robe

définitions

robe ​​​ nom féminin

anciennement et en Orient Vêtement d'homme d'un seul tenant descendant aux genoux ou aux pieds.
moderne Vêtement distinctif de certains états ou professions (hommes ou femmes). Robe de magistrat, d'avocat. —  anciennement Les gens de robe, les hommes de loi. Noblesse de robe.
Vêtement féminin de dessus, d'un seul tenant, de longueur variable. Une robe longue, courte. Robe de soie. —  Robe du soir. Robe de mariée.
Vêtement d'enfant en bas âge. Robe de baptême.
Robe de chambre : long vêtement d'intérieur, pour homme ou femme. ➙ déshabillé, peignoir. Des robes de chambre. —  Pommes de terre en robe de chambre (ou robe des champs), cuites avec leur peau.
Pelage de certains animaux (cheval, fauves…). La robe d'une panthère.
Feuille de tabac enveloppant un cigare. ➙ cape.
Couleur d'un vin.

synonymes

robe nom féminin

tunique, fourreau

[Antiquité ou d'avocat, de professeur] toge, épitoge, tunique, [Antiquité grecque] chiton

[Religion] soutane, aube, froc

[d'un cheval] pelage

[d'un cigare] cape

[d'un oignon] pelure, peau

[d'un vin] couleur

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'arrive donc et je suis reçu dans le petit salon que tu connais par une femme couchée sur une chaise longue, en robe de chambre vaporeuse.Paul Bourget (1852-1935)
Ma mère accourt, elle me saisit, elle m'arrache tout noir de la boue puante, et la première chose, troussant ma petite robe, vlin !Frédéric Mistral (1830-1914)
Et elle continua d'insister sur l'extrême besoin qu'elle avait d'une robe non brodée pour ce jour spécial.Marguerite Audoux (1863-1937)
Elle rentrait de chez la cliente avec un visage si bouleversé, que tout le monde pensa qu'un malheur était arrivé à la robe.Marguerite Audoux (1863-1937)
Les guerriers les plus distingués se contentèrent ensuite de toucher le bord de sa robe.James Fenimore Cooper (1789-1851), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Encore un peu, elle aurait pris une robe lamée comme pour aller à la cour.Honoré de Balzac (1799-1850)
Des disques en diamant parsemaient sa longue robe bleue ; et des chaînes, qui s'enfonçaient sous les dalles, l'attachaient au sol par les talons.Gustave Flaubert (1821-1880)
Ces chevaux, à la robe blanche et immaculée, nourris aux frais du trésor public, n'étaient soumis à aucun travail, à aucune des entraves de la selle et du licou.Saintine (1798-1865)
Ils sont en général assez pauvres : les hommes aussi bien que les femmes sont tout nus sous leur robe et n'ont jamais porté de chemise.Nicolas Ambroise Kubalski (1794-1873)
Cette robe de toile avait été faite en grande hâte, et ne servit que cette fois.Louis Constant Wairy (1778-1845)
Elle mit une robe sombre ; elle allait et venait dans la maison, parlait à ses gens avec une douceur inaccoutumée...Edmond Haraucourt (1856-1941)
Laissez-moi coucher, j'arrangerai mes affaires demain ; et si ma robe vous plaît tant, vous sauverez votre âme.Honoré de Balzac (1799-1850)
Enfin souhaitant, pour la première fois de sa vie, de paraître à son avantage, elle connut le bonheur d'avoir une robe fraîche, bien faite, et qui la rendait attrayante.Honoré de Balzac (1799-1850)
Voilà la doctrine d'un homme qui n'avoit point d'autre principe de droit public que ceux de nos gens de robe.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Rien qu'à le voir, on devinait cette science empreinte dans les gestes de sa personne et dans les plis de sa robe.Victor Hugo (1802-1885)
Et ç'a été des dîners, des voitures, le théâtre, une montre pour lui, une robe de soie pour moi ; car il n'a pas mauvais cœur, quand il a de l'argent.Émile Zola (1840-1902)
Elle l'attacha autour de sa gorge, sur sa robe montante, et demeura en extase devant elle-même.Guy de Maupassant (1850-1893)
Elle se profilait sur le fond brillant de l'horizon avec sa longue robe blanche qui tombait jusqu'à terre.Guy de Maupassant (1850-1893)
On m'assura, au manége, ne pas l'avoir vue de la journée ; on me fit voir sa robe.Céleste de Chabrillan (1824-1909)
La robe et la femme étaient sans grâce ni fraîcheur, le velours était miroité comme le teint.Honoré de Balzac (1799-1850)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ROBBE » s. f.

