diable

 

définitions

diable ​​​ nom masculin

Démon, personnage représentant le mal, dans la tradition populaire chrétienne. Un diable à pieds fourchus.
Le diable : le prince des démons ou des diables. ➙ démon, satan ; diabolique.
locution Ne craindre ni Dieu ni diable. Donner, vendre son âme au diable. —  Avoir le diable au corps : avoir de l'énergie pour faire le mal ; avoir une vitalité incontrôlable. « Le Diable au corps » (roman de Radiguet). —  S'agiter, se démener comme un (beau) diable, avec une énergie extrême. —  Tirer le diable par la queue : avoir peine à vivre avec de maigres ressources. —  C'est, ce serait bien le diable si… : ce serait bien étonnant si. —  Que le diable l'emporte, se dit de qqn dont on veut se débarrasser. —  La beauté* du diable.
au figuré Au diable : très loin. Habiter au diable, au diable vauvert. —  Envoyer qqn au diable, le renvoyer, le rabrouer avec colère ou impatience. Allez au diable !
À la diable : sans soin, de façon désordonnée. Travail fait à la diable.
Du diable : extrême, excessif. Un vacarme du diable.
En diable : très, terriblement. Il est paresseux en diable.
interjection (exprimant la surprise, l'étonnement admiratif ou indigné) ➙ vieux diantre. Diable ! C'est cher. Réagissez, que diable !
au figuré
Enfant vif, turbulent, insupportable.
Un pauvre diable : un homme malheureux, pauvre, pitoyable. —  Un bon diable : un brave homme. ➙ bougre.
Diable de (valeur d'adjectif) : bizarre, singulier ou mauvais. ➙ drôle. Un diable d'homme.
Petit chariot à deux roues basses qui sert à transporter des caisses, des objets lourds.
Ustensile de cuisson formé de deux poêlons en terre poreuse.
 

synonymes

diable nom masculin

diablotin, incube, diableteau (vieilli)

brouette, chariot

pauvre diable

malheureux, misérable

envoyer au diable, à tous les diables

expédier, maudire, rabrouer, rebuter (vieilli ou littéraire), rembarrer (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je le répète, c'est le diable, ou du moins le vicaire du diable sur la terre.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Qui diable ne voudrait être poète, c'est-à-dire, si tous les critiques avaient la même politesse ?George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Le gardien de nuit dit qu'il n'a jamais vu un pauvre diable renversé aussi rudement.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Il ne reste plus une planche de ses flancs ou du pont, pas un pauvre diable pour pleurer sur le naufrage.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
En sachant ce qu'ils savaient à l'époque, pourquoi diable n'ont-ils pas fait davantage pour nous nous protéger des conséquences insupportables du réchauffement climatique ?Europarl
Pour moi, la question n'est pas de savoir si on peut acheter du gaz au diable.Europarl
Si vous avez d'autres questions à me faire, parlez, seigneur, parlez, je répondrai à tout ponctuellement, étant le diable, il n'y a rien que je ne sache.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Ce n’est malheureusement qu’une partie de l’histoire ; comme toujours, le diable est dans les détails.Europarl
Si des conservateurs comme mon honorable ami n'approuvent pas cela, permettez-moi alors de me demander, sans mettre des gants, que diable approuveront-ils un jour ?Europarl
Envoyez mes vers au diable par le chemin qui vous conviendra le mieux ; je m'y soumets puisqu'il le faut.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Un pauvre diable, pour ainsi dire dans vos filets, – un enfant d'une naissance incertaine, – voilà ce qui épouvante un grand seigneur !George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Un pauvre diable, qui luttait à la nage contre les flots, fut recueilli par nos gens plus d'une heure après que touts étaient partis.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Quant à moi, je ne pense pas qu'il ait eu un tel père ; car il en savait plus long que le diable, et il lui aurait même rendu des points.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Le pauvre diable, quand il se sentit pris, se mit à geindre à la façon des chats d'une manière lamentable.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Un rocher aurait pitié de moi : que le diable emporte la jument aux longues jambes !Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
On dit que le diable se cache dans les détails, et cela n’a jamais été aussi vrai que pour ce domaine précis.Europarl
C'est une question d'équilibre et j'estime qu'il est important de faire sortir le diable de sa boîte au cours du débat.Europarl
Et où diable vas-tu les trouver, imbécile, lorsque moi, pour en citer un à propos, je sue comme si je piochais la terre.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Le diable peut prendre les hommes et non pas les faire, bien qu'il recueille le bénéfice d'une véritable fabrication humaine.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Le diable et les prêtres sont sans doute en vacances, puisqu'ils courent ainsi le pays.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DIABLE » s. m.

