pitié

définitions

pitié ​​​ nom féminin

Sensibilité aux souffrances d'autrui. ➙ commisération, compassion. Qui fait pitié. ➙ pitoyable. Éprouver de la pitié. ➙ s'apitoyer. proverbe Il vaut mieux faire envie que pitié. Prendre qqn en pitié. —  Par pitié, je vous en supplie. Sans pitié. ➙ impitoyable ; → sans merci. Pas de pitié. ➙ quartier.
Quelle pitié !, quelle chose pitoyable, déplorable !

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je tremble que celui qui m'en a procuré les moyens n'ait été puni pour avoir manifesté quelques marques de pitié sur mon sort.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction François Soulès (1748-1809)
Cet homme, j'avais pitié de lui, et je l'aimais ; oui, je vous le jure, je l'aimais !...Octave Mirbeau (1848-1917)
Il a perdu son fils aîné : il me fait pitié ; il voudrait bien pleurer, et il se contraint : il me paraît extrêmement attaché à tous vos intérêts.Madame de Sévigné (1626-1696)
Venise était le seul obstacle qui l'empêchait de réaliser ses désirs : sans le moindre scrupule, sans la moindre pitié, il la vendit à l'ennemi.Paul Gaffarel (1843-1920)
Les corps jonchent les rues – des victimes de toutes parts – et les enfants qui sont surpris à voler implorent la pitié afin de sauver leur vie.Europarl
L'adresse consiste à combiner l'admiration avec le ressort de la terreur et de la pitié : quand ces trois moyens sont réunis ensemble, l'art est porté à son comble.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Les ménagements et la pitié furent toujours mon plus grand danger, et tous les êtres humains veulent être ménagés et pris en pitié.Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Ce dont ils ne veulent surtout pas, c'est de pitié et d'un type d'aide qui les rendra aussi dépendants de l'aide à l'avenir.Europarl
Nous sommes aux côtés des couches sociales qui résistent et se battent pour faire échec à cette politique économique et sociale sans pitié qu'impose le pacte de stabilité.Europarl
Et qui l'eût vu dans un coin, les bras croisés, la tête basse, aurait été pris de pitié.Jules Verne (1828-1905)
L'unique objet de leurs poètes était de produire la terreur et la pitié ; ils chérissaient un sujet susceptible de ces deux passions, et le façonnaient par leur génie.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Ces excessives misères brisèrent les cœurs et leur rendirent un peu de douceur et de pitié.Jules Michelet (1798-1874)
Il se roidissait de toute sa force contre lui-même ; il se battait les flancs afin de se montrer sans pitié, justement parce qu'il sentait l'émotion déjà victorieuse...Paul Féval (1816-1887)
Mais il s'y mêlait de la pitié pour cette jeune femme qui, de si loin, le regardait venir et se troublait à mesure.René Bazin (1853-1932)
Il réussit à exciter d'abord la pitié, puis la confiance du comte, qui le prit pour secrétaire.Armand de Pontmartin (1811-1890)
Je fis tout au monde pour le faire changer d'idée – je croyais bonnement y réussir – il me faisait pitié.Catherine II de Russie (1729-1796)
Elle me faisait pitié, malgré toutes ses étourderies, j'avais conservé pour elle l'amitié que vous me connaissez, mais c'est passé, je ne l'aime plus.Maurice Fleury (1856-1921)
Elle tombe à ses pieds, et avec des yeux supplians, et qui versaient un torrent de pleurs, le conjure de prendre pitié d'elle.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction François Soulès (1748-1809)
Je savais ce qu'éprouvait le vieux homme, et j'avais pitié de lui, quoique j'eusse le rire dans le cœur.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Il tâcha de la rassurer, et l'expression de sa pitié était trop sincère pour être mal interprétée.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction François Soulès (1748-1809)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PITIÉ » s. f.

Passion de l'ame qui est esmeuë de tendresse, de compassion, en voyant la douleur, ou la misere d'autruy. Les Tyrans, les Corsaires sont gens cruels & sans pitié. Un Orateur, un Poëte Tragique doivent exciter la pitié, ou la colere, faire naistre la pitié dans les coeurs des auditeurs. Un Heros infortuné fait pitié sur les theatres. Il faut regarder les pauvres avec des yeux de pitié. C'est pitié que de le voir. Ce mot vient du Latin pietas.
 
On appelle une Nostre Dame de pitié, la representation de la Vierge tenant son fils mort sur ses genoux. La Pitié est un Hospital dedié à cette Vierge. Il faut sans cesse prier Dieu qu'il ait pitié de nous, qu'il nous fasse misericorde.
 
On dit aussi d'un homme qui raisonne, qui harangue, qui escrit mal, qu'il fait pitié, que c'est une pitié. On dit en ce sens de la Musique de St. Innocent, que c'est grand'pitié. On dit aussi de celuy qui est saoul, ou à son aise, Il n'y a pas pitié en luy.
Le mot du jour Mots bleus Mots bleus

Des mots bleus, comme le bleu de ses yeux. Un bleu comme on en voit en Belgique où « être bleu de quelqu’un » c’est en être fou amoureux, au-delà des mots.

Aurore Vincenti 20/04/2020