Email catcher

couper se couper

Définition

Définition de couper ​​​ verbe transitif

concret
Diviser (un corps solide) avec un instrument tranchant ; séparer en tranchant. Couper du pain avec un couteau. Couper du bois. Couper qqch. en tranches. Couper en deux, en quatre morceaux. ➙ partager.
Préparer des morceaux de tissu à assembler pour en faire un vêtement. Couper une jupe. ➙ tailler. au participe passé Veste bien coupée. ➙ coupe.
Enlever une partie de (qqch.) avec un instrument tranchant. Couper les branches mortes d'un arbre. Couper de l'herbe. Couper les cheveux, les ongles (de, à qqn). ➙ tailler. Couper la tête, le cou à qqn. ➙ décapiter. locution Un brouillard à couper au couteau, très épais.
intransitif Être tranchant. Les éclats de verre coupent. Ce couteau ne coupe plus, il faut l'aiguiser.
Faire une entaille à la peau. pronominal Il s'est coupé en se rasant.
Diviser en plusieurs parties. ➙ fractionner, partager, scinder. (sujet : chose) Cette haie coupe le champ en deux. ➙ morceler.
Passer au milieu, au travers de (qqch.). ➙ traverser. Ce chemin en coupe un autre. ➙ croiser. pronominal Les deux routes se coupent à angle droit. sans complément (sujet : personne) Couper à travers champs.
Enlever (une partie d'un texte, d'un récit, d'un film, d'une émission…). Couper qqch. dans un discours. ➙ retrancher.
au participe passé Scènes d'un film coupées au montage.
Interrompre. Couper sa journée par une sieste. ➙ entrecouper. Couper l'appétit à qqn.
Interrompre (un discours). Couper la parole à qqn. familier Couper le sifflet*. La couper (à qqn), l'interloquer. Ça te la coupe, hein !
Arrêter, barrer. Couper les voies ferrées, les rendre impraticables. au figuré Couper les ponts*. Couper les vivres à qqn, lui refuser de l'argent.
Interrompre le passage de. Couper le contact. Couper l'eau, le courant. sans complément Coupez !, arrêtez la prise de vues, la prise de son.
Mélanger à un autre liquide. ➙ coupage. Couper son vin, l'additionner d'eau.
Couper un jeu de cartes, le diviser en deux. sans complément Battre et couper. Jouer avec l'atout. Couper le carreau ; sans complément couper à carreau.
verbe transitif indirect
familier Couper à. ➙ éviter. Couper à une corvée, y échapper. Il n'y coupera pas.
locution, au figuré Couper court* (II, 2) à qqch.

Définition de se couper ​​​ verbe pronominal

Se blesser avec un instrument tranchant. Il s'est coupé en se rasant.
(passif) Être coupé. Le beurre se coupe facilement.
Il s'est coupé de ses amis, il a perdu le contact avec eux.
S'entrecroiser. Les deux routes se coupent à angle droit.
Se contredire par inadvertance, laisser échapper la vérité. ➙ se trahir.

