainement pas.Denis Diderot (1713-1784)
Peu à peu le vieux marquis se laissait aller aux douceurs de la société, et parfois son sourire ressemblait à un véritable enjouement.George Sand (1804-1876)
Quoiqu'il eût sur son visage la tendresse, les grâces et l'enjouement de l'enfance, il avait je ne sais quoi dans ses yeux perçants qui me faisait peur.François de Fénelon (1651-1715)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ENJOÜEMENT » s. m.

Belle humeur, gayeté qui paroist sur le visage ou dans les actions d'une personne, qui réjouït une compagnie. L'enjoüement tient souvent lieu de beauté à une fille.
 
ENJOÜEMENT, se dit aussi des pensées gayes, des descriptions fleuries qui se rencontrent dans quelque Ouvrage de prose, ou de vers. Cette piece est trop serieuse, il n'y a pas assez d'enjoüement. On le dit aussi en Peinture & en Musique, des manieres de peindre ou de chanter qui sont esgayées.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir

Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae, rosa... Si cette petite rengaine réjouit les forts en thème, elle peut aussi rappeler de mauvais souvenirs à certains ! Pourtant, comme les autres langues romanes, le français est issu du latin et la majorité de son lexique est héritée de cette langue morte. Certains mots et expressions ont même été directement empruntés à la langue latine, et nous les employons quotidiennement sans forcément nous en rendre compte. Pour preuve, je vous propose un petit voyage au cœur de la langue française afin de découvrir dix mots latins qui se sont dissimulés dans notre vocabulaire. In fine, plutôt vivace le latin !

Édouard Trouillez 19/12/2019