coupant

définitions

coupant ​​​ , coupante ​​​ adjectif

Qui coupe. ➙ aigu. Pince coupante.
Autoritaire. Un ton coupant. ➙ bref, tranchant.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il lui plaisait de presser avec son pouce le jambon sur son pain et de se graisser les doigts en se coupant des bouchées.Alexis Bouvier (1836-1892)
Remarquez, ajouta le marquis, d'un air fort sérieux, et coupant court aux actions de grâces, que je ne veux point vous sortir de votre état.Stendhal (1783-1842)
Incontinent donc, nous dépassâmes les portes et, coupant net à travers champs, rabattîmes sur le bord de la mer.Gustave Flaubert (1821-1880)
Impérieux, cassant, coupant, il humiliait, par plaisir pur ou par caprice, les personnalités les plus « considérables ».Fernand Neurey (1874-1934)
Quelle ironie du sort, notons-le bien, les ministres du budget coupant généralement en premier dans le secteur éducation/culture !Europarl
Flessingue est imprenable, parce qu'il faut exécuter un passage de fossé qui est rempli d'eau, et qu'enfin on peut en coupant les digues inonder toute l'île.Adolphe Thiers (1797-1877)
Je n'entends pas bien l'univers formé si tard, là où il n'y avait rien, subsistant pour un temps seulement, et coupant ainsi en trois parties l'indivisible éternité.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Elle occupait son temps à mille besognes de mâle, menuisant, jardinant, coupant le bois avec la scie ou la hache, réparant sa maison vieillie, maçonnant même quand il le fallait.Guy de Maupassant (1850-1893)
Le mendiant le contemplait, coupant de petits bouts de pain qu'il tendait au chien, sous la table.Maurice Level (1875-1926)
Puis, c'est une bêtise de croire que deux avenues se coupant à angle droit ajoutent à la beauté l'une de l'autre.Jules Lemaître (1853-1914)
Puis, quand les mamans s'en mêlèrent, coupant les gâteaux montés, servant autour d'elles, le goûter s'anima et devint bientôt très-bruyant.Émile Zola (1840-1902)
Ayant trouvé un méchant fer coupant, elle travailla à se couper la gorge, ne put.Jules Michelet (1798-1874)
La nature était en gaieté ; de grands oiseaux de mer d'une blancheur de neige rasaient l'eau du coupant de leurs ailes.Théophile Gautier (1811-1872)
Phyllis voyait, barrant le front volontaire, coupant le sourcil, effleurant la paupière, la petite blessure à peine cicatrisée...Guy Chantepleure (1870-1951)
Des pas lourds s'enfonçaient dans la boue noire, et une pluie fine tombait, coupant de mille hachures le ciel pâle.Gustave Flaubert (1821-1880)
Sur la pente abrupte, ils s'enfonçaient jusqu'à mi-jambe dans un gravier coupant comme du mâchefer.Edmond Haraucourt (1856-1941)
L'homme d'esprit faisait de profondes remarques sur l'humidité malsaine des bois, et parlait des beaux champs de luzerne qu'on obtiendrait en coupant tous ces grands vilains arbres.Émile Zola (1840-1902)
Toutes les portes et les fenêtres gémissent, l'ouragan s'acharne ; le petit point noir approche vaillamment coupant la brise ; je le vois s'engouffrer sous la sapinière.Hermine Lecomte du Noüy (1854-1915)
Pour l'isoler complètement de la terre, ceux-ci n'avaient pas hésité à faire une île de cette presqu'île en coupant l'isthme minuscule qui la reliait au rivage.Gaston Leroux (1868-1927)
Je n'ai vu ce garçon qu'une fois, il a dans ses yeux clairs la sécheresse et le coupant d'un couteau.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COUPPANT, ANTE » adj.

Qui couppe, qui trenche. Les Chirurgiens rapportent que cette playe a esté faite par des instruments couppants & trenchants.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020