effaroucher

 

définitions

effaroucher ​​​ verbe transitif

Effrayer (un animal) de sorte qu'on le fait fuir. Attention, vous allez effaroucher le gibier.
Mettre (qqn) dans un état de crainte ou de défiance. Un rien suffit à l'effaroucher. ➙ choquer, offusquer.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'effarouche

tu effarouches

il effarouche / elle effarouche

nous effarouchons

vous effarouchez

ils effarouchent / elles effarouchent

imparfait

j'effarouchais

tu effarouchais

il effarouchait / elle effarouchait

nous effarouchions

vous effarouchiez

ils effarouchaient / elles effarouchaient

passé simple

j'effarouchai

tu effarouchas

il effaroucha / elle effaroucha

nous effarouchâmes

vous effarouchâtes

ils effarouchèrent / elles effarouchèrent

futur simple

j'effaroucherai

tu effaroucheras

il effarouchera / elle effarouchera

nous effaroucherons

vous effaroucherez

ils effaroucheront / elles effaroucheront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le petit train, pareil à ceux qui tournent aux fêtes des banlieues, siffle de joie, fier d'effaroucher des poulains qu'il couperait comme vent.Jules Renard (1864-1910)
L'artiste a besoin d'être seul pour ne pas effaroucher l'inspiration, et d'ailleurs l'œuvre est longue, difficile et demande tant de préparatifs et de soins pour être menée à bien !Albert Robida (1848-1926)
Au lieu d'effaroucher, la force calme alors les esprits, et chaque événement prépare à voir sans trouble l'événement plus extraordinaire qui doit le suivre.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Elle voulait être simple pour ne pas effaroucher son ami, en faisant devant lui l'étalage de sa richesse ; elle voulait être jolie pour lui plaire.George Sand (1804-1876)
Adélaïde était fort intimidée ; mais j'étais si bien en garde contre le danger de l'effaroucher, qu'elle se rassura avec un tact merveilleux.George Sand (1804-1876)
Estimant que cette dernière formule sonnait trop mal aux oreilles, et désireux de n'effaroucher personne, on a sans doute changé le mot et conservé la chose.Charles Turgeon (1855-1934)
Par crainte de les effaroucher, j'avais d'abord ralenti le pas, mais je comprends bientôt qu'elles n'ont aucune frayeur.Pierre Loti (1850-1923)
Sa modestie pourrait s'effaroucher, si je disais ici le bien que je pense de lui.Joseph Vilbort (1829-1911)
C'est un oiseau sacré qu'il faut toujours ménager ; je le laissai donc aborder et ne remuai pas, de crainte de l'effaroucher.Édouard Laboulaye (1811-1883)
Celle dans laquelle je lui proposais ce jour-là de me rendre de bons offices était de nature à effaroucher d'abord une prude.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Pour ne pas les effaroucher, on a laissé entendre qu'ils garderaient un maximum d'autonomie, même dans les matières où l'essentiel de leur souveraineté était transféré au niveau européen».Europarl
Ce qui lui paraissait nécessaire pour entraîner ses troupes, ne pouvait-il pas quelquefois irriter ses adversaires, ou, ce qui était plus fâcheux, effaroucher les spectateurs des régions moyennes ?Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Les seconds, afin de moins effaroucher les timides, demandaient au contraire qu'on se bornât à exprimer un regret sur l'ensemble de la politique suivie.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Je n'osais faire la moindre exclamation de peur d'effaroucher ma belle voisine, ni le moindre mouvement de peur de tomber dans la rue.Xavier de Maistre (1763-1852)
Que devait-ce donc être en présence d'excès de fond et de forme, bien faits non-seulement pour effaroucher leurs habitudes et leurs préjugés, mais aussi pour inquiéter leur sagesse !Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Je marchai cinquante pas pour ne pas effaroucher les oiseaux, et puis je traversai la chaussée tout doucement, pour me couler le long du mur d'octroi.Paul Féval (1816-1887)
Je ne veux pas effaroucher sa pudeur, mettre en déroute ses instincts honnêtes de bon bourgeois, le forcer à coller les mains sur ses yeux.Georges Darien (1862-1921)
Que notre pruderie n'aille pas s'effaroucher outre mesure des délassements que le grave penseur accordait à ses heures de loisir.Antoine-Joseph Pons (1829-1884)
Il craignait d'effaroucher cette apparition, de voir s'éteindre la flamme dont la clarté la guidait dans l'ombre.Jules Verne (1828-1905)
Mais ne laissons pas échapper l'homme vertueux et moral que nous avons eu le malheur d'effaroucher si fort ; car il n'a pas fini.Félix Nadar (1820-1910)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « EFFAROUCHER » verb. act.

Rendre farouche. Les animaux timides s'effarouchent aisément, comme les chats, les oiseaux. Vos menaces ont effarouché vostre partie, elle a pris la fuite.
 
EFFAROUCHER, se dit aussi figurément à l'égard de l'esprit. Les paradoxes effarouchent l'esprit du peuple preoccupé de ses erreurs. Il s'est effarouché de ce qu'on luy surfaisoit tant cette marchandise, il s'en est allé sans en rien offrir. Ce mot est derivé du Latin efferocare, selon Menage.
 
EFFAROUCHÉ, ÉE. part. pass. & adj.
 
EFFAROUCHÉ, en termes de Blason, se dit d'un chat, lors qu'il est en action rampante. On l'appelle aussi effaré.
Le dessous des mots La tonnelle sous le canal La tonnelle sous le canal

Les anglicismes sont l’objet de fréquentes critiques, en raison de leur nombre jugé excessif et de leur origine.

Marie-Hélène Drivaud 06/05/2020