fanfaron

définitions

fanfaron ​​​ , fanfaronne ​​​ adjectif et nom

adjectif Qui se vante avec exagération d'exploits réels ou imaginaires. —  Attitude fanfaronne.
nom C'est un fanfaron. ➙ bravache, fier-à-bras, matamore. Faire le fanfaron. ➙ fanfaronner.

synonymes

fanfaron, fanfaronne adjectif et nom

vantard, hâbleur, bravache (littéraire), matamore (littéraire), bluffeur (familier), crâneur (familier), faraud (familier), fier-à-bras (familier), frimeur (familier), m'as-tu-vu (familier), gascon (péjoratif, vieilli)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je veillerai de près sur ce grand fanfaron de nabab, et je l'empêcherai de se faire encore plus fou qu'il n'est.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Il y avait bien des années qu'elle ne lui avait vu, à lui le fanfaron du scepticisme, cette exaltation sincère...Émile Gaboriau (1832-1873)
Celui qui se vante de n'avoir jamais eu peur est un fanfaron inoffensif ou une brute privée de tout sentiment humain.Charles Des Écores (1852-1905)
Il est fanfaron, comme je l'ai déjà dit, et pourtant il ne le veut pas paroître.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Je ne suis pas un fanfaron de vices, non, certes ; aussi peux-tu me croire quand j'affirme que, si mauvaise que soit ma réputation, je vaux encore mille fois moins qu'elle.Charles Barbara (1817-1866)
Être présent, avec sa jalousie et sa rage, tandis qu'elle prodigue à un misérable fanfaron imbécile des trésors d'amour et de beauté !Victor Hugo (1802-1885)
En même temps, il se décoiffa d'un geste fanfaron et mit ses deux poings fermés à la hauteur de l'œil.Paul Féval (1816-1887)
Qu'on l'enchaîne à bord comme un tigre, et s'il fait le fanfaron, qu'on le livre à mes deux chiens.Édouard Corbière (1793-1875)
Mais lorsqu'il s'agissait de tenir ses promesses et que déjà le sot, fanfaron, s'apprêtait à sonner sa fanfare, elle lui riait au nez et le laissait quinaud.Romain Rolland (1866-1944)
Le vin le rendait fanfaron, bavard, imprudent ; tout cela dans une proportion terrible pour lui et pour ses camarades.Paul Féval (1816-1887)
Fanfaron, qui, pour avoir mené le torrent où le torrent voulait aller, croyait pouvoir le remonter !Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Si j'étais le fanfaron d'autrefois, je dirais que c'est une idée d'en haut... mais je crois tout bonnement que c'est une idée heureuse.Eugène Sue (1804-1857)
Et puis, sous le scepticisme provoquant et brutal dont le nabab semblait faire montre, son noble caractère perçait si souvent malgré lui : c'était un fanfaron d'incrédulité.Paul Féval (1816-1887)
Au scepticisme fanfaron et insolent, succèdent des gémissements d'une vérité poignante ; l'éclat de rire ou le chant d'orgie se termine en sanglots.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Hubert, si tu bats ce fanfaron, je remplirai de sous d'argent le cor de chasse qui doit être le prix du vainqueur.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Tant pis pour l'expérience, si elle rejette ce sophisme, si fanfaron de sa hardiesse et de sa nouveauté !Louis Nicolardot (1822-1888)
L'homme illustre, dont l'hypothèse a donné lieu à cette note, n'était pas au reste un fanfaron d'athéisme.Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)
Ils ne sont tous deux appliqués qu'à bien faire, pendant que le fanfaron travaille à ce que l'on dise de lui qu'il a bien fait.Jean de La Bruyère (1645-1696)
C'est un fanfaron qui l'est, pour ainsi dire, de bonne foi, et en se trompant lui-même.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Avec un fanfaron de vices et un vicieux assez intrépide pour tenir la gageure de ses fanfaronnades, tout était possible, tout était dangereux.Louis Ulbach (1822-1889)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FANFARON » s. m.

Homme qui fait vanité de sa bravoure, de sa naissance, de ses richesses, encore que le plus souvent il n'ait rien de tout cela. Les menaces d'un fanfaron ne sont pas fort dangereuses. Ce mot est pur Espagnol, & il est originairement Arabe, où il signifie un homme leger & hableur, qui promet plus qu'il ne peut tenir. Menage.
 
On le dit figurément en choses spirituelles. Cet Auteur a un stile fanfaron, ampoulé, rempli de grands mots qui ne disent rien.
Podcasts Parler comme jamais, épisode 4 : l'écriture inclusive Parler comme jamais, épisode 7 : jeux de traduction

Les idées reçues sur la traduction ont la vie dure.

Laélia Véron 20/05/2021