affabilité

 

définitions

affabilité ​​​ nom féminin

Caractère, manières affables. ➙ courtoisie, politesse.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le visiteur se fit annoncer dans les formes et fut reçu avec une grande affabilité.Remy de Gourmont (1858-1915)
Le ministre qui l'avait d'abord accueilli avec une affabilité toute particulière, prit un air digne.Pamphile Le May (1837-1918)
Ce n'est pas un des moindres sujets d'étonnement dans ce pays de contrastes que de voir un jésuite et un missionnaire évangélique s'entretenir avec affabilité.Gérard de Nerval (1808-1855)
On applaudit ce groupe sympathique, on l'acclame, on lui offre des fleurs, on lui décerne des compliments qu'il reçoit en montrant une parfaite affabilité.Jules Verne (1828-1905)
Avec une affabilité des plus touchantes, le ministre quitta sa loge, et alla publiquement donner une poignée de main à l'ancien ami qu'il venait de retrouver.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Leur vivacité, leur affabilité, et cette heureuse indifférence, que peut seule donner la constitution du tempérament, car la philosophie y aspire en vain, n'ont point succombé sous les événemens.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Tant d'affabilité, il est vrai, ne réussissait qu'imparfaitement à le satisfaire ; une ombre restait sur son front, et quelque chose semblait manquer à son bonheur.Albert Vandal (1853-1910)
Ma porte s'ouvre toujours au besoin qui s'adresse à moi, il me trouve la même affabilité ; je l'écoute, je le conseille, je le plains.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Tout le monde l'admirait pour sa gloire et l'aimait pour la gaieté et l'affabilité de son caractère.Laurent-Olivier David (1840-1926)
De sa vie, le vaniteux négociant n'avait fait si gracieusement, avec tant d'affabilité, les honneurs de sa maison.Émile Gaboriau (1832-1873)
Ma porte s'ouvre toujours au besoin qui s'adresse à moi ; il me trouve la même affabilité.Denis Diderot (1713-1784)
Ils sont unanimes à vanter sa douceur, son humanité, son affabilité pour tous et une sorte de candeur ou de bonhomie naturelle qu'ils appellent sa « simplicité ».Charles-Victor Langlois (1863-1929)
C'est l'homme le meilleur de la terre, et d'une affabilité charmante, et plein de la vieille bravoure française...Émile Zola (1840-1902)
Son germanisme et son air dédaigneux, si différent de l'affabilité de son père, éloignèrent de lui non seulement le peuple, mais aussi la noblesse.Gaston Maugras (1850-1927)
Le matin, il recevait tous ceux qui voulaient lui parler, les gagnant par son affabilité.Charmes Mérouvel (1832-1920)
Je ne puis assez me louer de son affabilité et du véritable intérêt qu'il me témoigne.Claude-François de Méneval (1778-1850)
Ajoutez à tous ces avantages extérieurs une grande affabilité et une grâce enchanteresse dans ses moindres paroles, à laquelle une timidité naturelle prêtait encore des charmes.Régis de Chantelauze (1821-1888)
Les personnes qui l'ont examiné au microscope lui ont reconnu plusieurs protubérances avantageuses et un regard plein d'affabilité.George Sand (1804-1876)
Et d'un geste rempli d'affabilité elle lui indiqua un fauteuil de soie pourpre brochée d'or, prenant place elle-même sur une causeuse de même étoffe.Eugène Sue (1804-1857)
Il avait recouvré son aisance, son affabilité, toutes les sémillantes qualités qui lui avaient valu le titre de prince du dandysme halifaxien.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « AFFABILITÉ » subst. fem.

Courtoisie, honnêteté avec laquelle un superieur reçoit son inferieur, & se communique à luy.
Le mot du jour Vous avez dit « séparatistes » ? Vous avez dit « séparatistes » ?

Septembre 2020, le gouvernement annonce un projet de loi contre le séparatisme ; un mois plus tard, le mot disparaît officiellement du texte proposé. Et pour cause : comment définir rigoureusement des « séparatistes » ?

Maria Candea 03/11/2020