fièrement

définitions

fièrement ​​​ adverbe

D'une manière arrogante, hautaine. —  Avec fierté, orgueil. Il a fièrement présenté ses excellents résultats.
D'une manière courageuse et digne.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Du même fonds d'orgueil dont l'on s'élève fièrement au-dessus de ses inférieurs, l'on rampe vilement devant ceux qui sont au-dessus de soi.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Ce n'était plus le brillant seigneur portant fièrement la perruque cavalière et l'épée espagnole, distribuant des mirlitons d'or.André Le Glay (1785-1863)
Il faut que le patron, sa femme et sa fille aiment fièrement à se mirer...Eugène Sue (1804-1857)
En somme, si le ministère ne s'était pas défendu fièrement, l'attaque dirigée contre lui n'avait pas été heureuse : elle ne laissait même pas que d'avoir été un peu ridicule.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
De toutes parts on l'aperçoit, et de toutes parts il regarde fièrement les vagues qui fuient devant lui.Nikolaï Vassilievitch Gogol (1809-1852), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Dès que le jour paraissait, les bruits du couvent s'éveillaient et couvraient fièrement ces mourantes clameurs.George Sand (1804-1876)
Le roi les admirait tous quatre sur leurs chevaux qui marchaient si fièrement qu'ils écartaient tous ceux qui voulaient s'approcher.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
Bientôt le vaisseau se releva fièrement contre la lame, comme pour lutter encore une fois avec la destruction.Prosper Mérimée (1803-1870)
Malgré moi, et bien que tous mes instincts me portassent à soutenir, à encourager fièrement la lutte, j'exhortai mon père à s'arrêter, à remettre la revanche à une autre nuit.Louis Ulbach (1822-1889)
Le guerrier frémit sous cet honneur suprême et dressa fièrement la tête, tandis que les mandarins tour à tour s'inclinaient devant lui.Judith Gautier (1845-1917)
Après une misère comme celle d'où je sortais, se sentir renippé, ça remonte fièrement le moral...Émile Gaboriau (1832-1873)
A cinquante ans, il porte fièrement une haute taille un peu épaissie par l'âge, une belle chevelure grise, et le poids d'une nombreuse nichée.Roger Dombre (1859-1914)
J'ai connu l'amour, mais non pas comme toi, en avouant fièrement celui que j'avais choisi et en me glorifiant d'une passion sincère.Théodore de Banville (1823-1891)
Il s'est fièrement relevé : aussi, quelques années après, n'était-ce plus lui qui poursuivait le succès, mais bien le succès qui perdait haleine à le suivre ; les rôles étaient changés.Hector Berlioz (1803-1869)
Voilà donc pourquoi il s'était déclaré si fièrement tout prêt à braver l'opinion, pourquoi il avait réclamé sa part des hontes passées !...Émile Gaboriau (1832-1873)
Pendant que tu regardes fièrement et sans peur le monde, l'ennemi, souvent c'est ton cœur même, tes chères affections qui travaillent et conjurent en toi.Jules Michelet (1798-1874)
Il boit son litre d'alcool et rit fièrement parce que le maillot fume à la chaleur de son corps.Marc Elder (1884-1933)
Le duc répondit fièrement que sa femme n'entendait rien aux affaires et qu'il ne lui avait jamais permis d'y toucher.Edmond About (1828-1885)
A l'âge des premières escapades viriles et des débauches qui émancipent fièrement les écoliers, j'écoutais, avec un demi-sourire, les confidences, les vanteries de mes camarades.Louis Ulbach (1822-1889)
Donc, au 14, ceux-ci, fièrement isolés chez eux, loin des profanes et des tièdes, fêtent la sainte journée.Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FIEREMENT » adv.

D'une maniere fiere. Il l'a traitté fierement, pour dire, de haut en bas.