marotte

 

définitions

marotte ​​​ nom féminin

vieux Marionnette.
Sceptre surmonté d'une tête à capuchon garni de grelots, attribut des bouffons ou fous.
Tête de femme (en bois, carton…) dont se servent les modistes, les coiffeurs.
moderne Idée fixe, manie. ➙ dada, folie.
 

synonymes

marotte nom féminin

manie, habitude, tic, travers

violon d'Ingres, caprice, folie, dada (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je sais qu'elle a la marotte de donner un précis rapide de chacun de ses invités.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
Marotte se précipite au secours de son ami.Auguste Du Roure de Beaumont (1783-1858)
Excusez, c'est sa marotte, chacun à la sienne.Paul Féval (1816-1887)
Tu as été fidèle à ta marotte, je le serai à la mienne.Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Elle gourmande ses domestiques, et les frappe de sa marotte, où chantent des grelots d'argent et d'or.Théodore de Banville (1823-1891)
Il me divertit, et puis chacun a sa marotte en ce bas monde.Paul Bourget (1852-1935)
Que je sois à jamais privé de ma marotte et de votre confiance, si je ne vous apporte pas le nom de votre heureux rival avant deux fois vingt-quatre heures.Octave Féré (1815-1875)
Il a la marotte de ramasser des déclassés et de leur refaire ce qu'il appelle une nouvelle vie.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Triboulet, s'avançant sur la pointe des pieds derrière lui, vint faire résonner sa marotte à son oreille.Octave Féré (1815-1875)
Elle n'avait pas de marotte qu'on pût flatter.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
C'est une topette d'eau-de-vie, son péché mignon, sa marotte humide, son dada jaune.Jules Vallès (1832-1885)
Un jour pourra venir, où l'on fera du sceptre un hochet, une marotte dont le peuple s'amusera.Sylvain Maréchal (1750-1803)
Napoléon était tout changé, depuis qu'il avait la certitude de devenir le gendre d'un roi, d'un vrai roi, sa marotte.Edmond Lepelletier (1846-1913), Victorien Sardou (1831-1908) et Émile Moreau (1852-1922)
C'est là maintenant l'occupation favorite, le jouet, la marotte du prisonnier.Saintine (1798-1865)
Roger a pour marotte la loyauté en amour.Jules Lemaître (1853-1914)
Cultivez votre épouse et votre marotte, uniquement, durablement, jusqu'à l'extinction de vos feux.René Boylesve (1867-1926)
Il venait de laisser choir sa marotte et s'était affaissé lourdement sur lui-même.Octave Féré (1815-1875)
C'était la chimère du jour, ou plutôt on savait que telle était la marotte du premier consul et de ses intimes.Joseph Fouché (1759-1820)
J'en suis bien fâché pour vous, madame, dont la marotte est de me vouloir occire à tout prix, par n'importe quel moyen, et je ne sais pourquoi, par exemple ?Michel Zévaco (1860-1918)
Quand les médecins ne purent venir à bout de le guérir de sa marotte, on le mit entre les mains des prêtres.Catherine II de Russie (1729-1796)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MAROTTE » subst. fem.

Ce que les fous portent à la main pour les faire reconnoistre. C'est un baston au bout duquel il y a une petite figure ridicule en forme de Marionette coïffée d'un bonnet de differentes couleurs. En Allemagne il y a des fous en titre d'office qui sont obligez de porter de telles marottes. En France tous les fous ne portent pas des marottes. Fou à marotte.
 
MAROTTE, se dit aussi d'une passion violente qui cause quelque dereglement d'esprit approchant de la folie. Chaque fou a sa marotte. Il y a tant de fous, qu'on ne sçauroit faire assez de marottes. Ce jeune homme est entesté d'une telle fille, c'est sa marotte.
Vidéos Épivarder, par Alain Rey Épivarder, par Alain Rey

Saviez-vous que le verbe épivarder, couramment utilisé au Québec, était employé au XVIIe siècle dans les provinces de l'ouest de la France ? Écoutez Alain Rey nous raconter l'histoire de ce mot, témoin du lien profond entre le français québécois et le français de France.

Alain Rey 16/09/2020