voltiger

 

définitions

voltiger ​​​ verbe intransitif

Faire de la voltige.
(insectes, petits oiseaux) Voleter. Une nuée d'oiseaux voltigeait dans le jardin.
(choses légères) Voler, flotter çà et là.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je voltige

tu voltiges

il voltige / elle voltige

nous voltigeons

vous voltigez

ils voltigent / elles voltigent

imparfait

je voltigeais

tu voltigeais

il voltigeait / elle voltigeait

nous voltigions

vous voltigiez

ils voltigeaient / elles voltigeaient

passé simple

je voltigeai

tu voltigeas

il voltigea / elle voltigea

nous voltigeâmes

vous voltigeâtes

ils voltigèrent / elles voltigèrent

futur simple

je voltigerai

tu voltigeras

il voltigera / elle voltigera

nous voltigerons

vous voltigerez

ils voltigeront / elles voltigeront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'en conclus qu'il ne pouvait entreprendre, comme nous, de longs et intéressants voyages, et ne devait guère que voltiger d'arbre en arbre et de clocher en clocher.Henri de La Blanchère (1821-1880)
Elle passe en ange au dernier acte, ou en papillon, ou en âme, je ne sais pas...... enfin, elle est censée voltiger à quatre mètres du sol.Paul Féval (1816-1887)
Si vous ne pouvez voler, contentez-vous de voltiger, et quand vous désespérez d'atteindre le sublime, soyez impertinente et boursouflée comme les édits que proclament nos hommes d'état.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Il n'est pas non plus soutenu, d'ordinaire l'oiseau se contentant de voltiger d'un buisson ou d'une pierre à l'autre.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Nous le vîmes longtemps courir de branche en branche autour de nous, et je ne me promenais jamais sans qu'il vînt crier et voltiger près de moi.George Sand (1804-1876)
Ainsi une fois de plus chacun autour de la table conta son histoire ; on demanda une chanson, et la gaieté voulut bien voltiger autour de notre humble demeure.Oliver Goldsmith (1728-1774), traduction Bernard-Henri Gausseron (1845-1913)
Je voyais distinctement toutes sortes d'idées voltiger comme des papillons autour d'elles, en faisant mouvoir leur reflet sur son visage.Louis Ulbach (1822-1889)
Quel dommage de tenir en cage des oiseaux si charmants & qui ne demanderoient qu'à voltiger !Claude Godard d'Aucour (1716-1795)
Quelques idées naissent encore, mais elles sont incohérentes ; on a des lueurs douteuses ; on croit voir voltiger des objets mal terminés.Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826)
Ils couraient dans cette foule ; ces mots grossiers, courts et sonores, semblaient voltiger au-dessus, nés là dedans comme des mouches sur un fumier.Guy de Maupassant (1850-1893)
Elle portait toujours une vilaine robe grise traînante et une sorte de voile pâle que le moindre vent faisait voltiger autour de sa tête ébouriffée en mèches jaunâtres.George Sand (1804-1876)
Au même instant je vis voltiger dans les roseaux, ou bien glisser à la surface des eaux, une multitude infinie d'oiseaux d'espèces les plus variées et fort beaux.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
William fit voltiger le marteau, et un domestique vint ouvrir après lui avoir fait subir une attente assez longue.Théophile Gautier (1811-1872)
Je balançai d'abord à mettre pied à terre, car je trouvais moins de hasard à voltiger sur mon hippogriffe qu'à me promener sous ce portique.Denis Diderot (1713-1784)
On la voit, de bonne heure en été, voltiger à une faible hauteur, sur les rivières et les étangs, saisissant les trichoptères et les diptères à la surface de l'eau.René Martin (1846-1925)
On croyait le voir voltiger de branche en branche, poursuivre la cruelle qui déjà avait fait un autre choix et s'enfuyait à tire d'ailes.Louise Fusil (1771?-1848)
Pour la première fois, il cingla les juments, car jusqu'alors, il s'était borné à faire voltiger le fouet au-dessus de leur tête.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Toujours ton esprit quittera l'algèbre pour aller voltiger ailleurs ; ne fais pas cela, ne fais pas cela !Émile Zola (1840-1902)
Malgré qu'ils en eussent, il a bien fallu que les bougres s'y accoutumassent, et qu'ils apprissent à se placer sur les touches et à voltiger sur les cordes.Denis Diderot (1713-1784)
Les cailloux bigarrés qu'on ramasse sur la rive et cet insecte bien connu que l'enfance fait voltiger libre et captif au bout d'un fil, me tinrent lieu d'autres joujoux.Edmond About (1828-1885)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VOLTIGER » v. n.

Faire divers tours & retours à cheval autour de quelque place. Les ennemis ont long-temps voltigé autour de nostre camp, ont fait plusieurs escarmouches pour nous attirer en campagne. Les voleurs ont long-temps voltigé à l'entrée de ce bois.
 
VOLTIGER, signifie aussi, Faire flotter au gré du vent. On voyoit flotter, voltiger les estendarts, les drapeaux de l'armée ennemie. Ses cheveux voltigeoient au gré des zephyrs sur son sein, sur ses espaules. Les Amours voltigent autour de cette beauté.
 
VOLTIGER, signifie aussi, Faire les exercices sur le cheval de bois pour apprendre à y monter à cheval & à en descendre legerement, ou à faire divers tours qui monstrent l'agilité & la dexterité d'un cavalier.
 
VOLTIGER, se dit aussi en parlant des Danseurs de corde, lors qu'ils font plusieurs tours de leur mestier sur une corde peu tenduë.
 
VOLTIGER, se dit figurément en choses morales, en parlant des divers changements qu'on fait d'estude ou de condition. Cet homme n'apprendra jamais rien à fonds, il ne fait que voltiger, il quitte une étude pour en prendre une autre ; il ne fera jamais aucun établissement solide, il change à tous moments de profession.
Le mot du jour Ennui Ennui

Contrairement aux apparences, l’ennui prend deux sens, deux directions : un sens fort, dans la langue classique, et un sens atténué qui domine aujourd’hui.

Aurore Vincenti 30/04/2020