Conjugaison

Conjugaison du verbe couper

actif

indicatif
présent

je coupe

tu coupes

il coupe / elle coupe

nous coupons

vous coupez

ils coupent / elles coupent

imparfait

je coupais

tu coupais

il coupait / elle coupait

nous coupions

vous coupiez

ils coupaient / elles coupaient

passé simple

je coupai

tu coupas

il coupa / elle coupa

nous coupâmes

vous coupâtes

ils coupèrent / elles coupèrent

futur simple

je couperai

tu couperas

il coupera / elle coupera

nous couperons

vous couperez

ils couperont / elles couperont

Synonymes

Exemples

Phrases avec le mot couper

Cette première défense va couper le sujet de sa vie émotionnelle.Analyse Freudienne Presse, 2010 (Cairn.info)
Ces créneaux visent aussi à couper court au risque d'isolement du collaborateur.Capital, 29/08/2018, « Comment manager des salariés en télétravail ? »
Je donnerais ma main à couper que de tous les genres de charité, c'est encore celui qui vous intéresse le plus.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Mais les images sont là et dévoilent au fil de l'aventure des décors à couper le souffle.Géo, 08/01/2019, « Adaptation, une aventure inédite au cœur des quatre milieux les… »
Pas d'obligation de tondre la pelouse ou de couper les arbres des jardins communs.Capital, 18/01/2021, « Maison en copropriété : principe, avantages et inconvénients »
Sortir la plaque et rouler la fleur délicatement puis la couper en deux.Ouest-France, 16/12/2020
Voyager avec ses enfants dans ce pays, c'est l'occasion de profiter de paysages à couper le souffle.Géo, 13/12/2018, « Voyager avec les enfants : les meilleures destinations »
Il est conseillé de couper les fleurs avant floraison afin de limiter son expansion.Ça m'intéresse, 15/11/2021, « Des plantes toxiques ou invasives aux vertus cachées »
Cela commence par couper la veille d'un téléviseur une fois l'écran éteint.Ouest-France, 25/03/2018
Elle a dû, pour tenter de se séparer d'elle, couper les ponts dans la réalité et ne plus la voir pendant des années.Le Journal des psychologues, 2007, Philippe Robert (Cairn.info)
Est-il vraiment possible de couper l'approvisionnement comme ça, en quelques minutes, sans en avertir le consommateur à l'avance ?Europarl
Préparation des pommes : éplucher les pommes, les couper en deux, les épépiner et les tailler en petits dés.Ouest-France, Delphine LANDAY, 04/04/2020
Les quatre artisans de la beauté n'ont pas eu le temps de couper les cheveux ou les poils en quatre aux clients depuis deux mois.Ouest-France, 29/01/2021
Flexion des genoux et position instable pour couper le rosier derrière la lavande : jardiner n'est pas non plus de tout repos.Ça m'intéresse, 05/11/2020, « Comment la végétation ressource notre corps ? »
Elle cherche à couper les ponts avec les rêves d'enfance, avec les rêves communs.Cliniques méditerranéennes, 2019, Gérard Pommier (Cairn.info)
Elle les utilise désormais pour des interventions sans avoir à couper le courant ou faire appel à des moyens plus lourds.Ouest-France, Olivier CLÉRO, 17/03/2021
Cette jouissance lui permet de faire pâturer ses bestiaux sur les estives ou bien d'aller couper son bois dans les forêts.Annales de démographie historique, 2004, Serge Brunet (Cairn.info)
Cette façon de procéder leur paraît cool : elles disent qu'elles vont le couper, ou se démoisir, et que ce n'est pas écrit sur le front.Psychologie clinique, 2009, Michel K. Gbagbo (Cairn.info)
Ce qu'il y a de plus dur dans l'expérience révolutionnaire, c'est de se couper du noyau.Vacarme, 2003, Philippe Mangeot, Jean-Philippe Renouard (Cairn.info)
D'abord couper l'aubergine en deux, retirer ses pépins puis la couper en dés de 1 cm.Ouest-France, 26/10/2018
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de COUPPER v. act. & n.

Separer avec un instrument trenchant un corps continu & solide en deux ou plusieurs parties. On couppe les bleds avec une faucille. On couppe l'herbe avec une faulx. On couppe les arbres avec la coignée & la serpe. Les estoffes se couppent avec des ciseaux, & les pierres & le bois avec des marteaux, des ciseaux & des scies. Le Laboureur couppe la terre avec la charruë & le coutre. Coupper du pain, de la viande avec un couteau. Un fanfaron dit en menaçant, qu'il couppera bras & jambes à quelqu'un, pour dire, qu'il luy fera toutes sortes de mauvais traittements : & au figuré, on dit qu'un Juge a couppé bras & jambes à une partie, pour dire, qu'il luy a fait tout le tort qu'il a pû. On dit aussi, Coupper la bourse à quelqu'un, quand on a retranché quelque chose du droit qui luy pouvoit appartenir pour le bien de la paix, en faisant un accommodement. On dit aussi pour montrer qu'on est bien assûré de la verité de quelque chose, J'y mettrois ma teste à coupper, & si c'est la gageure d'un fou. Ce mot vient du Grec koptein, qui signifie la même chose, selon Nicod aprés Budée. D'autres le derivent du Latin capulare.
 
COUPPER, se dit aussi de quelques choses separées sans instruments trenchants, Le feu a couppé cette busche ; & même de celles qui ne sont pas solides. Voilà du vin si espais, qu'on le coupperoit avec un couteau. Pour traverser la riviere à la nage, il faut coupper l'eau avec les bras.
 
