farceur

définitions

farceur ​​​ , farceuse ​​​ nom et adjectif

Personne qui fait des farces, ou qui plaisante et raconte des histoires pour mystifier. ➙ blagueur, plaisantin. Sacré farceur ! —  adjectif Elle est très farceuse.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Vous êtes un farceur, dites donc, gros père, nous flanquer un bal et deux mois après demander des renouvellements !Honoré de Balzac (1799-1850)
Ce triste farceur, dont la popularité fut un moment si grande, perd décidément sa clientèle, et n'arrête plus personne devant ses toiles.Fernand Desnoyers (1828-1869)
Le musée des antiques, chargé par un artiste farceur, n'arriverait pas à ce haut point de comique navrant.Émile Zola (1840-1902)
Il ne faut pas vous étonner, mon ami ; notre ami est un original, un farceur ; il ne faut pas prendre à la lettre ce qu'il dit.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Eh bien, je n'aime pas les farces, moi, et malheur au farceur, s'il tombe sous ma main !Jules Verne (1828-1905)
Et je m'inclinais, la tête contre l'arbre, et alors, faisant mine de grimper sur mon dos, le farceur me battait l'échine du talon.Frédéric Mistral (1830-1914)
Et quels êtres dirigent donc les feuilles rurales, s'il vous plaît, farceur que vous êtes ?Émile Blémont (1839-1927)
Ce n'était pas un farceur, c'était une belle panthère de deux pieds et demi de haut, grosse comme un veau de six semaines...Alfred Assollant (1827-1886)
Vous ne me croyez pas ; vous dites : c'est un farceur ; il pourrait très bien se lever ; je ne crois pas à sa maladie.Hector Berlioz (1803-1869)
Tu sais bien que c'est un farceur qui dit tout ce qui lui passe par la tête.Pamphile Le May (1837-1918)
Il a l'air un peu farceur à regarder de côté ; mais ce n'est pas nouveau : il a toujours l'air farceur.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Nul, à commencer par lui-même, ne pourrait signaler l'aimable farceur qui mettait ainsi les gens sous clé.Eugène Chavette (1827-1902)
Ils crurent d'abord que quelque farceur de voisin était venu leur jouer un tour pendant leur absence.Jean-Baptiste-Antoine Ferland (1805-1865)
Et, pour rien, pour la rigolade, parce que l'idée de la soupe le rendait gai et farceur, il flanqua la pierre avec la viande dans la marmite pleine d'eau.Émile Zola (1840-1902)
Ils ont voulu me faire voir trouble parce qu'on leur a dit que j'étais de panthière cette nuit ; à farceur farceur ennemi, comme dit le proverbe.Émile Souvestre (1806-1854)
C'est, sous votre respect, monsieur, un farceur qui aime les femmes, et qui vous a ses petites allures comme un homme de condition.Honoré de Balzac (1799-1850)
Ça le mettait à l'aise, on le citait comme un farceur, lui aussi, en son temps ; et, dans sa maison, les enfants avaient grandi, tranquilles au milieu du bombardement paternel.Émile Zola (1840-1902)
Le monde des arts, aussi homogène, est bien différent ; tout artiste est farceur, brouillé avec sa famille, ne porte jamais de chapeau haute forme, parle une langue spéciale.Marcel Proust (1871-1922)
Ils croyaient donc prouver toute leur supériorité (à farceur, farceur et demi) en refusant l'offre et en montrant ainsi qu'ils n'étaient point dupes de la plaisanterie.Théodore Duret (1838-1927)
Les battants achevèrent de se rompre, crièrent et tombèrent sous les coups de bottes, tandis que la statue de la nymphe, à l'assaut du farceur, s'abîmait.Paul Adam (1862-1920)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FARCEUR » s. m.

Bouffon qui jouë à la farce, qui donne la farce, qui dit des plaisanteries outrées ou indecentes.