inébranlable

 

définitions

inébranlable ​​​ adjectif

Qu'on ne peut ébranler, dont on ne peut compromettre la solidité. Un mur inébranlable.
(personnes) Qui ne se laisse pas abattre. ➙ constant.
Qu'on ne peut faire changer de dessein, d'opinion. ➙ inflexible. Être, rester inébranlable dans ses résolutions. —  (comportements, attitudes) Qui ne change pas. Une certitude inébranlable.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On célébrait la magnanimité du vieux prince de la république, qui avait supporté avec une constance inébranlable les périls et les fatigues d'une campagne de sept mois.Pierre Daru (1767-1829)
Il suppléait à l'espérance par la passion et par une inébranlable conviction de l'absolue nécessité du combat.François Guizot (1787-1874)
Ces murs simples et qu'on disait nus avaient la grandeur même et la beauté des angoisses humaines et de l'inébranlable foi des créatures.René Boylesve (1867-1926)
Tout son tort était d'avoir cru à la durée inébranlable de ce qui était chez lui un effort spontané de la volonté.George Sand (1804-1876)
Leurs escadrons ayant voulu le tourner, il forma le 33e en carré sur sa droite, et les arrêta par la contenance inébranlable de ses fantassins.Adolphe Thiers (1797-1877)
Cependant, sachant que son mari était inébranlable dans ses volontés, elle commença à préparer les effets de son fils dans une petite malle.Louise Colet (1810-1876)
A cette réponse, qui dénotait une inébranlable résolution de ne rien avouer, un murmure se fit entendre dans la foule.Jules Verne (1828-1905)
Le moment est décisif, je joue plus que ma fortune, plus que ma vie, je joue ma gloire ; mais je gagnerai la partie, dit-il avec une résolution inébranlable.Jacques Fernay (1849-?)
Et la plus forte preuve morale en faveur de l'innocence du condamné, est encore l'inébranlable conviction de toute une famille honorable, d'une probité et d'un patriotisme sans tache.Émile Zola (1840-1902)
Il pouvait rester, en expédiant son homme, inébranlable comme la constante mousson quand elle souffle dans la même direction pendant plusieurs mois de suite.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Dans ces nouvelles et grandes circonstances, mon cœur fut déchiré, mais mon âme resta inébranlable.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Et, alors, quelle force de respect et de tendresse, dans leur inébranlable confiance au père, dans leur tranquillité, dès qu'il leur faisait dire qu'ils n'avaient pas à s'inquiéter de lui !Émile Zola (1840-1902)
Il est des moments qui dissipent la défiance, les prévenions, les incertitudes ; et où l'on connaît ce qui est, par une impérieuse et inébranlable conviction.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Il faut être tranquille et c'est l'avantage de la tranquillité que de paraître, aux yeux des autres, sans inquiétude parce qu'on est inébranlable.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Ce monument doit avoir une beauté simple, des formes grandes, et cet aspect de solidité inébranlable qui semble braver l'action du temps.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Oui, mon père, tu es calme et doux parce que tu es absolu dans le vrai et inébranlable dans la certitude.George Sand (1804-1876)
On étoit sûr de le trouver juste, mais inflexible dans ses principes ; et le crédit et la faveur ne s'accommodoient pas de la tranquillité inébranlable de ses refus.Jean-François Marmontel (1723-1799)
Mon père avait dû parlementer longtemps et employer toute son éloquence pour obtenir, de part et d'autre, des promesses solennelles d'urbanité parfaite et de patience inébranlable.Judith Gautier (1845-1917)
C'est un rocher inébranlable qui repose sur deux bases éternelles : la justice et la vérité.Frédéric Bastiat (1801-1850)
La vérité subsiste par elle-même, solide, inébranlable ; mais le mensonge, de quels étançons, de quels arcs-boutants faut-il le soutenir pour le forcer à rester un instant en équilibre !Alcide Bonneau (1836-1904)
Afficher toutRéduire
Le mot du jour École École

Voilà un mot étonnant : école, fort éloigné aujourd’hui de la réalité qui était la sienne durant l’Antiquité. En grec, skholê ne correspondait pas à l’idée d’effort et d’instruction mais, avant tout, à celle de loisir.

Aurore Vincenti 22/04/2020