gorger

 

définitions

gorger ​​​ verbe transitif

Remplir (qqn) de nourriture avec excès. —  au participe passé Un enfant gorgé de sucreries.
au figuré Remplir complètement. —  au participe passé Une éponge gorgée d'eau.
au figuré Pourvoir à profusion.

se gorger ​​​ verbe pronominal

Se remplir. La terre se gorge d'eau.
Se remplir (de nourriture) à l'excès. ➙ se bourrer, s'empiffrer, se gaver. Il se gorge de sucreries.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je gorge

tu gorges

il gorge / elle gorge

nous gorgeons

vous gorgez

ils gorgent / elles gorgent

imparfait

je gorgeais

tu gorgeais

il gorgeait / elle gorgeait

nous gorgions

vous gorgiez

ils gorgeaient / elles gorgeaient

passé simple

je gorgeai

tu gorgeas

il gorgea / elle gorgea

nous gorgeâmes

vous gorgeâtes

ils gorgèrent / elles gorgèrent

futur simple

je gorgerai

tu gorgeras

il gorgera / elle gorgera

nous gorgerons

vous gorgerez

ils gorgeront / elles gorgeront

 

synonymes

se gorger de verbe pronominal

se gaver de, se bourrer de (familier), s'empiffrer de (familier), se goinfrer de (familier)

se rassasier de, se repaître de, se soûler de

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Lorsqu'un de ces hyménoptères est une fois venu se gorger de miel en un endroit où il a été placé tout exprès, il ne manquera pas d'y revenir.Jean Pérez (1833-1914)
Une nuit pour me gorger, pour me lasser de vous !Paul Flat (1865-1918)
Elle eût voulu le charger d'or, ce monstre qui la poursuivait, le gorger de richesses, pourvu qu'il s'éloignât, pourvu qu'il disparût à jamais....Pamphile Le May (1837-1918)
On continuait toujours à gorger les favoris de terres.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Malgré les murmures de tout le monde, on continuait toujours à gorger les favoris de terres.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Au sortir d'un musée, où je viens de me gorger d'art, comme au sortir d'un lit, où j'ai cru épuiser toutes les joies – toutes les joies ?Octave Mirbeau (1848-1917)
Est-il une manière plus belle et plus noble de remplir la vie que de se gorger les yeux, la tête et le cœur de l'immortel et pourtant si fugitif rayon ?Charles Nordmann (1881-1940)
Quant au colimaçon, il a le droit de rester tant que cela lui plaira sur cette belle haie et de se gorger d'aubépine, fleurs et feuilles.Hans Christian Andersen (1805-1875)
Ce sont des sangsues de plus qui vont se gorger de l'or que nous avons tant de peine à amasser pour payer d'écrasants impôts.François Guizot (1787-1874)
Notre ressource alors était de le lui faire gorger.Laure Junot d'Abrantès (1784-1838)
Ces gens, qui se serrent le ventre souvent, ne connaissent pas félicité supérieure à celle de faire bombance, se gorger d'huile, de viandes crues et saignantes.Élie Reclus (1827-1904)
Laissons-les se gorger jusqu'à ce que, comme le vautour, le poids de leur ventre entraîne leurs ailes ; alors, semblables aux faucons, après les avoir guettés attentivement, nous tomberons sur eux.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Voilà comment ma destinée, au jour le jour, me conduisit à gorger de grec et de latin de pauvres petits diables qui rechignaient à cette nourriture.André Beaunier (1869-1925)
Depuis un an, l'exiguïté de ses ressources obligeait le soudard à se gorger d'alcools frelatés.Lucien Biart (1828-1897)
Mais ne vous figurez pas que vous aller sortir d'ici, vous faire gorger à l'œil par un champion de poids moyen.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Gorger la circulation de billets n'est donc le moyen ni d'accroître la richesse, ni de détruire la rente.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Nous n'aurions jamais imaginé de nous réunir comme ces messieurs, sans femmes, vous entendez, sans femmes, pour nous gorger de nourriture et nous griser à rouler sous la table !...Paul Bourget (1852-1935)
En dehors des quelques heures où ils prennent leurs ébats dans les airs, ils passent leur temps à se gorger de miel ou à dormir paresseusement sur les rayons.Jean Pérez (1833-1914)
Vous allez maintenant le gorger et l'étouffer de nourriture, de telle sorte que son jeu s'en ressentira et qu'il est capable de s'endormir ensuite sur son épinette !Paul Lacroix (1806-1884)
L'imprudence qu'elle a de le gorger, de le crever, de lui donner du vin, etc., crée précisément les orages qu'on réprime si durement.Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « GORGER » verb. act.

qui ne se dit qu'avec le pronom personnel. Manger & boire avec excez. Les soldats se gorgerent de vin & de viandes en pillant cette maison.
 
GORGER, se dit figurément de ceux qui s'enrichissent beaucoup, & aisément. Les gens de Finance se gorgent de biens, sont gorgés, comblés, remplis de biens en peu de temps.
 
GORGÉ, ÉE. part. & adj. Gorgé de richesses.
 
GORGÉ, signifie aussi, Enflé, & se dit particulierement des chevaux. Ce cheval a le boulet gorgé, les jambes gorgées.
 
GORGÉ, en termes de Blason, se dit de la gorge, & du col du paon, du cigne, & autres semblables oiseaux, quand ils sont d'un autre esmail.
Vidéos Le boulon, par Karim Duval Le boulon, par Karim Duval

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

05/03/2020