lustre

définitions

lustre ​​​ nom masculin

littéraire Cinq années.
Des lustres : période de temps longue et indéterminée. Je ne l'ai pas vu depuis des lustres.

lustre ​​​ nom masculin

Éclat (d'un objet brillant ou poli). Vernis donnant du lustre.
au figuré Ce qui rehausse, met en valeur. ➙ gloire, réputation. Redonner du lustre à qqch.
Appareil d'éclairage comportant plusieurs lampes, qu'on suspend au plafond. ➙ suspension.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « lustre »

A peine eut-il un peu de joie de cette gloire qui donnait à son nom un lustre plus grand.Albert Delpit (1849-1893)
De gros nœuds de moire blanche cravataient les candélabres, et le lustre était orné de boutons d'oranger.Georges Ohnet (1848-1918)
Il y voyait la certitude d'un arrangement prochain, et en outre un grand lustre pour son gouvernement.Adolphe Thiers (1797-1877)
Le lustre, s'éteignant graduellement, se détache du plafond, décrit tout-à-coup une courbe de lumière, et va rayonner mourant à l'extrémité inférieure du nuage.Saintine (1798-1865)
Elles ont été une parfaite farce et n'ont servi à rien d'autre qu'à donner un lustre civil à la junte militaire.Europarl
Il ne se rendit que sur cette observation amicale « que cela pourrait mettre le feu au lustre ».Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Le lustre, complètement descendu, emplissait l'orchestre de ses pendeloques, faisait songer à un déménagement, à un départ du public pour un voyage dont il ne reviendrait pas.Émile Zola (1840-1902)
Il ne restait à ces troupes que bien peu de leur lustre sévère, de leur raideur muette et arrogante.Vicente Blasco Ibáñez (1867-1928), traduction Georges Hérelle (1848-1935)
Ne va pas soupçonner un ami dont le temps s'est hâté de clore le huitième lustre.Paul Lacroix (1806-1884)
Peut-être, après tout, est-ce la passion encore ardente de mon cœur qui jette un lustre emprunté sur les mérites de cette composition.Auguste Angellier (1848-1911)
La table resplendissait sous le lustre, et le désordre des mets prouvait que l'action était déjà depuis longtemps engagée.Paul Féval (1816-1887)
Épousez cette heureuse fille, qui aura la joie de rendre à votre nom le lustre qu'il doit avoir, et que, selon votre mère, je diminuerais.Honoré de Balzac (1799-1850)
De hautes flammes de gaz allumaient le grand lustre de cristal d'un ruissellement de feux jaunes et roses, qui se brisaient du cintre au parterre en une pluie de clarté.Émile Zola (1840-1902)
Ces 10 francs étaient le droit que l'on payait à l'organisateur pour avoir le droit de bourgeoisie, place au lustre et aux quadrilles.Alexandre Privat d'Anglemont (1815-1859)
Avant l'innovation du lustre, la salle ne recevait de lumière que de la loge royale.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Une superbe cage dorée, suspendue en guise de lustre, était occupée par des oiseaux chantant à pleine gorge.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Vous voudriez que le lustre tombât, sinon sur vous, du moins sur quelqu'un, ou que le feu prît à la cheminée.Alphonse Karr (1808-1890)
Le plafond, au milieu duquel pendait un lustre en vermeil mat, étincelait de blancheur, et la corniche était dorée.Honoré de Balzac (1799-1850)
Vues du dehors, ces existences presque effacées n'ont que peu de lustre, elles excitent la pitié plutôt que l'envie.Charles Wagner (1852-1918)
Celui-ci donnait du lustre et de l'importance à tous ceux qu'il admettait à l'honneur de sa familiarité ou aux bienfaits de sa protection.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Afficher toutRéduire

Exemples de « lustré »

