louer

 

définitions

louer ​​​ verbe transitif

Déclarer (qqn ou qqch.) digne d'admiration ou de très grande estime. ➙ exalter, louanger. Louer qqn sans mesure. ➙ encenser, flatter.
Louer qqn de ou pour qqch. ➙ féliciter.
Louer Dieu, le Seigneur. ➙ bénir, glorifier. locution Dieu soit loué !, exclamation de joie, de soulagement.

louer ​​​ verbe transitif

Donner (qqch.) en location. Louer une chambre meublée à un étudiant. ➙ aussi sous-louer. Maison à louer. —  pronominal (passif) Cet appartement doit se louer cher.
Prendre en location, à bail. Louer un appartement, en être locataire.
Réserver, retenir en payant. Louer sa place dans un train, un avion ; au spectacle.

se louer ​​​ verbe pronominal

Se louer de qqch., témoigner ou s'avouer la vive satisfaction qu'on en éprouve. ➙ s'applaudir, se féliciter. —  Se louer de qqn, être satisfait de lui.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je loue

tu loues

il loue / elle loue

nous louons

vous louez

ils louent / elles louent

imparfait

je louais

tu louais

il louait / elle louait

nous louions

vous louiez

ils louaient / elles louaient

passé simple

je louai

tu louas

il loua / elle loua

nous louâmes

vous louâtes

ils louèrent / elles louèrent

futur simple

je louerai

tu loueras

il louera / elle louera

nous louerons

vous louerez

ils loueront / elles loueront

actif

indicatif

présent

je loue

tu loues

il loue / elle loue

nous louons

vous louez

ils louent / elles louent

imparfait

je louais

tu louais

il louait / elle louait

nous louions

vous louiez

ils louaient / elles louaient

passé simple

je louai

tu louas

il loua / elle loua

nous louâmes

vous louâtes

ils louèrent / elles louèrent

futur simple

je louerai

tu loueras

il louera / elle louera

nous louerons

vous louerez

ils loueront / elles loueront

 

synonymes

louer verbe transitif

donner en location, donner à bail, donner à loyer, [une terre] affermer, amodier

prendre en location, prendre à bail, prendre à loyer

affréter, fréter, noliser

réserver, retenir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Une dame, venue déjà plusieurs fois visiter l'appartement, était décidée à le sous-louer aux conditions imposées par nous.René Boylesve (1867-1926)
Je demeurai chez lui à la sortie de mon hôtel ; je n'eus qu'à m'en louer.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Il vous a appuyé de son approbation et de sa fortune ; c'est maintenant plus que jamais qu'il faut louer ce grand musicien qui vous tend la main.Hector Berlioz (1803-1869)
Il me semble que vous avez sujet de vous louer d'elle, qu'elle s'est montrée fort gracieuse.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Je pense également qu'après l'opération d'octroi des licences, ces droits d'utilisation devraient continuer de profiter aux firmes qui pourront alors également les vendre, les louer ou les échanger.Europarl
Je connaissais sa manière de servir, j'avais à m'en louer, son ambition me répondait que les occasions de se distinguer ne manqueraient pas avec lui.Raymond Aimery de Montesquiou-Fezensac (1784-1867)
Il se rendit pourtant à notre conseil de ne louer la boutique que l'année suivante, pour éviter des frais inutiles.Théophile Gautier (1811-1872)
Elle me parla en russe et voulut que je lui répondisse dans cette langue, ce que je fis, et alors elle voulut bien louer ma bonne prononciation.Catherine II de Russie (1729-1796)
On reprochera encore à l'auteur une sorte d'affectation à louer les sauvages et à critiquer certains inconvéniens inséparables de toute société civile.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Le garçon qui lui avait répondu était allé se louer ailleurs, mais ça n'était pas assez, et il leur fallut partir tous.Eugène Le Roy (1836-1907)
On a vu dans ce qui précède combien j'avais eu à me louer de ses bontés pour moi.Raymond Aimery de Montesquiou-Fezensac (1784-1867)
Célestin est tenu de vous sous-louer votre ancien appartement, où il n'a pas mis le pied et dont tous les meubles seront à vous.Honoré de Balzac (1799-1850)
C'est par exception qu'il pouvait, en prévenant son patron, se louer avant le dernier mois.Gustave Fagniez (1842-1927)
Elle au contraire me parle de vous... et me dit que vous m'aimez... n'est-ce pas me louer au delà de toute expression ?Eugène Sue (1804-1857)
Je suivis ce conseil, sans me douter cependant que j'aurais autant à me louer de l'avoir suivi.Hector Berlioz (1803-1869)
Mais comme il leur est très facile de prouver tout cela, je ne veux point les louer.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Mais reprenons le siècle où nous l'avons quitté, pressé par le désir de louer des femmes aimables, qui donnaient en ce genre, de si bonnes leçons aux hommes.Marquis de Sade (1740-1814)
Avec le prix de la pension, il me faut acheter ou louer le local, pourvoir à l'alimentation des élèves et payer les professeurs.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Ne te rappelles-tu pas que la propriétaire a hésité à me louer, parce que j'avais un enfant.Céleste de Chabrillan (1824-1909)
En général nous n'eûmes, dit-il, ni à nous plaindre ni à nous louer de la réception qui nous y fut faite.Claude-François de Méneval (1778-1850)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « LOÜER » v. act.

