pendre

 

définitions

pendre ​​​ verbe

verbe intransitif (choses)
Être fixé par le haut, la partie inférieure restant libre. ➙ tomber. Casserole qui pend à un clou. Laisser pendre ses jambes.
Descendre plus bas qu'il ne faudrait, s'affaisser. Sa jupe pend par-derrière.
locution, familier Ça lui pend au nez, se dit d'un désagrément dont qqn est menacé (par sa faute).
verbe transitif
Fixer (qqch.) par le haut, la partie inférieure restant libre. ➙ suspendre. —  au participe passé Du linge pendu aux fenêtres.
Mettre à mort (qqn) en suspendant par le cou au moyen d'une corde. ➙ pendaison. —  (dans des expressions) Dire pis que pendre de qqn. ➙ médire. —  familier Je veux bien être pendu si… : c'est impossible, faux…
locution (au participe passé) Avoir la langue bien pendue : être très bavard.

se pendre ​​​ verbe pronominal

Se tuer, se suicider par pendaison.
Se tenir en laissant pendre (I) son corps. Se pendre par les mains à une barre fixe. ➙ se suspendre.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je pends

tu pends

il pend / elle pend

nous pendons

vous pendez

ils pendent / elles pendent

imparfait

je pendais

tu pendais

il pendait / elle pendait

nous pendions

vous pendiez

ils pendaient / elles pendaient

passé simple

je pendis

tu pendis

il pendit / elle pendit

nous pendîmes

vous pendîtes

ils pendirent / elles pendirent

futur simple

je pendrai

tu pendras

il pendra / elle pendra

nous pendrons

vous pendrez

ils pendront / elles pendront

 

synonymes

pendre

verbe intransitif

retomber, tomber, traîner, pendouiller (familier)

s'affaisser, s'avachir (familier)

verbe transitif

suspendre, accrocher, attacher, fixer

[le linge] étendre

mettre la corde au cou de, mettre à la lanterne (vieilli)

se pendre verbe pronominal

se suspendre, s'accrocher

se suicider, se passer la corde autour du cou

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je me frottai les yeux, je regardai attentivement, je le vis pendre ; je tombai en faiblesse.Voltaire (1694-1778)
Le premier cintre est festonné en stalactites d'une blancheur neigeuse, qui semblent pendre par grappes, se superposer et s'enchevêtrer comme des cristaux de givre.Pierre Loti (1850-1923)
Elles nageaient en agitant leurs quatre bras foliacés et laissaient pendre à la dérive leur opulente chevelure de tentacules.Jules Verne (1828-1905)
Pour la première fois ils devinèrent que la chair de l'éléphant attirait seule un si grand nombre d'hyènes, et qu'ils avaient eu le tort de la pendre trop bas.Mayne Reid (1818-1883), traduction Émile Gigault de La Bédollière (1812-1883)
Je commencerais par pendre l'homme et ensuite je discuterais sur la question de notre promesse.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Cette vie, c'est sa vie apparente de chaque jour, sa vie physique, sa vie de brigand, de négrier, de pirate, d'assassin... sa vie qui le fera pendre...Eugène Sue (1804-1857)
Il avait remarqué, ainsi, qu'au lieu de laisser pendre toutes lisses les deux mèches des petits cheveux sur les tempes, elle les gonflait au fer en deux coques arrondies.Pierre Louÿs (1870-1925)
L'arbre de la liberté fut conservé, mais parce qu'on le destina à pendre les patriotes, et de véritables listes de proscription furent dressées.Paul Gaffarel (1843-1920)
On a conservé de lui une lettre dans laquelle il demande à l'amiral « un honnête juge pour faire pendre sept ou huit des rebelles ses prisonniers ».Paul Gaffarel (1843-1920)
Elle m'a planté là pour se pendre au bras d'un grand diable qui porte des bottes molles, un pantalon collant et un chapeau pointu.Fortuné du Boisgobey (1821-1891)
Eh bien, pour mettre la feuille de route on achète un de ces étuis de fer-blanc que vous avez dû voir pendre en bandoulière au côté des hommes congédiés.Émile Gaboriau (1832-1873)
Quelquefois, à défaut d'autres choses, ils font bien des ovations et des triomphes, mais ce qu'ils préfèrent à tout, c'est de voir mener pendre.Pétrus Borel (1809-1859)
Elle était blanche, délicate, mince et fort jolie : elle laissait pendre, comme un enfant, de beaux cheveux blonds naturellement bouclés.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
On dit qu'il avait fait pendre un cheval vicieux dans son écurie, pour servir d'exemple aux autres.Denis Diderot (1713-1784)
A peine, çà et là, des arbres isolés, entre autres quelques-uns de ces saules, dont les baguettes servaient autrefois à pendre les gens de petite condition.Jules Verne (1828-1905)
Est-ce que, s'il avait eu du cœur, il serait allé se pendre à vos crocs comme il l'a fait.Émile Gaboriau (1832-1873)
Ils avaient oublié déjà leur mésaventure, et disaient pis que pendre du ballet et de la cantate.Paul Féval (1816-1887)
Certains raffinés, lorsqu'ils étaient à cheval, avaient même un ventre si rembourré et si proéminent qu'il semblait pendre par-dessus le pommeau de la selle.Jules Verne (1828-1905)
Un second passa sur son corps avec précaution, s'accrocha à ses jambes et laissa pendre les siennes ; puis un autre ; puis dix se suspendirent ainsi, les uns aux autres.Henri de La Blanchère (1821-1880)
Le mot trouva immédiatement de l'écho ; il en trouve toujours et cela ne peut être autrement, puisqu'il promet pis que pendre : scandale nécessaire, catastrophe, péripéties.Paul Féval (1816-1887)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PENDRE » v. act.

