fascination

 

définitions

fascination ​​​ nom féminin

Action de fasciner (1).
Vive influence, irrésistible séduction. ➙ attrait, charme, envoûtement.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il se dissimula précipitamment derrière une saillie du rocher, et il allait se retirer lorsqu'une invincible fascination le retint.George Sand (1804-1876)
Je suis toutefois un homme de modération – croyez-le ou pas – et je pense qu'il y a certaines limites à l'attrait et à la fascination qu'un homme peut supporter.Europarl
Ses yeux d'un bleu clair, pailleté de jaune, avaient une fascination étrange, ses mouvements, une indolence, une grâce lasse et cruelle de fille ou de jeune fauve.Octave Mirbeau (1848-1917)
Le futur lui-même subissait, sans le savoir, cette fascination ; il aimait à s'entretenir avec elle, et à la consulter sur un projet qui le préoccupait fortement.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
Toutefois, quand on a perdu cette fascination qu'elle peut susciter, il n'est pas toujours facile de comprendre comment nous travaillons.Europarl
Pour la première fois, je compris vraiment l'étrange et diabolique fascination dont j'avais vu mon camarade possédé.Paul Bourget (1852-1935)
Personne, que je sache, n'a bien expliqué encore ce phénomène de l'infatuation, cette fascination étrange qui tient de l'amour et n'est pas l'amour.Jules Michelet (1798-1874)
Et sur moi surtout, jeune, vivace, plein de force et d'ambition, ces rêves, évoqués tout à coup, produisaient une sorte de fascination.Jules Lermina (1839-1915)
Le sentiment provoqué est inexplicable, comme tous les sentiments, mais il doit être du même ordre que la fascination subie par un sujet magnétisé.Gustave Le Bon (1841-1931)
Hier encore, en sachant à quel degré de fascination serait parvenu le major, je n'avais pas fixé le jour.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Et, ainsi qu'on cherche à résister à une fascination coupable, à l'entraînement de honteux conseils, je tâchais de fermer mon cœur aux accents de cette voix généreuse.Eugène Sue (1804-1857)
C'était lassant, et malgré soi on regardait, on écoutait, on subissait un peu de fascination ; il y avait l'élégance dans tout cela, du rythme et de l'art lointain...Pierre Loti (1850-1923)
L. parvint à établir sur mon esprit sa funeste influence, de ne pas croire à un de ces effets de fascination que tant de gens regardent comme fantastique.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Ces mêmes chiffres feront comprendre encore qu'il ne fût pas seul à subir cette fascination.Paul Bourget (1852-1935)
L'homme habile exerce, par conséquent, sur son prochain une fascination indiscutable qui ressemble presque à de la considération.Dora Melegari (1849-1924)
Plus il contemplait, plus absorbant devenait le charme,– plus il lui paraissait impossible d'arracher son regard à la fascination de cette tapisserie.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Il y était parvenu, au moyen de distributions de viande, de caresses, adroitement faites, et d'une fascination particulière qu'il exerçait sur les bêtes aussi bien que sur les gens.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
La nuit porte conseil ; je résolus de hâter mon départ, pour échapper à cette fascination qui m'avait engourdi la veille.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Hélène, douée d'une beauté si achevée, d'une grâce parfaite, et que la fascination qu'elle exerçait rendait si dangereuse, était une créature de marbre pour les sens.Lucien Biart (1828-1897)
Celle-ci, qui a subi la fascination de cette femme, est aussi impuissante que moi à la distraire.Eugène Sue (1804-1857)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FASCINATION » s. f.

Charme qui empêche qu'on ne voye les choses comme elles sont en effet. Les merveilles qu'on dit que les sorciers font voir n'ont point de realité, c'est une simple fascination. Ce mot prend son origine du Grec, estant tiré immediatement du Latin fascino du verbe fascinare ; originairement du Grec baskainein, qui signifie la meme chose.
 
FASCINATION, se dit figurément en Morale du trouble des sens causé par une violente passion, qui nous fait appercevoir les choses autrement qu'elles ne sont. On ne peut pas avoir tant d'amour pour cette laide sans fascination.
Le mot du jour Mots bleus Mots bleus

Des mots bleus, comme le bleu de ses yeux. Un bleu comme on en voit en Belgique où « être bleu de quelqu’un » c’est en être fou amoureux, au-delà des mots.

Aurore Vincenti 20/04/2020