Email catcher

priver se priver

Définition

Définition de priver ​​​ verbe transitif

Empêcher (qqn) de jouir d'un bien, d'un avantage présent ou futur ; lui ôter ce qu'il a ou lui refuser ce qu'il espère. ➙ déposséder, frustrer. Priver un enfant de dessert. Priver un héritier de ses droits. La peur le prive de tous ses moyens. Être privé de sommeil.

Définition de se priver ​​​ verbe pronominal

Renoncer à qqch. volontairement. Il se prive de tout. Elle ne se prive pas de vous dénigrer : elle vous dénigre souvent. sans complément S'imposer des privations. Elle a horreur de se priver.

Conjugaison

Conjugaison du verbe priver

actif

indicatif
présent

je prive

tu prives

il prive / elle prive

nous privons

vous privez

ils privent / elles privent

imparfait

je privais

tu privais

il privait / elle privait

nous privions

vous priviez

ils privaient / elles privaient

passé simple

je privai

tu privas

il priva / elle priva

nous privâmes

vous privâtes

ils privèrent / elles privèrent

futur simple

je priverai

tu priveras

il privera / elle privera

nous priverons

vous priverez

ils priveront / elles priveront

Synonymes

Synonymes de priver verbe transitif

déposséder, démunir, dépouiller, destituer, spolier (littéraire)

frustrer, sevrer

Exemples

Phrases avec le mot priver

Il n'y a donc aucune raison de se priver d'oeufs ou de beurre.Ça m'intéresse, 10/04/2020, « Le gras est-il mauvais ? »
Dès lors, leur refus d'acheter ne pouvait priver l'intermédiaire de son droit à rémunération.Capital, 19/02/2019, « Immobilier : sans acte de vente, les frais d'agence sont-ils… »
L'arrêt qui me privera du titre de sa fille, ne l'autorisera-t-il pas à me punir de l'avoir porté ?Joseph Fiévée (1767-1839)
Nous ne souhaitons vous priver d'aucun de vos droits.Europarl
Dès lors il résolut de nous priver de tout rapport avec un peuple libre.Joseph Fouché (1759-1820)
Nous ne pouvons pas nous priver des moyens d'entreprendre une action efficace.Europarl
Pourquoi, en effet, se priver d'un collaborateur brillant si un mari exceptionnel venait à entrer dans la famille ?Capital, 03/06/2015, « Clarins : les coulisses d'une succession bien huilée »
Mais si elle ne la possède pas elle-même, ou si, l'ayant possédée, elle l'a perdue, faut-il aussi en priver l'enfant ?Clarisse Bader (1840-1902)
Comme ceux-ci cotisent pour financer ce dispositif, autant ne pas se priver.Capital, 12/08/2020, « Bilan de compétences, coaching, financement... les outils pour réorienter votre… »
Non seulement il n'assimile pas les végétaux, mais le priver de viande peut lui être fatal.Ça m'intéresse, 19/10/2019, « Le business incroyable des aliments pour chiens et chats »
Je ne veux pas vous en priver plus longtemps !Octave Feuillet (1821-1890)
Mais c'est surtout risquer de se priver de faire de bonnes affaires.Capital, 07/05/2020, « Jusqu'où le burger va-t-il envahir nos restaurants ? »
Cette dernière considération doit prévaloir et même une absence non-excusée ne peut en conséquence priver un prévenu d'une défense effective.Revue internationale de droit pénal, 2013 (Cairn.info)
Car se priver de ce qui nous fait du bien nous rend encore plus accro.Ça m'intéresse, 05/08/2021, « Comment perdre du poids sans suivre de régime ? »
Aussi, ne serai-je pas si cruel que de le priver immédiatement de cette jouissance.Jules Lermina (1839-1915)
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de PRIVER v. act.

Retrancher, oster quelque chose à quelqu'un. L'homme est bien malheureux, quand Dieu le prive de ses graces. Ceux qu'on excommunie sont privez des Sacrements. Les devoluts ont lieu pour priver les indignes de leurs Benefices. Le Roy a privé cet Officier de sa charge, de ses gages.
 
PRIVER, signifie aussi, Manquer d'obtenir, s'abstenir de quelque chose. Cet accident l'a privé de son esperance. Les gens de vertu se privent des plaisirs temporels, pour jouïr des spirituels. Un amy se prive de beaucoup de choses pour en assister son ami.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.