feinte

définitions

feinte ​​​ nom féminin

vieilli Action, fait de feindre. ➙ ruse, tromperie. Parler sans feinte. ➙ sans fard.
Coup, mouvement simulé par lequel on trompe l'adversaire. Boxeur qui fait une feinte.
familier Attrape, piège ; ruse.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Enfin, voyant que je commençais à l'examiner avec un peu de sévérité feinte, il se décida à me saluer fort respectueusement.George Sand (1804-1876)
Sa colère, feinte peut-être au début, devenait réelle, et il prenait au sérieux son rôle d'offensé.Albert Vandal (1853-1910)
Et sa mise trahissait ses incessantes préoccupations d'élégance et d'économie, de gêne trop réelle et de feinte prodigalité.Émile Gaboriau (1832-1873)
Aussi les deux amis « rompaient-ils la société » d'assez bonne heure ; mais cette séparation n'était souvent qu'une feinte, destinée à les débarrasser d'un hôte importun.Albert Vandal (1853-1910)
Nos regards se rencontrèrent, il put lire le mépris dans le mien, et il détourna les yeux avec une expression de haine véritable et de feinte moquerie.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Il était incapable de feinte, aussi laissa-t-il voir autour de lui le plaisir que lui causaient les témoignages d'approbation qu'on lui donnait enfin.Théodore Duret (1838-1927)
On saura qu'elle avouait sa faiblesse réelle ou feinte à un très jeune homme, plus jeune qu'elle de cinq ans.Anatole France (1844-1924)
La plus légère infortune, réelle ou feinte, le touchait au vif, et son âme était travaillée par une sensibilité maladive pour les misères des autres.Oliver Goldsmith (1728-1774), traduction Bernard-Henri Gausseron (1845-1913)
Ce fut dans cette situation que je la trouvai, un soir qu'elle avait soutenu pendant quelque temps une gaieté feinte.Oliver Goldsmith (1728-1774), traduction Bernard-Henri Gausseron (1845-1913)
Quoiqu'il en eût, il nous prévint que le dîner nous attendait, un simple puchero, dit-il avec une feinte et orgueilleuse modestie.Eugène Sue (1804-1857)
D'une physionomie ouverte et expressive, aucune feinte ne lui était possible, la mobilité de ses traits indiquait immédiatement les sentiments qui l'animaient.Théodore Duret (1838-1927)
Ses doigts jouaient plus nerveusement avec l'objet dont elle se servait pour soulager une agitation intérieure qui n'était pas feinte.Paul Bourget (1852-1935)
Le comte, qui n'aimait rien tant que de parler de lui, de sa famille et de ses affaires, satisfit la curiosité feinte ou réelle de son interlocuteur.George Sand (1804-1876)
Il eut le pressentiment qu'il avait été joué, et que l'absence du marquis n'était qu'une feinte.Georges Ohnet (1848-1918)
La pensée criminelle qu'elle avait osé lui confier n'était sans doute qu'une feinte pour l'éprouver, il le croyait, mais c'était assez qu'elle l'eût exprimée pour justifier son abandon.Octave Feuillet (1821-1890)
Quelques-unes la croyaient feinte ; je n'ai jamais pu concevoir les sots raisonnemens que ces personnes firent à ce sujet, et que la malveillance cherchait à répandre dans le public.Louis Constant Wairy (1778-1845)
Je te parle librement, parce que tu aimes ma naïveté, et que tu préfères mon air libre et ma sensibilité pour les plaisirs à la pudeur feinte de mes compagnes.Montesquieu (1689-1755)
Je n'agis pas aussi légèrement que vous le croyez en mettant de côté toute feinte et toute retenue à cet égard.George Sand (1804-1876)
C'est à ce moment que les généraux alliés cessèrent toute feinte vis-à-vis de leurs aides de camp et de leurs officiers généraux.Thomas Balch (1821-1877)
Celles mêmes qui ont l'air de s'intéresser aux choses de l'esprit ne le font que par feinte ou par imitation.Remy de Gourmont (1858-1915)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FEINTE » subst. fem.

Desguisement, apparence, dissimulation. Les feintes troublent fort la societé civile. Sa probité apparente n'est qu'artifice & que feinte. il n'y a que la feinte qui fasse priser la perspective.
 
FEINTE, en termes de Musique, est un demi-ton, & la même chose que la Diese. On appelle aussi feinte, les demi-touches qui sont sur les grandes touches d'un clavier d'orgues ou d'espinette, qui marquent en effet les feintes ou Dieses.
 
En termes d'Imprimerie, on dit que l'ouvrier a fait une feinte, lors qu'il n'a pas touché également les formes.
 
FEINTE, en termes d'Escrime, est une fausse attaque, dessein apparent de porter une botte en un endroit pour faire descouvrir son ennemi, afin de porter le coup en un autre. Il y a des feintes simples, les autres doubles, tant hautes que basses, dedans & dehors, dessus & dessous ; des feintes en prime, en tierce, en quarte, qui se font tantost par le quart, tantost par le demi & par le cercle entier, en un, deux ou trois temps. la feinte simple se fait par un seul mouvement du poignet sans bouger le pied, contre celuy qui s'attache trop à l'espée, soit en la battant pour pousser, soit en l'engageant pour passer. la feinte double se fait par un double mouvement de poignet à la pointe de l'espée, ne partant le pied qu'au second temps, & une autrefois en donnant le coup. la feinte de deux temps se fait en battant une fois du pied, & la finissant du poignet & de l'espée, & encore une autrefois en donnant le coup. la feinte en trois temps se fait par un double mouvement du pied contre ceux qui reculent, & d'un autre en donnant le coup ayant atteint la mesure.
Les deux font la paire Figue et foie Figue et foie

La cuisine française mélange volontiers gastronomie et anatomie, en accommodant divers organes ou autres abats… et cela se retrouve dans l’étymologie.

Dr Orodru 15/09/2021