abîme

 

définitions

abîme ​​​ nom masculin

concret Gouffre très profond. ➙ précipice.
au figuré Immensité effrayante. —  Grande séparation, grande différence (entre). —  Être plongé dans un abîme de perplexité, une très grande perplexité.
Situation morale ou matérielle très mauvaise, dangereuse. ➙ perte, ruine. Être au bord de l'abîme.
locution En abîme. ➙ abyme.
var. ro abime ​​​ .
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ferdinand, que ce pressant danger avait ramené précipitamment dans sa capitale, se voyait pour la seconde fois sur le bord de l'abîme.Friedrich von Schiller (1759-1805), traduction Adolphe Regnier (1804-1884)
Toutes ces voix de l'abîme, mugissant sous des arbres dont nous respirions les cimes fleuries, avaient un charme extraordinaire.George Sand (1804-1876)
La lune descendit derrière les hautes cimes, et le désert et l'abîme ne furent plus que ténèbres, et le guide jeta encore son cri d'espérance au fond du gouffre.Charles Dickens (1812-1870) et Wilkie Collins (1824-1889), traduction Mme Judith (1827-1912)
Moi, je n'ai rien à dire contre l'avarice ; cependant je crains une trop forte réaction dans le saut de cet abîme.George Sand (1804-1876)
Il y a un abîme entre ce que vous avez décrit une fois encore comme un engagement indispensable, y compris financièrement, et ce qui se passe en pratique.Europarl
Et la pitié est l'abîme le plus profond : l'homme voit au fond de la souffrance, aussi profondément qu'il voit au fond de la vie.Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Les corps principaux restèrent en observation, échangeant d'un bord â l'autre de l'abîme des regards de haine et de défiance.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Nous pensons qu'au stade où elle est parvenue, la construction européenne ne peut plus tolérer cette situation au risque de courir à l'abîme.Europarl
Je ne sais ce que c'est : – un labyrinthe, – un abîme de mystères et de menaces.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Toute créature humaine décidée à se détruire elle-même peut être arrêtée au bord de l'abîme par l'espoir de sauver son semblable.Paul Féval (1816-1887)
Adeline renaissait ; de l'abîme au fond duquel il se noyait, il remontait à la lumière.Hector Malot (1830-1907)
Il peut faire à volonté des miracles, et les monstres sortent de l'abîme à son appel.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Hugues Rebell (1867-1905)
Lorsque nous aperçûmes la mer, les vagues se dressaient à l'horizon de l'abîme en furie, comme des tours et des édifices, sur un rivage éloigné.Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Dans ces orbes glorieux et innombrables, dont nous avons admiré le lointain éclat, avant de descendre dans cet abîme fantastique, le mal ne peut être ; ils sont trop beaux.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Cet amour de femme, plus puissant que la colère, le raisonnement ou l'orgueil, avait détruit en un instant l'abîme que la passion et le soupçon avaient creusé entr'eux.Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Les unes valsent, les autres dessinent ; celles-ci plongent dans l'abîme de la métaphysique, celles-là se contentent d'être musiciennes.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Mais moi je bénis et j'affirme toujours, pourvu que tu sois autour de moi, ciel clair, abîme de lumière !Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Quand j'eus repris l'usage de mes sens, une invincible curiosité attira mes regards vers l'abîme, et les rayons de la lune me le montrèrent dans toute son effrayante profondeur.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Mais je ne puis l'accepter ; il existe entre nous un abîme que nous ne saurions franchir : notre éducation, notre foi, tout s'oppose à ce qu'il soit comblé.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Quelques-uns tirèrent des scalps de leur ceinture, les placèrent sur la pointe de leurs lances et les secouèrent devant nous au-dessus de l'abîme.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ABYSME » s. m.

Gouffre profond où on se perd, d'où on ne peut sortir. Il y a de profonds abysmes dans ces montagnes, dans ces rochers, dans ces mers, dans ces rivieres. cette ville est fonduë en abysme.
 
Selon quelques-uns, ce mot vient du Grec bathos, qui signifie la mer profonde : d'où est venu aussi le mot de bas, & abaisser. Mais il y a plus d'apparence qu'il vient d'abyssus Latin, ou du Grec abyssos, qui signifie la même chose.
 
ABYSME, se dit figurément en Morale des choses où la connoissance humaine se perd quand elle raisonne. La Physique est un abysme, on ne peut penetrer dans les secrets de la Nature. les jugements de Dieu, les mysteres sont des abysmes, dont on ne peut sonder la profondeur.
 
ABYSME, se dit absolument des enfers. La rebellion des Anges les fit precipiter dans l'abysme. qui pourra mesurer la profondeur de l'abysme ? On dit aussi, C'est un abysme de maux, de souffrances, de malheurs.
 
ABYSME, se dit aussi de ces depenses excessives dont on ne peut juger avec certitude. On ne peut certainement regler la depense de la Marine, c'est un abysme. la depense de cette maison est excessive, c'est un abysme. On dit en proverbe, qu'un abysme attire l'autre, quand d'un mal on tombe en un plus grand.
Vidéos Interloqué Interloqué

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

15/04/2020