Vestement qui couvre tout le corps. Une robbe de chambre est celle qu'on vest à l'aise, & qui sert durant qu'on se peigne, qu'on s'ajuste, qu'on garde la chambre. On vest les enfans d'une robbe, quand on leur oste le maillot. Les femmes font leurs visites de ceremonies en robbes détroussées : elles ont un corps de robbe, & un bas de robbe. Quand on saluë les Princesses, on leur baise par respect le bas de la robbe. Ce mot vient de raupa ou rauba, qui signifioit en Latin un habit, aussi-bien que desrober, pour dire, voler. Quelques-uns croyent qu'il a été fait de l'Alleman rauben. Menage.
 
ROBBE, à l'égard des hommes, ne se dit que du vestement que portent les gens de Justice & les Graduez, qu'on appelle pour cela gens de robbe, ou de robbe longue. C'est un ample vestement qu'on met pardessus l'habit ordinaire, qui descend jusqu'aux talons, & qui a les manches fort larges à l'égard des Laïques, & fort estroites à l'égard des Ecclesiastiques. Les Conseillers de Cour Souveraine & les Medecins portent la robbe rouge. On ne reçoit les Magistrats qu'en robbe de serge. Les Docteurs sont toûjours en robbe & en bonnet dans la Sorbonne. On dit qu'un homme porte la robbe au Palais, pour dire, qu'il est Advocat, qu'il suit le Barreau. Les Eschevins & les Bedeaux ont des robbes mi-parties. Presque tous les Corps ont des robbes de ceremonie. JESUS-CHRIST chassa du festin celuy qui n'avoit pas la robbe nuptiale.
 
En general la robbe se prend pour la profession opposée à celle des armes.
 
A la fin j'ay quitté la robbe pour l'épée.
 
C'est le premier vers du Menteur. La Noblesse d'épée se met au dessus de celle de robbe. Le credit de la robbe est bien diminué. Ce coup est bien hardi pour un homme de sa robbe, de sa profession.
 
On appelle un Lieutenant Criminel de robbe courte, un Juge qui porte l'épée, qui donne la chasse aux brigands & malfaiteurs, qui est comme les Prevosts des Mareschaux. On distingue aussi entre quelques Officiers, ceux de robbe courte, qui ne sont pas examinez sur la Loy. On appelle aussi un Chirurgien de robbe longue, celuy qui a été sur les bancs, qui a été receu avec examen, qui ne tient point boutique, & qui a des boestes à son enseigne, au lieu des bassins qu'ont les Chirurgiens Barbiers. Maintenant ces Corps sont confondus, & ces distinctions n'ont plus de lieu.
 
ROBBE, se dit par extension des choses qui environnent. La robbe des feves est la peau qui les couvre. On appelle aussi la robbe des avelines, des noisettes & des glands, cette petite partie qui les couvre à demi, & par laquelle elles sont attachées à l'arbre. Robbe d'andouille est le gros boyau qui enferme les autres.
 
ROBBE, se dit proverbialement en ces phrases. Ventre de son, & robbe de velours, se dit des femmes qui épargnent sur leur bouche pour estre bien parées. On dit aussi, Belle fille, & vieille robbe, trouvent souvent qui les accroche. On dit aussi de celuy qui fait vanité de quelque chose, qu'il s'en pare comme de sa belle robbe. On dit encore, Selon le drap la robbe, en parlant de choses qui ont du rapport ou de la proportion entr'elles. On dit aussi, Cela ne vous deschire pas la robbe, pour dire, Vous n'avez pas lieu de vous en offenser. On disoit autrefois, On luy a couppé la robbe au cu, pour dire, On l'a deshonorée, parce que c'étoit le traittement qu'on faisoit aux femmes de mauvaise vie. On dit encore de celuy qu'on a fort pressé de demeurer, de disner, ou de faire quelque chose, qu'on a failli à luy déchirer sa robbe. On dit encore d'une belle femme, ou de toute autre chose qu'on estime, que c'est une bonne robbe : suivant une phrase Italienne, bona roba ; car en cette Langue roba signifie toute sorte de meubles ou de choses.