J'étais plein d'étonnement, d'admiration en contemplant les chevaux au poil lustré, à l'allure vive, les morions d'acier, les chapeaux à plumes des officiers, les écharpes et les baudriers.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Mais elle avait les mêmes prunelles, d'un bleu clair et lustré.Daniel Lesueur (1854-1921)
Rien qui ne fût brillant et lustré, rien qui ne fût empreint d'un certain goût et d'une élégance naturelle.Louis Reybaud (1799-1879)
J'en ai vu qui avaient le front si lustré que cela surprenait.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
On n'apercevait, sous l'épais couvert, que les étangs endormis dans la fraîcheur des gazons et les pelouses arrondies en pastilles d'un vert-clair, éclatant et lustré.Paul Mahalin (1838-1899)
Ce tigre, ou plutôt cette tigresse au pelage soyeux, lustré, brillant, tacheté, l'avez-vous deviné ?Alfred Assollant (1827-1886)
Bientôt, elle parut se ranimer, secoua ses ailes d'azur qui reprirent leur éclat lustré, elle s'essaya à marcher et monta tout doucement vers le lac d'encre de l'écritoire.Judith Gautier (1845-1917)
On était pimpant, lustré, moiré, mordoré, voltigeant, mignon, coquet, ce qui n'empêchait pas d'avoir l'épée au côté.Victor Hugo (1802-1885)
Les jambes, véritables types de fuseaux, sortaient d'un sac sans forme, qui avait dû être noir mat, mais était lustré par l'usure et la vieillesse.Jules Lermina (1839-1915)
Tout est ratissé, raboté, balayé, défiguré, blanchi, lustré et frotté.Victor Hugo (1802-1885)
Page 171 : « d'une » par « d'un » (d'un vert lustré par l'eau).Honoré de Balzac (1799-1850)
Il y en avait de toutes les nuances, depuis le marbre blanc jusqu'à l'ébène sombre et lustré.Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Sa couleur est le gris brun, à la base, et le rouge brun, sur les faces d'éclatement, avec quelques taches de patine blanche, le tout fortement verni ou lustré.Henry de Graffigny (1863-1934)
Simonnet nous montra ce large perron lustré par les jupons rudes des paysannes et brillant sous la lune comme une glace.Ferdinand Fabre (1827-1898)
Comme son poil est lustré et ses cornes brillantes !Augustine Fouillée (1833-1923)
Dans le feuillage sombre, lustré, vernissé, les fruits avaient l'éclat de verres de couleur, et doraient l'air environnant avec cette auréole de splendeur qui entoure les fleurs éclatantes.Alphonse Daudet (1840-1897)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « LUSTRE » s. m.

Chandelier de cristal qu'on suspend au plancher, ou des plaques de miroir où il y a des branches de chandeliers attachées qu'on applique contre la muraille pour esclairer un lieu où il y a quelque notable assemblée ou ceremonie.

Définition de « LUSTRE » s. m.

Terme de cinq ans. C'est une supputation qu'on fait plus communément en Poësie. A peine a t-il atteint son cinquiéme lustre.
 
LUSTRE, estoit aussi une ceremonie ou sacrifice que faisoient les Romains aprés avoir fait le denombrement du peuple de cinq ans en cinq ans.
 
LUSTRE, est un brillant qui resulte des choses polies, ou qui refleschit agreablement la lumiere. Le satin a plus de lustre que le taffetas. Les estoffes qui sont exposées long-temps à l'air perdent leur lustre. Un habit neuf paroist avec son lustre. On fait passer les draps sous la calendre pour leur donner du lustre. Les tableaux, les vernis perdent leur lustre avec le temps.
 
LUSTRE, est aussi un agréement qu'on donne aux chappeaux ou aux pelleteries, en leur abattant le poil, & en les frotant ou d'eau simple, ou d'eau teinte en noir, qui les fait paroistre comme neufs. On lustre aussi les bas, & autres estoffes de laine.
 
LUSTRE, se dit aussi figurément en choses morales. Dans les grandes charges, la valeur, la vertu paroissent dans tout leur lustre, dans tout leur éclat. Cette beauté a paru à ce bal dans son lustre. Les defauts des autres femmes luy donnoient du lustre. La Republique Romaine s'est conservée long-temps dans son lustre, son plus grand lustre estoit du temps de Ciceron.
Les mots de l’époque Sommes-nous envahis par les anglicismes ? Sommes-nous envahis par les anglicismes ?

Quand on demande aux gens ce qui pourrait mettre la langue française en danger, on entend souvent citer les anglicismes et la place trop importante que l’anglais prendrait aujourd’hui dans notre langue.

Arnaud Hoedt et Jérôme Piron 26/11/2020