puant

 

définitions

puant ​​​ , puante ​​​ adjectif

Qui pue. ➙ fétide, nauséabond, pestilentiel.
au figuré (personnes) Qui est odieux de prétention, de vanité.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je perdais haleine dans cet air puant et embrasé ; j'entendais une clameur horrible, des gémissements, des hurlements et des jurements.Alphonse Daudet (1840-1897)
Toute la vermine parisienne grouillait en puant et déferlait, dans la clameur horrible des bas négoces du trottoir ou de la chaussée.Léon Bloy (1846-1917)
Tout était ténèbres et silence, et le brouillard puant qui annonçait le dégel s'épaississait.Émile Gaboriau (1832-1873)
La fumée de makhorka, de ce tabac puant que fume le peuple, emplit la salle comme d'un brouillard ; les odeurs de ces corps de vagabonds sont écœurantes.Jules Legras (1866-1939)
Un trou puant, un cloaque immonde, un amoncellement de fumier : telle était notre frontière, à nous...Octave Mirbeau (1848-1917)
Le meilleur, dans les pois, c'étaient les lardons, grillés à point, puant le sabot de cheval.Émile Zola (1840-1902)
Je me suis rappelé la difficulté d'accéder jusqu'aux bassins, le défaut d'air, de lumière de ces bouges, leur désordre puant, la misère et la saleté.Octave Mirbeau (1848-1917)
Sous la bise de novembre déjà mordante ils peinent tout le jour, suant et puant dans de minces tricots rayés.Jean Lorrain (1855-1906)
Le brouillard épais et puant étouffait jusqu'aux joyeuses rumeurs de la barrière voisine.Émile Gaboriau (1832-1873)
C'était un fort bel homme de cheval, mais le plus puant homme du monde.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Il n'avoit pu trouver à se marier, à cause qu'outre l'embarras des affaires, il étoit vérolé et puant à un point étrange : avec cela une vraie ballourde.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
J'avais en face de moi, dans la diligence, un homme extrêmement sale, et puant comme la peste, qui me dit fort simplement avoir volé des montres et plusieurs effets.Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)
Civitella, le plus intéressant de tous, est un véritable nid d'aigle, perché sur la pointe d'un rocher d'un accès fort difficile, misérable et puant.Hector Berlioz (1803-1869)
Un homme entra effroyable, de longs cheveux, une redingote crasseuse, l'air artiste, mais un artiste de vingt-cinquième ordre, puant l'absinthe et le tabac.Jules de Gastyne (1847-1920)
Civitella, le plus intéressant de tous, est un véritable nid d'aigle, perché sur la pointe d'un rocher d'un accès fort difficile, misérable, sale et puant.Hector Berlioz (1803-1869)
Je ne vis ni perches pour sonder le ruisseau puant, ni personne dans le lointain.Honoré de Balzac (1799-1850)
Il lui expliqua les cases et le personnel du grand bureau de bois jaune, puant le poisson, maculé parles éclaboussures des mannes.Émile Zola (1840-1902)
C'est ce chien de petit prêtre avare, puant et usurier qui est la cause de mon désastre.Denis Diderot (1713-1784)
Ils s'attablèrent sur une sorte de terrasse en planches, dans une gargote puant la graisse et le vin.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PUANT, ANTE » adj.

Qui a une odeur forte & desagreable, qui offense le nez & le cerveau. Cela est puant comme un privé, comme une charogne. Un esgoust puant. Il a les pieds puants, l'haleine puante. Cette viande est puante, c'est à dire, gastée, corrompuë. Les roses bruslées & le vin jetté dans le feu donnent des vapeurs puantes.
 
PUANT, en termes de Chasse, se dit des renards, des sangliers, &c. qu'on appelle bestes puantes.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020