niaiserie

 

définitions

niaiserie ​​​ nom féminin

Caractère d'une personne ou d'une chose niaise. ➙ bêtise, crédulité.
Une, des niaiseries : action, parole de niais. ➙ ânerie, bêtise. —  Sujet futile. S'occuper à des niaiseries.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Or, je t'ai trop bien donnée au vice pour que j'aie la niaiserie de t'aider à en sortir.Jules Lermina (1839-1915)
Ils ne se devinèrent donc pas l'un l'autre, et malheur aux âmes altières qui appelleraient niaiserie la sainte naïveté de leur amour !George Sand (1804-1876)
Parce qu'il la désirait, il se donnait le change, oubliait le décor qui l'humiliait et n'entendait plus les paroles dont la niaiserie l'irritait.Paul Margueritte (1860-1918)
J'acceptai joyeusement cette offre, que j'eus la niaiserie de juger comme une complaisance de bon camarade.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
D'une part, on a supposé des monstres de cruauté et de sécheresse de cœur ; de l'autre, des prodiges de niaiserie et de faiblesse.Céleste de Chabrillan (1824-1909)
A certaines questions, elle répondait par un sourire qui n'était ni la malice, ni la niaiserie, mais qui en exprimait vaguement l'effet.Arsène Houssaye (1815-1896)
Ils sont hommes, et c'est assez pour expliquer leur pitoyable médiocrité, leur niaiserie et leur avarice.Anatole France (1844-1924)
Le premier consul reçut cette lettre et me crut sans doute d'une rare niaiserie d'avoir pu me flatter qu'il en serait touché.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Aussi ne faisons-nous pas de cette niaiserie une affaire de discipline, mais une question de convenance.Honoré de Balzac (1799-1850)
Bouvard en fut las le premier, et y mettant de la franchise démontra combien elle est artificielle et podagre : la niaiserie de ses moyens, l'absurdité des confidents.Gustave Flaubert (1821-1880)
Sans tomber dans la niaiserie, caractère de l'homme incapable de savoir, il a su conserver à ses personnages la naïveté, caractère de l'homme qui ne sait pas.Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)
Sa large face exprimait, non plus la bonhomie mais la niaiserie, et il était niais raisonnablement.Émile Gaboriau (1832-1873)
Les députés se tenaient les côtes, tant il est vrai qu'il suffit parfois d'une misérable niaiserie pour désopiler la rate des gens graves.Charles Flor O'Squarr (1830-1890)
Malgré tout ce que je vous ai dit, lecteur, je crois entendre répéter autour de mon livre le mot niaiserie, si familier dans la bouche de certaines gens.Pierre Gallet (1698-1757)
C'est le comble de la niaiserie de se faire le courtisan du malheur, et les hommes, comme les chiens, sont souvent punis de leur fidélité.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Si le niveau intellectuel n'est pas très élevé, au moins la sottise et la niaiserie leur sont inconnues.Élie Reclus (1827-1904)
Moi, qui jamais n'avais pu endurer l'ineptie et la désolante niaiserie du geste d'amour, je ne vécus plus que pour l'amour.Fernand Kolney (1868-1930)
Tandis que toutes les platitudes rampaient à ses pieds, tout bas on raillait sa figure, « sa démarche cahin caha » et surtout sa niaiserie.Émile Gaboriau (1832-1873)
La haine sans bornes que la reine lui portait et qu'elle lui témoignait chaque fois qu'elle l'osait, l'aigrit cependant autant que le comportait son caractère doux jusqu'à la niaiserie.Marquise de La Tour du Pin Gouvernet (1770-1853)
Une niaiserie fut le prétexte des premières paroles qu'ils s'adressèrent en rougissant autant l'un que l'autre.Émile Gaboriau (1832-1873)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « NIAISERIE » subst. fem.

Entretien ou occupation de niais. La pluspart des coquets ne disent à leurs Dames que des badineries & des Niaiseries.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir

Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae, rosa... Si cette petite rengaine réjouit les forts en thème, elle peut aussi rappeler de mauvais souvenirs à certains ! Pourtant, comme les autres langues romanes, le français est issu du latin et la majorité de son lexique est héritée de cette langue morte. Certains mots et expressions ont même été directement empruntés à la langue latine, et nous les employons quotidiennement sans forcément nous en rendre compte. Pour preuve, je vous propose un petit voyage au cœur de la langue française afin de découvrir dix mots latins qui se sont dissimulés dans notre vocabulaire. In fine, plutôt vivace le latin !

Édouard Trouillez 19/12/2019