foison

 

définitions

foison ​​​ nom féminin

vieux ou littéraire Très grande quantité. ➙ abondance.
À foison locution adverbiale : en grande quantité. ➙ abondamment, à profusion.
 

synonymes

foison nom féminin

abondance, foule, kyrielle, masse, multitude, nuée, quantité, flopée (familier)

à foison

abondamment, à profusion, en abondance, à gogo (familier), en masse (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Mais encore faut-il que ces bandits se piquent de justice, de générosité, de reprise individuelle et sociale et fassent le bien, à foison !Ernest La Jeunesse (1874-1917)
Des loups, certes, il y en a à foison.Michel Zévaco (1860-1918)
Des fenêtres, les femmes lui jetaient à foison des faveurs rouges, blanches, bleues, qui tournoyaient avec grâce en tombant.Paul Adam (1862-1920)
En revanche, l'on y trouvait des aubergistes à foison !Paul Mahalin (1838-1899)
Ces concessions se vendaient plus ou moins cher selon la bonté du sol, la qualité des arbres, le cours et la foison des eaux.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Eh bien, il y en a d'autres à foison : dans une autre chasse vous aurez plus de bonheur.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Elle était mariée à un homme de cinquante ans : de tels maris, il y en a à foison.Guillaume Apollinaire (1880-1918)
Emportez-en dix mille, vingt mille, trente mille ; répandez-les à foison et qu'avant demain soir, il y en ait dix mille distribués.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Puis à terre, sur les meubles, dans les coins, partout, en quantité, à foison, comme s'il en eût plu, des bouts de cigarettes traînaient...Émile Gaboriau (1832-1873)
Alors le bois était à foison et on ne songeait guère à l'économiser.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Ils se ruèrent sur le ravisseur, qui, déjà cramponné au poteau, arrachait les plumes à foison, au hasard.Victor Segalen (1878-1919)
Des villages des environs nous arrivèrent à foison, pour fêter notre délivrance, les mangeailles et les mangeurs.Romain Rolland (1866-1944)
Nous avons toujours vécu là, heureux et tranquilles, engraissant tous les jours, et nous multipliant à foison.Claudius Ferrand (1868-1930)
Du reste il avait eu, de tout temps, une répugnance pour la trop nombreuse production, pour la foison des bouquins, comme il disait.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Les riches mangeaient des glaces ; les pauvres croquaient des pommes ; il y avait de la lumière à foison !Jules Vallès (1832-1885)
Le couvent avait aussi à foison ses histoires de drames lamentables, de revenans, de cachettes, d'apparitions inexpliquées, de bruits mystérieux.George Sand (1804-1876)
Une croix de bois pend du haut d'une maison d'où les couvreurs font pleuvoir l'ardoise et la tuile à foison.Alphonse Karr (1808-1890)
Au contraire, à l'époque, voici quelques années, des résolutions ont été produites à foison pour rejeter et condamner cette volonté d'indépendance d'un peuple.Europarl
Je reçus à foison pour son autel des bluets, des coquelicots, de grandes pâquerettes, toutes les fleurs qui me ravissent le plus.Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)
Elle était mariée depuis quelques années, et à un homme de cinquante ans : de tels maris il en est à foison.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FOISON » s. f. nom indeclinable.

Abondance. Il y a eu cette année grande foison de fruits, pour dire, grande abondance. Il a peu d'usage. Ce mot vient du Latin foetus, selon quelques-uns : mais Menage le derive de fusio, comme maison de mansio.
 
A FOISON. adv. En abondance. Toutes les choses necessaires à la vie se trouvent à foison dans la France.
Le français des régions Boujou Boujou

Boujou, mon bijou ! Dans les parlers normands, on trouve le mot boujou, forme dialectale équivalente au français commun « bonjour », qui s’emploie pour saluer quelqu’un que l’on rencontre ou dont on prend congé : « Boujou de Normandie ! »

27/10/2020