COUPPER, signifie aussi, Croiser, traverser. Tous le Meridiens se couppent aux Poles du monde. Tous les diametres se couppent dans le centre du cercle. Voilà une ruë, un chemin de traverse qui couppe. Couppez par là, c'est vostre plus court. Une compagnie ne se doit pas laisser coupper en sa marche.
 
On dit aussi en termes de Chasse, qu'un chien couppe, lors qu'un chien ambitieux veut gagner la teste de la meute, ou qu'il manque de force.
 
COUPPER, signifie aussi simplement, Tailler, façonner. Ce Tailleur est adroit, il sçait bien coupper un habit. J'ay fait coupper ce manteau à la piece. Ce Sculpteur couppe bien le bois.
 
En termes de Jardinage, on dit, Coupper en pied de biche, pour dire, Coupper de biais.
 
COUPPER, signifie encore, Entamer quelque chose, y faire quelque ouverture. Cet homme s'est couppé au doigt, mais ce n'est pas fort avant. Cette pistole est douteuse, elle a esté souvent couppée. Voilà un vent de Nord qui couppe comme un rasoir, c'est à dire, il entame, il fait fendre la peau. Le froid gerce, fait que la peau se couppe.
 
On dit aussi en termes de Manege, qu'un cheval se couppe, quand par l'un de ses fers il entame la peau d'un de ses boulets. On dit aussi, Coupper le rond, ou coupper la volte, quand un cheval change de main en travaillant sur les voltes.
 
COUPPER un cheval, c'est le chastrer, le rendre hongre & inhabile à la generation. On a esté obligé de coupper ce cheval, parce qu'il ruoit & mordoit.
 
COUPPER, s'employe aussi en parlant des divers supplices par lesquels on mutile les corps des criminels en France. On couppe la teste aux Gentilshommes avec un coutelas. En Angleterre on la leur couppe avec une doloire sur un billot. On couppe les oreilles aux couppeurs de bourses. On couppe le nez aux deserteurs & aux garces. On couppe le poing aux parricides, aux meurtriers des Princes, de leurs parents, de leurs maîtres, & aux sacrileges.
 
COUPPER la gorge, signifie, Tuer, massacrer. On couppa la gorge à tous les François au temps des Vespres Siciliennes. Ce voleur a esté roüé pour avoir couppé la gorge à plusieurs passants. Ces deux braves sont si animez, qu'il faut qu'ils se battent, qu'ils se couppent la gorge ensemble.
 
En ce sens on dit figurément, qu'on couppe la gorge à quelqu'un, quand on luy cause quelque dommage. On couppe la gorge aux enfants, quand on ne les instruit pas bien, quand on les laisse vivre dans un plein libertinage. Si vous luy ostez cet employ, il n'a pas du pain, vous luy couppez la gorge. Le Juge a couppé la gorge à cette partie, en luy faisant perdre son procés. On couppe la gorge dans cette hostelerie, on y rançonne les passants. On dit aussi d'une raison peremptoire & decisive, qu'elle couppe la gorge à un adversaire, lors qu'il n'a rien à y respondre.
 
COUPPER, signifie aussi, Diviser un pays. L'Appennin est une chaisne de montagnes qui couppe toute l'Italie. La France est couppée & arrousée de plusieurs rivieres. La Flandre est couppée d'un nombre infiny de fossez & de canaux.
 
COUPPER chemin, c'est, Mettre un obstacle au passage de quelqu'un, comme font les montagnes, les rivieres & les canaux. Et en ce sens on dit, Coupper les vivres à une ville, quand on occupe les passages par où les vivres luy arrivoient : Coupper les ennemis, quand on se met entre eux & leur camp, ou leur ville, pour les empescher d'y retourner. On a arresté le cours de cet incendie, en couppant & abattant deux ou trois maisons.
 
COUPPER, se dit figurément en choses spirituelles & morales. On dit qu'un criminel se couppe en ses responses, quand il se contredit, ou quand il varie : qu'un Orateur couppe son stile : qu'un Poëte couppe ses Stances, pour dire, qu'il y fait plusieurs pauses & divisions, qu'il employe peu de conjonctions. On dit en ce sens, Coupper court, pour dire, Abreger, s'expliquer en peu de paroles. On dit, Coupper la parole à quelqu'un, pour dire, l'interrompre. La douleur, les souspirs, les sanglots luy couppoient la voix, pour dire, l'empeschoient de parler, interrompoient son discours.
 