Donner des tesmoignages destiné au merite, à la vertu. Le Psalmiste invite toutes les creatures à louer le Seigneur avec toutes sortes d'instruments. Le genre demonstratif enseigne à loüer & à blasmer. On doit loüer la vertu, & blasmer le vice. Les Philosophes louënt sobrement. C'est la plus grande foiblesse de l'homme, de vouloir qu'on le louë sans cesse, & encore plus celle de la femme.
 
LOÜER, se dit quelquefois des choses inanimées. Les Cieux louënt le Seigneur, & le Firmament annonce la gloire de ses oeuvres.
 
LOÜER, signifie quelquefois, Remercier. Je louë Dieu de ce que je ne me suis pas trouvé en cette querelle.
 
LOÜER, avec le pronom personnel, signifie, Estre satisfait. Tous les soldats se louënt de leur Capitaine. Ce Maistre se louë fort de ce laquais ; il est bien content de luy. Je me louë fort de l'accueil, de la civilité qui m'a esté faite dans cette maison.
 
LOÜER, signifie aussi, Donner à ferme, à loüage des heritages, des maisons, des droits, pour en jouïr sous certaines conditions, & pour un certain temps ; & se dit tant à l'égard du bailleur que du preneur. Je luy ay loüé ma maison un tel pris. Il l'a loüé pour un tel temps. Il louë des appartements tous garnis, des chambres garnies. Ce mot vient du Latin locare.
 
LOÜER, se dit aussi des meubles, des voitures, des bestiaux. Les Frippiers louënt des habits aux masques & à d'autres. Les Tapissiers louënt des meubles pour les ceremonies. Les Bedeaux louënt des chaises au Sermon, Les Maquignons louënt des chevaux. On louë des carrosses & des litieres. Ce troupeau de vaches n'est pas à ce Metayer, il les louë, il les tient à loyer de divers bourgeois.
 
LOÜER, se dit aussi, des personnes & de leur travail. Loüer des valets & des servantes, des Tapissieres, des Couturieres, des Compagnons de mestier, des gens de journée des Moissonneurs, Vendangeurs, Buscherons. On louë des pleureux en plusieurs lieux pour assister à des funerailles.
 
On louë à Rome des gens qui se fouëttent pour aller à des Processions.
 
LOÜER, se dit proverbialement en ces phrases. Cet homme a des chambres à loüer dans la teste, c'est à dire, qu'il manque de cervelle, qu'il est un peu fou. On dit aussi, qu'un homme a loüé son ventre, son tabourin, pour dire, qu'il s'est engagé d'aller manger avec quelqu'un. On dit aussi à celuy qui demande quelque corvée qu'on ne veut pas faire, Je ne suis pas loüé pour cela.
 
LOÜÉ, ÉE. part. pass. & adj.
 
On dit proverbialement, Dieu soit loüé, pour dire, J'en suis bien-aise.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des noms d'animaux imaginaires Top 10 des noms d'animaux imaginaires

Les créateurs des Pokémon n’ont rien inventé : depuis toujours, l’imaginaire collectif est peuplé d’animaux hybrides plus ou moins étranges et effrayants, souvent venus de la mythologie gréco-romaine ou de légendes anciennes. Certains sont restés très populaires grâce à la fiction contemporaine : le cinéma et le jeu vidéo ne manquent pas de licornes, de dragons et autres serpents ailés. L’origine de leur nom, en revanche, est souvent méconnue. Je vous propose un petit décryptage étymologique de mes dix bêtes curieuses favorites, dans un ordre de préférence totalement subjectif ! Dans un prochain top 10, je vous parlerai aussi des créatures mi-animales mi-humaines, comme le centaure, le sphinx et la sirène !

Édouard Trouillez 17/02/2020