loger

 

définitions

loger ​​​ verbe

verbe intransitif Avoir sa demeure (le plus souvent temporaire) en un endroit. ➙ demeurer, habiter, vivre ; familier crécher, percher. Loger chez des amis, à l'hôtel, dans une pension.
verbe transitif
Établir (qqn) dans une maison, de manière temporaire ou durable. ➙ installer. Je peux vous loger pour la nuit. —  passif et participe passé Être bien logé. Être logé et nourri. —  (sujet : chose) Être susceptible d'abriter, d'héberger. Le collège peut loger trois cents élèves. ➙ recevoir.
Faire entrer, faire pénétrer. Loger une balle dans la cible.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je loge

tu loges

il loge / elle loge

nous logeons

vous logez

ils logent / elles logent

imparfait

je logeais

tu logeais

il logeait / elle logeait

nous logions

vous logiez

ils logeaient / elles logeaient

passé simple

je logeai

tu logeas

il logea / elle logea

nous logeâmes

vous logeâtes

ils logèrent / elles logèrent

futur simple

je logerai

tu logeras

il logera / elle logera

nous logerons

vous logerez

ils logeront / elles logeront

 

synonymes

loger

verbe intransitif

demeurer, habiter, résider, vivre, crécher (familier), percher (familier)

gîter, nicher

séjourner, descendre

[littéraire] se trouver, se rencontrer

verbe transitif

héberger, accueillir, recevoir, offrir un toit à

abriter, contenir, tenir

mettre, installer, placer, ranger, caser (familier), fourrer (familier)

se loger verbe pronominal

s'installer, trouver un toit

s'introduire, s'enfoncer, se ficher, pénétrer, se fourrer (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Les grandes, espérant vostre retour bien de bref, n'ont point voulu loger en vostre quartier.Jules Delaborde (1806-1889)
Je propose la création d'une sorte de médiateur du crédit, qui pourrait, dans le cadre d'une structure de défaisance, loger la mauvaise dette grecque dans une structure financière adéquate.Europarl
J'allai donc, quelques jours après, m'établir dans cette maison où j'espérais trouver du calme, puisque je devais y loger seule.Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)
Avoir la possibilité de se loger est notamment un droit essentiel, quand il s'agit d'avoir sa place dans la société.Europarl
Marie faillit s'évanouir, je la soutins en regardant en l'air, la balle avait été se loger à deux pieds au-dessus de notre tête.Céleste de Chabrillan (1824-1909)
Un bâtiment assez vaste pour loger tout ce monde me coûtera tout au plus cinq cent mille francs.Eugène Sue (1804-1857)
Nous eûmes beaucoup de peine à nous y loger, et à reconnaître la distribution des différentes pièces.Gaspard Gourgaud (1783-1852)
Larges de 3m,10 et profondes de 1m,70, elles servaient pour loger des provisions : leur mur de fond est plein.Eugène Lefèvre-Pontalis (1862-1923)
Il y avait des arbres, chose rare dans notre pays, et beaucoup d'oiseaux, qui aiment les arbres et qui n'auraient pu se loger ailleurs.Eugène Fromentin (1820-1876)
J'arrive dans cette ville et si vous pouvez me loger cette nuit sur votre terrasse, dans votre écurie, où vous voudrez, je vous en serai reconnaissant.Arthur de Gobineau (1816-1882)
À l'autre côté de la salle, il y avait plusieurs longues auges de bois, employées à loger les piques et les faux.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Quoi qu'il en fût, ces caves ne servent aujourd'hui qu'à loger des légions formidables de rats.Hector France (1837-1908)
On résolut de profiter du premier moment de surprise, et trente hommes essayèrent de se loger dans la tour.Gaspard Gourgaud (1783-1852)
Mais seulement pour deux mois, dit le jeune homme, pour un mois, pour quinze jours, en attendant que nous ayons trouvé à nous loger ailleurs.Isabelle de Charrière (1740-1805)
Nous avons ici bien assez de place pour les loger, eux et leurs enfants, s'il leur en vient.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Il ne manqua pas aussi à leur dire mille biens de moi, les assurant qu'ils ne pouvoient pas mieux loger leur parente, et ensuite nous donna à souper.Paul Scarron (1610-1660)
Il est loisible aux employés d'occuper ces logements, quoique pleine liberté leur soit donnée de loger où bon leur semble.Honoré Beaugrand (1848-1906)
Il me suffit, s'il me plaît, d'un morceau de bois, pour le loger, lui et ma foi.Romain Rolland (1866-1944)
Le maréchal le suivit de près, mais ne voulut pas loger au palais, où il y avait de la place pour tout le monde.Raymond Aimery de Montesquiou-Fezensac (1784-1867)
On leur a envoyé demandé s'ils voulaient nous loger : ils ont répondu que non et que l'on se retire, ou qu'ils allaient faire feu.Jacques Fricasse (1732-1802)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « LOGER » v. act. & n.

Occuper quelque chambre maison ou logement, y faire sa demeure ordinaire, ou sa retraitte à la passade. Ce bourgeois est logé sur le sien ; il a pignon sur ruë, il loge au bout du monde, c'est à dire, en un lieu fort esloigné : c'est pour estre mieux logé, pour estre logé au large. Il y a des Hospitaux bastis pour loger les Pelerins & les passants. Voilà l'hostelerie où loge le coche. St. Joseph & la Vierge ne pûrent trouver à loger dans Bethleem : il loge en chambre garnie : ce qui se dit tant de celuy qui occupe la chambre, qui de celuy qui la luy louë. Toute la Cour loge commodement à Fontainebleau. Ce mot vient de locare, ou de locus, ou du Bas-Breton loig. Menage.
 
LOGER, en termes de Guerre, se dit de la distribution des quartiers d'une armée, où on assigne à chaque Officier son logement pour luy & sa compagnie. Les Mareschaux des Logis ont le soin de loger les trouppes, l'armée estoit logée à l'estroit entre des montagnes. C'est à dire, campée. On dit aussi, qu'on s'est logé sur la contrescarpe, sur une demi-lune, sur la bresche, lors qu'on a gagné ces postes, & qu'on y a fait quelque retranchemens pour s'y maintenir.
 
LOGER, signifie aussi, Bastir sur un mur mitoyen. Le 198. article de la Coustume de Paris porte, qu'il est loisible à un voisin de se loger, ou edifier au mur commun & mitoyen si haut, que bon luy semblera.
 
On dit proverbialement qu'on a logé quelqu'un, pour dire, qu'on l'a mis prisonnier, ou enfermé dans quelque loge.
 
On dit à celuy qui s'opiniastre dans quelque sentiment peu raisonnable, En estes-vous là logé. On dit qu'un homme est logé chez Guillot le songeur, pour dire, qu'il a quelque meschante affaire qui le rend pensif. On dit aussi, qu'on est logé aux quatre vents, quand on est dans une maison mal fermée ; ou à la belle estoille, quand on couche dehors, quand on n'a point de lieu où se retirer.
 
LOGÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Les mots croisés du Robert Les mots croisés de la montagne Les mots croisés de la montagne

Partez à l'assaut de notre grille montagnarde ! Niveau standard.

22/02/2020