fétide

 

définitions

fétide ​​​ adjectif

Qui a une odeur très désagréable. ➙ nauséabond, puant. Une haleine fétide.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Du reste, où aller, que tenter, alors que la famine assiège le fétide logis, que les provisions sont épuisées, que les moyens de transport font absolument défaut.Louis Boussenard (1847-1910)
Il n'y avait autour de nous d'autre végétation que l'artémise au vert maladif, et le feuillage fétide de la créosote.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Nos provisions s'achevaient ; notre eau fétide ne pouvait plus être chauffée ; les animaux utiles disparaissaient, et ceux qui nous mangeaient centuplaient.Dominique Vivant Denon (1747-1825)
Leur ouverture donnait issue à une grande quantité de sanie fétide ; et l'émission de cette humeur malfaisante était salutaire.Charles Anglada (1806-?)
Je ne sais comment je me serais débarrassée d'elle si, dès qu'elle fut entrée dans sa chambre, les hoquets n'eussent noyé, dans un flot ignoble et fétide, ses ardeurs obstinées.Octave Mirbeau (1848-1917)
O médiocratie fétide, poésie utilitaire, littérature de pions, bavardages esthétiques, vomissements économiques, produits scrofuleux d'une nation épuisée, je vous exècre de toutes les puissances de mon âme !Gustave Flaubert (1821-1880)
Il nous fallait de l'air ; nous étouffions dans cette atmosphère fétide ; la tristesse de l'âme nous avait saisi ; le bruit nous était nécessaire.Alexandre Privat d'Anglemont (1815-1859)
Parmi les quadrupèdes, on me montre le chingue, qui, poursuivi par les chiens, les met en fuite en lançant, des glandes qu'il tient derrière, une matière fétide insupportable.Ernest Michel (1837-1896)
On venait de me pousser dans une allée basse, à pavés rompus, inégaux ; le long du mur coulait un suintement jaunâtre, exhalant une odeur fétide.Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Parfois aussi le malade crachait comme de la chair hachée ; et, de plus, son haleine était si fétide que la charité seule nous pouvait faire rester auprès de lui.Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)
Le taudis où son regard plongeait en ce moment était abject, sale, fétide, infect, ténébreux, sordide.Victor Hugo (1802-1885)
Des carafes bleues ou roses, peinturlurées, chargées de dorures, contiennent une eau détestable, terreuse et fétide, qu'il faut se garder de boire.Pierre Loti (1850-1923)
Cela fait, elle remonte prendre une seconde cruche et court en faire le même usage, malgré l'épaisse et fétide vapeur qui sortoit de ce lieu.Alcide de Beauchesne (1800-1873)
Au milieu de cette protubérance, un trou rond, du diamètre du petit doigt, d'où suinte un pus fétide collé aux longs poils jaune paille.Louis Boussenard (1847-1910)
Pendant que nous mangeons, une marmite où bout la soupe des chiens exhale une vapeur fétide qui vous prend à la gorge et vous fait tousser...Octave Mirbeau (1848-1917)
Après trois mois d'un séjour fétide, l'air vif et pur des montagnes devenait étouffant pour elle ; il fallut s'arrêter dans la cabane d'un pauvre pâtre.Ida Saint-Elme (1776-1845)
L'ouvrier des souterrains s'identifie à sa besogne ; à la lumière du soleil, il préfère celle de sa lampe, au grand air l'atmosphère humide, fumeuse et parfois fétide de son chantier.Ernest Deharme (1838?-1916)
C'est de la combinaison de ces différentes odeurs que résulte celle qui s'exhale des matières animales en putréfaction, & qui est si fétide.Antoine Lavoisier (1743-1794)
Un vieillard vénérable, et étendu sur une paille fétide ; il est presque nud, et paraît consumé par la douleur.François Guillaume Ducray-Duminil (1761-1819)
Les pustules de la peau qui grossissaient peu à peu, laissaient couler, en s'ouvrant, une grande quantité d'humeur fétide, et dégénéraient en ulcères phagédéniques.Charles Anglada (1806-?)
Afficher toutRéduire
Les mots de l’époque Sommes-nous envahis par les anglicismes ? Sommes-nous envahis par les anglicismes ?

Quand on demande aux gens ce qui pourrait mettre la langue française en danger, on entend souvent citer les anglicismes et la place trop importante que l’anglais prendrait aujourd’hui dans notre langue.

Arnaud Hoedt et Jérôme Piron 26/11/2020