étalage

 

définitions

étalage ​​​ nom masculin

administratif Exposition de marchandises qu'on veut vendre. Réglementation de l'étalage.
Lieu où l'on expose des marchandises ; ensemble des marchandises exposées. ➙ devanture, vitrine. Les étalages d'un grand magasin. Décoration d'un étalage (➙ étalagiste).
Action d'exposer, de déployer aux regards avec ostentation. ➙ démonstration. Étalage de luxe. ➙ déploiement. —  Faire étalage de : exhiber. ➙ afficher. Faire étalage de sa fortune.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Une promenade sur les quais, d'étalage en étalage, n'offre aucun de ces dangers : les bouquins ne troublent point le cœur.Anatole France (1844-1924)
Au reste, j'aime la médiocrité ; j'ai le faste et l'étalage en horreur ; j'aime les vieilles maisons, les meubles antiques ; ce qui est tout neuf ne me dit rien.Eugène Delacroix (1798-1863)
Le ministère ne cachait pas ces armements ; il entrait même dans sa politique d'en faire quelque étalage à la tribune, pour satisfaire l'opinion du dedans et avertir celle du dehors.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Je m'arrête devant une petite boutique, dont l'étalage est étrange : des pyramides de petites meules, petits cubes, petits cylindres, petits parallélépipèdes, petits pains d'une matière mate, alternativement grise et noire.Octave Mirbeau (1848-1917)
Les dirigeants aspirent à la centralisation, l'uniformisation, la libéralisation, la réduction des dépenses et un étalage grandiose de la puissance.Europarl
On a vu l'étalage des déprédations des chats ; la statistique est plus terrible à son endroit, s'il est possible, que l'acte d'accusation.Champfleury (1821-1889)
Tout cet étalage fit son effet : la jeune fille resta interdite et n'osa rompre le silence.George Sand (1804-1876)
Puis-je dire simplement que je pense que ce type d'étalage est ce qui nous a conduit où nous sommes.Europarl
Mouret n'avait encore rien fait de plus vaste, c'était le coup de génie de son art de l'étalage.Émile Zola (1840-1902)
L'étalage, jauni par la poussière, semblait porter le deuil de la maison ; tout traînait à l'abandon dans les vitrines sales.Émile Zola (1840-1902)
Celles des femmes dont les rondeurs sont suffisantes viennent là montrer à nu leur étalage et faire le client.Guy de Maupassant (1850-1893)
Il est modeste ; il fait peu d'étalage de ses connaissances ; il parle avec simplicité et réserve de ses actions.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Soit qu'elles possédassent ces qualités, ou qu'elles feignissent de les avoir, elles trouvaient moyen d'en faire un si grand étalage aux yeux de leurs maris qu'elles finissaient par leur imposer.Honoré de Balzac (1799-1850)
Ils détourneraient leurs regards d'un vain étalage dont ils ne supporteraient que les frais et les périls, et dont l'intention serait contraire à leur vœu.Benjamin Constant (1767-1830)
Tout y révélait la médiocre existence des petits bourgeois, depuis la multiplicité des humbles boutiques jusqu'à l'étalage, poussé presque au milieu du trottoir, de toutes sortes d'objets à bon marché.Paul Bourget (1852-1935)
Érasme s'indigne comme nous que des ignorants appellent un vain étalage de style la sagesse substantielle de ces leçons.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Quel regard ils jetaient, ici, sur un étalage de vêtements, eux qui n'étaient vêtus que de loques ; là, sur une boutique de chaussures, eux qui marchaient pieds nus !Jules Verne (1828-1905)
Il était aussi salarié par la ville comme percepteur, sur le marché, des droits d'étalage.Anatole France (1844-1924)
Elle hésitait, cherchait, comparait ; puis, sa décision prise, partait enfin rapidement avec ce mouvement résolu de la femme qui s'arrache à regret aux tentations savantes de l'étalage.Alphonse Daudet (1840-1897)
Or c'était l'usage de la maison, quand l'évêque avait quelqu'un à souper, de disposer sur la nappe les six couverts d'argent, étalage innocent.Victor Hugo (1802-1885)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESTALAGE » s. m.

Marchandise qu'on expose en vente. Je ne veux point de la marchandise d'estalage, exposée sur la boutique, je veux de celle du magasin. Les marchandises de l'estalage sont les moindres, celles qui sont gastées, hors de mode, dont on se veut deffaire. Ce mot vient du Latin stallagium. Du Cange.
 
ESTALAGE, signifie aussi le droit qui est deu pour la place où on estale. Les Marchands dans les Foires payent tant pour l'estalage, pour la boutique, pour le droit du Seigneur.
Les mots croisés du Robert Les mots du voyageur Les mots du voyageur

En attendant de pouvoir explorer de lointaines contrées, voyagez avec les mots-croisés du Robert... Une nouvelle grille thématique à découvrir ici !

10/06/2020