On dit aussi figurément, Coupper l'herbe sous le pied à quelqu'un, pour dire, luy faire perdre quelque avantage. On dit aussi, qu'on s'est couppé de son couteau, ou qu'on s'est couppé la gorge, quand on a lasché quelques paroles qui ensuitte portent un grand prejudice.
 
On dit qu'on couppe la racine d'un procés, quand on en oste la source, ou ce qui le cause, ou qui le peut fomenter. On le dit aussi de plusieurs autres maux, auxquels on dit qu'on couppe la broche, lors qu'on les previent, ou qu'on les arreste, par allusion à la broche d'un muid, laquelle estant couppée, on n'en peut plus tirer le vin.
 
COUPPER, se dit en termes de Jeu, d'un pacquet de cartes qu'on separe en deux, aprés que celuy qui les tient les a bien meslées. On dit encore, Coupper pour voir à qui fera, lors que chacun prend un pacquet de ces cartes, & qu'il monstre celle qui est à descouvert, dont la plus haute commande. J'ay couppé un as, & vous n'avez qu'un dix. On le dit aussi, quand sur des cartes qu'on jette, on en met une plus haute pour gagner la main. Il a couppé d'un Roy, d'une triomphe, d'un matador, d'une carte qui est hoc.
 
On dit, Coupper cu, quand on ne veut pas donner revanche à quelqu'un, ni attendre qu'il se soit raquitté.
 
En termes de Paume, on appelle coupper un coup, quand on pousse la balle, ensorte qu'elle roule au lieu de rebondir.
 
En termes de Danse, on appelle coupper un pas, quand on fait un petit saut en pliant le pied gauche, tandis qu'on passe legerement le droit pas dessus.
 
En termes de Blason, on appelle coupper un Escu, quand on le divise en deux parties égales diametralement par une ligne parallele à l'horison, & en même sens ou disposition que la fasce. Cet Escu estoit couppé de gueules & de sable. De là vient qu'on dit que deux couleurs se couppent, lors qu'elles sont fort differentes & fort vives, & qu'elles n'ont aucune nuance, ou couleur douce qui les joigne.
 
On dit encore en matiere d'estoffes, qu'elles se couppent, quand elles se fendent ou se cassent dans les plis, pour n'estre pas assez moüelleuses.
 
On dit aussi, Faire coupper son carrosse, lors qu'un carrosse a deux fonds, & qu'on en fait retrancher un.
 
COUPPÉ, ÉE. part. & adj. On appelle un stile couppé, un langage bref & Laconique : du point couppé, une espece de dentelles faites avec des feuilles pointuës : des vers, des stances couppez, quand il y a certaines divisions au milieu des vers & du couplet : un pas couppé à la danse : un carrosse couppé, qui n'a qu'un fond sur le derriere : un cheval couppé ou hongre.
 
COUPPÉ, en termes de Blason, se dit d'un Escu divisé par le milieu de droit à gauche par une ligne parallele à l'horison, ou dans le sens de la fasce. On le dit aussi des pieces honorables, & même des animaux & des meubles qui chargent l'Escu, quand ils sont divisez également dans le même sens, ensorte toutefois qu'une partie soit de couleur, l'autre de metail. On dit aussi couppé, des testes de loups, de sangliers & autres animaux & oiseaux, & même de leurs pieds & autres membres, quand ils paroissent separez du corps nettement, sans y laisser ni poil ni plumes, comme il en paroist à ceux qu'on appelle arrachez. Et on appelle couppé de l'un en l'autre, quand sur un Escu ainsi couppé, il y a un animal, ou autre piece ou meuble brochant sur le tout, qui est pareillement couppé, ensorte que l'esmail du chef se trouve en la pointe, & reciproquement celuy d'enbas se trouve en haut.
 
On dit proverbialement, Pain couppé n'a point de maître.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.
Le dessous des mots La naissance du « cool » La naissance du « cool »

C’est en écoutant le dernier album d’Orelsan, et plus particulièrement la chanson Casseurs Flowter Infinity, que l’on s’est fait la réflexion simple,...

Arnaud Hoedt et Jérôme Piron 13/07/2022