Attacher quelque chose par la partie d'enhaut. On pend les cloches dans un clocher, les lampes dans les Eglises. Les Evêques ont une croix penduë au cou. Il faut pendre ce tableau sur la cheminée, l'y attacher. On dit aussi, Les cheveux luy pendoient sur ses épaules. Elle faisoit pendre ses juppes, pour dire, traisner.
 
PENDRE, signifie aussi, S'attacher à quelqu'un, le carresser. Cette femme a toûjours un enfant pendu à son cou. Ce mary est toûjours pendu au cou de sa femme, il ne la peut quitter. Ce prodigue a toûjours trois ou quatre escornifleurs pendants à ses costez, qui le suivent par tout.
 
PENDRE, se dit aussi du supplice de la potence, de ceux qu'on y attache & qu'on y estrangle. On pend les larrons & ceux qui se battent en duel. On pend par les pieds ceux qui se sont pendus eux-mêmes, qui se sont deffaits. Judas se pendit par desespoir.
 
PENDRE, se dit figurément en choses morales. Pendre l'épée, les armes au croc, c'est à dire, Renoncer à la guerre. Ce procés est pendu au croc, c'est à dire, qu'on ne poursuit plus cette affaire, qu'elle est abandonnée.
 
PENDRE, est aussi s. m. Il a merité cent fois le pendre, c'est un traistre qui ne vaut pas le pendre.
 
PENDRE, se dit proverbialement en ces phrases. Par compagnie on se fait pendre, se dit quand on fait quelque chose pour complaire à sa compagnie. On dit aussi, Dire pis que pendre de quelqu'un, quand on en mesdit outrageusement. On dit aussi, Je veux qu'on me pende, si je le fais, on me pendroit plustost. Il se feroit pendre pour avoir de l'argent, lors qu'on veut témoigner l'estrange affection ou avidité qu'on a pour quelque chose. On dit aussi quand on a manqué quelque belle occasion, Aprés cela il faut se pendre. On dit aussi, Autant vous en pend à l'oeuil, pour dire, Pareil accident vous menace, vous peut arriver. On dit encore, Les grands voleurs pendent les petits.
 
PENDU, UË. part. pass. & adj. Pendu en haut, pendu au croc.
Le mot du jour Mots bleus Mots bleus

Des mots bleus, comme le bleu de ses yeux. Un bleu comme on en voit en Belgique où « être bleu de quelqu’un » c’est en être fou amoureux, au-delà des mots.

Aurore Vincenti 20/04/2020