barbouiller

 

définitions

barbouiller ​​​ verbe transitif

(Salir)
Couvrir d'une substance salissante. ➙ salir, tacher. —  au participe passé Visage barbouillé de confiture.
Étaler grossièrement une couleur sur (qqch.) ; par extension peindre grossièrement. ➙ peinturlurer.
Couvrir de gribouillages.
(Brouiller). Barbouiller l'estomac, le cœur, donner la nausée. —  au participe passé Avoir l'estomac barbouillé. —  Je me sentais toute barbouillée.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je barbouille

tu barbouilles

il barbouille / elle barbouille

nous barbouillons

vous barbouillez

ils barbouillent / elles barbouillent

imparfait

je barbouillais

tu barbouillais

il barbouillait / elle barbouillait

nous barbouillions

vous barbouilliez

ils barbouillaient / elles barbouillaient

passé simple

je barbouillai

tu barbouillas

il barbouilla / elle barbouilla

nous barbouillâmes

vous barbouillâtes

ils barbouillèrent / elles barbouillèrent

futur simple

je barbouillerai

tu barbouilleras

il barbouillera / elle barbouillera

nous barbouillerons

vous barbouillerez

ils barbouilleront / elles barbouilleront

 

synonymes

barbouiller verbe transitif

tacher, embarbouiller, maculer, salir, souiller

peindre, peinturer (familier), peinturlurer (familier)

gribouiller, griffonner, noircir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Quelques-unes se tatouent au menton ; la suprême élégance est de se barbouiller avec des couleurs criardes.Élie Reclus (1827-1904)
Ce sera autant de fait quand je pourrai barbouiller du papier.George Sand (1804-1876)
Pas une ligne de rédaction ; c'est une chose plus difficile que je ne croyais de se mettre à barbouiller du papier.George Sand (1804-1876)
Il lui faut barbouiller les mains et le visage avec de la suie.Anatole France (1844-1924)
Il lui semblait si bon, elle l'aimait tant, qu'après l'avoir excusé de barbouiller de pareilles horreurs, elle en venait à leur découvrir des qualités pour les aimer aussi un peu.Émile Zola (1840-1902)
Se barbouiller n'est rien, il faut pour se déguiser modifier le mouvement général de la physionomie.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il paraît que les paroissiens aiment mieux se régaler avec les actrices que de barbouiller du papier.Honoré de Balzac (1799-1850)
Je déclare en toute franchise que je trouve fâcheux et ridicule de se barbouiller de blanc, de rouge et de noir.Olga de Pitray (1835-1909)
Ainsi ne s'est-il pas avisé de barbouiller de charbon les murs fraîchement blanchis de la ferme, sous prétexte de représenter nos bêtes !Georges Eekhoud (1854-1927)
Elle a pris une rage de barbouiller des toiles.Léon de Tinseau (1842-1921)
Zozo tremper ses petits doigts dans la sauce et barbouiller ses joues de confitures.Alfred Assollant (1827-1886)
J'ai, pour te faire plaisir, mis à la porte plus de vingt gouvernantes qui ne voulaient pas te laisser barbouiller le nez du sable des squares.Victor Tissot (1845-1917)
Je me laisse aller à des fantaisies coupables, une lecture m'entraîne et je me mets à barbouiller du papier qui restera dans mon bureau et ne me rapportera rien.George Sand (1804-1876)
Ainsi, lorsqu'il déjeunait, il le faisait chercher, l'asseyait sur ses genoux, trempait un doigt dans la sauce de quelque plat et s'amusait à lui en barbouiller le visage.Henri Welschinger (1846-1919)
La tante y mit de la dignité, le neveu eut peur de se barbouiller de rouge et de blanc, ce qui lui arrivait bien quelquefois avec ces demoiselles.Arsène Houssaye (1815-1896)
Je ne l'aurais pas écrite, si elle n'était pas là toujours en tiers entre nous, car j'aime mieux parler la bouche ouverte que de barbouiller du papier.Paul Féval (1816-1887)
S'il avouait que les femmes lui sont devenues aussi indifférentes les unes que les autres, pourquoi prendrait-il la peine de se barbouiller la figure et de porter de faux cheveux ?George Sand (1804-1876)
Mis au lit, il se débarbouille le menton qu'il avoit tout noirci avec de la fumée du flambeau et fait barbouiller les autres.Jean Héroard (1551-1628)
Quelquefois ce moucheron – c'est ainsi qu'il se qualifie lui-même – sait lire ; quelquefois il sait écrire, toujours il sait barbouiller.Victor Hugo (1802-1885)
Nous ne réussîmes point à faire de la glu, mais bien à barbouiller notre visage, nos mains et nos vêtemens d'une pâte verte d'un ton fort équivoque.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BARBOUILLER » verb. act.

Peindre grossierement avec une brosse, enduire d'une couleur. L'ocre sert à barbouiller les planchers, le noir à noircir à barbouiller les jeux de paume.
 
Menage derive ce mot de barbulare, qu'on a fait de barbula, diminutif de barba, d'où on a fait aussi Barbuleius, qui signifie un bouffon enfariné.
 
BARBOUILLER, signifie aussi, Salir, gaster quelque partie d'une chose. Les masques, les bouffons se barbouillent le visage.
 
BARBOUILLER, se dit figurément en Morale des compositions d'esprit. Cet Auteur a bien barbouillé du papier, il a écrit bien des choses qui ne valent rien, ou qu'on n'entend pas. cet homme s'est bien barbouillé dans le monde, on n'en fait gueres d'estat. il a tellement barbouillé & embrouillé cette affaire, qu'on n'y connoît plus rien.
 
On dit aussi, qu'un Orateur, un Advocat se barbouille, lors que la memoire luy manque, qu'il parle en galimathias. On dit la même chose d'un homme qui s'enyvre, lors qu'il ne sçait plus ce qu'il dit.
 
BARBOUILLÉ, ÉE. part. & adj.
 
On dit proverbialement, Se moquer de la barbouillée, pour dire, Faire des propositions extravagantes & ridicules.
Les mots croisés du Robert Les mots du voyageur Les mots du voyageur

En attendant de pouvoir explorer de lointaines contrées, voyagez avec les mots-croisés du Robert... Une nouvelle grille thématique à découvrir ici !

10/06/2020