Mauvais Ange, un de ces Esprits celestes qui ont été precipitez du Ciel pour avoir voulu s'égaler à Dieu. Le Diable est toûjours pris dans l'Ecriture pour l'ennemy de Dieu & de l'homme. JESUS-CHRIST fut tenté par le Diable dans le desert. Le Diable tente les Saints pour avoir des compagnons de sa misere. Le Diable tenta Eve sous la figure d'un serpent. Dieu donna pouvoir au Diable de tourmenter Job pour éprouver sa patience. JESUS-CHRIST chassoit les Diables des corps des possedez.
 
Le peuple se sert de ce mot en une infinité de phrases, & sur tout pour exaggerer les choses soit en bien, soit en mal. Il est vaillant en Diable. C'est un Diable incarné, un Robert le Diable. Il fait le Diable à quatre, pour dire, Il le faut tenir à quatre. C'est un Diable d'homme, un Diable en procés, pour dire, un grand chicaneur. Il l'a battu en Diable, en Diable & demi, comme tous les Diables. On dit d'un homme, que c'est un bon Diable, pour dire, un bon vivant ; un meschant Diable, pour dire, un homme dangereux ; un pauvre Diable, pour dire, un miserable ; sçavant en Diable, pour dire, fort scavant. On dit d'un mesdisant, qu'il dit le Diable d'un autre, pour dire, qu'il en dit tout le mal qu'on en peut dire.
 
DIABLE, se dit proverbialement en ces phrases. Le Diable n'est pas toûjours à la porte d'un pauvre homme, pour dire, que la mauvaise fortune donne quelquefois du relasche. Le Diable est aux vaches, pour dire, que tout est en trouble, en confusion. On dit par imprecation, Le Diable s'en pende, le Diable vous emporte. Il n'est pas si Diable qu'il est noir, pour dire, Il est meilleur qu'on ne pense. On dit, Tirer le Diable par la queuë, pour dire, Avoir de la peine à vivre. On dit, Il ne se faut pas donner au Diable pour faire cela, pour dire, qu'une chose est facile. Quand on ne peut venir à bout d'une chose, on dit que le Diable s'en mesle. Cela s'en est allé à tous les Diables, pour dire, On ne sçait ce que cela est devenu. Le Diable pourroit mourir, que je n'heriterois pas de ses cornes, pour dire, Personne ne me donne rien. On dit d'un meschant homme, d'un chicaneur qui trouble le repos des autres, que quand il dort, le Diable le berce. On dit qu'un homme fait comme le valet du Diable, quand il fait plus qu'on ne luy commande.
 
On dit aussi ironiquement à des hableurs, pour monstrer qu'on ne croit rien de ce qu'ils disent, Au Diable zot. Il y a apparence que cela vient d'une imprecation tronquée, & qu'on a voulu dire, Allez au Diable, au Diable, on a retranché le dernier & le premier mot, & on a mis un z pour éviter la cacophonie, car le mot de zot n'est point de la langue, desorte qu'il faut que ce soit une ortographe corrompuë.
 
On le dit aussi par exclamation & imprecation, A quoy Diable pensiez-vous de faire ce mariage ? A quel Diable en voulez-vous ? On dit d'un meschant homme, qu'il ne craint ni Dieu ni Diable.
Les mots du bitume Grailler Grailler

v. 1. Manger. 2. Dans la locution « ça graille » : c’est super, ça déchire.

Dérivés : graille, graillance.

Aurore Vincenti 11/05/2020