menteur

 

définitions

menteur ​​​ , menteuse ​​​ nom et adjectif

nom Personne qui ment, qui a l'habitude de mentir. C'est un grand menteur, un vrai mythomane.
adjectif Qui ment. ➙ faux, hypocrite. —  (choses, actes) Un sourire menteur. ➙ trompeur.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Combien emprunté et menteur mon air de supériorité et de bravade en présence de tous ces rustauds déterminés, gaillards du premier mouvement, buttés dans leur frénésie charnelle, qu'une impulsion, oh !Georges Eekhoud (1854-1927)
Père, cette femme-là ne vaut rien ; elle me fait passer pour menteur, et, si tu la crois...George Sand (1804-1876)
Il est bien des moyens de faire des objections, de les exprimer ; accuser quelqu'un de menteur n'en est certainement pas un.Europarl
A présent qu'ils étaient seuls, elle le regardait en souriant, de son air ardent et menteur, qui excitait si inutilement les hommes.Émile Zola (1840-1902)
Celui qui se tait devant les questions du juge est de fait menteur et parricide.Victor Hugo (1802-1885)
Montons au salon ; je tâcherai demain de savoir quel est le menteur, et je promets qu'il sera puni comme il le mérite.Comtesse de Ségur (1799-1874)
J'accorde qu'il ne prend pas en général la vie par son côté héroïque, très semblable en cela aux gens raisonnables à l'excès : il est poltron, égoïste, paresseux, menteur et gourmand.Émile Gebhart (1839-1908)
On y croit parce que personne ne peut dire le nom du menteur qui les imagina.Paul Féval (1816-1887)
Eh bien, je jure que vous êtes un menteur, et que vous avez écrit et signé un faux témoignage.George Sand (1804-1876)
Je m'efforçai de ne rien laisser paraître de l'admiration réelle que j'éprouvai ; car je savais déjà qu'un visage discret, sinon menteur, était de mise indispensable à la cour.Louis Constant Wairy (1778-1845)
Cela n'était point convenable en aucun cas, moins encore de la part de gens qui venaient apporter à la reine le message d'un menteur.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il n'est qu'un fourbe et un menteur qui puisse créer de pareils types, et leur mettre dans la bouche des discours d'une telle force et d'une telle vraisemblance.George Sand (1804-1876)
Ce qu'il dit, il le croit toujours, et ce menteur effronté dans la vie sociale est un sincère dans la vie intellectuelle.Émile Faguet (1847-1916)
Il est très indiscret, comme vous voyez, mais il n'est pas menteur... ni moi non plus.Eugène Sue (1804-1857)
Nanette, qu'est-ce que tu dirais, si ce jeune homme qui te paraît si simple, si loyal et si bon n'était autre chose qu'un méchant, qu'un traître, qu'un menteur ?Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Comment avez-vous osé, tout à l'heure, en appeler à mon témoignage, vil menteur, comme si nous avions discuté ensemble la question ?Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Il est assez menteur, encore par excès d'imagination, car il ne sait pas soutenir ses hâbleries, et ses finesses sont cousues d'un câble.George Sand (1804-1876)
Comme cela diffère du caractère du vrai menteur avec ses dires francs et sans peur, sa superbe irresponsabilité, son dédain naturel et sain de preuve d'aucune sorte !Oscar Wilde (1854-1900), traduction Hugues Rebell (1867-1905)
Quiconque ment, même dans une bonne intention, est un menteur et cause un préjudice à la vérité et à la justice.Émile Zola (1840-1902)
Il était non-seulement dissimulateur et menteur, mais inventeur aussi et riche en fictions, soutenant un premier mensonge par un autre et ne tarissant plus.Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MENTEUR, EUSE » adj. & substantif.

Qui avance, qui soûtient une chose fausse, qui parle contre sa conscience. Le Psalmiste dit que tout homme est menteur. Les menteurs sont enfans du Diable. S'il vous a dit telle chose, c'est un menteur, un imposteur.
 
MENTEUR, se dit aussi de ceux qui disent des choses flatteuses, & des Histoires fabuleuses. Les Poëtes anciens ont esté de grands menteurs. Les Voyageurs sont souvent menteurs par leurs relations. Il est menteur comme une oraison funebre, comme une Epistre Dedicatoire, comme un Panegyrique. Une des belles Comedies de Corneille c'est le Menteur.
 
MENTEUR, se dit aussi d'un signe qui semble promettre une chose qui n'est pas veritable. Sa physionomie est bien menteuse, il a la mine d'un honneste homme, & c'est un fripon. L'Almanach est bien menteur aujourd'huy. Le proverbe est menteur.
 
On dit aussi à la chasse, qu'un chien est menteur, quand il cele la voye pour gagner le devant.
 
On dit proverbialement, qu'un homme est menteur comme un arracheur de dents, c'est-à-dire, comme un Charlatan, qui vit de menterie. On dit aussi, qu'il faut qu'un menteur ait bonne memoire, c'est à dire, afin qu'il ne se couppe pas, qu'on ne descouvre pas sa menterie. On appelle aussi menteurs d'hyver, ceux qui disent qu'ils n'ont pas froid quand il gele.
Déjouez les pièges ! « Les efforts qu'il a fallu » ou « fallus » ? « Les efforts qu'il a fallu » ou « fallus » ?

Un doute sur l'accord du participe passé des verbes impersonnels ? Suivez le guide !

12/03/2020