tarir

 

définitions

se tarir ​​​ verbe pronominal

La source s'est tarie. —  au figuré Sa veine poétique s'est tarie. ➙ s'épuiser.

tarir ​​​ verbe

verbe intransitif
Cesser de couler ; s'épuiser. La source a tari, vient de tarir (➙ tari). Ses larmes ne tarissent plus.
La conversation tarit, s'arrête parce qu'on n'a plus rien à se dire. —  (personnes) Ne pas tarir : ne pas cesser de parler. Il ne tarit pas sur ce sujet (➙ intarissable).
verbe transitif Faire cesser de couler ; mettre à sec. ➙ assécher. La sécheresse a tari les ruisseaux.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je taris

tu taris

il tarit / elle tarit

nous tarissons

vous tarissez

ils tarissent / elles tarissent

imparfait

je tarissais

tu tarissais

il tarissait / elle tarissait

nous tarissions

vous tarissiez

ils tarissaient / elles tarissaient

passé simple

je taris

tu taris

il tarit / elle tarit

nous tarîmes

vous tarîtes

ils tarirent / elles tarirent

futur simple

je tarirai

tu tariras

il tarira / elle tarira

nous tarirons

vous tarirez

ils tariront / elles tariront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Caroline se rapprocha davantage du lit afin de ne pas voir tarir à sa source ce premier épanchement d'indulgence dont elle était altérée.Léon Gozlan (1803-1866)
Mais c'était un mal social, et rien ne pouvait en tarir la source, à moins qu'une société nouvelle ne vînt remplacer la société antique.Jules Michelet (1798-1874)
Dans un monde où les frontières s'ouvrent, le flot des réfugiés n'est pas près de se tarir.Europarl
Ses yeux étaient devenus deux fontaines de larmes qui ne pouvaient tarir : loin d'eux s'enfuyait le doux sommeil, qui charme les plus cuisantes peines.François de Fénelon (1651-1715)
Des forces radicales exercent leur influence par le biais de services sociaux et éducatifs et nous ne devons pas nous contenter de contribuer à tarir leurs sources de financement.Europarl
Le commerce est comme certaines sources : si vous voulez détourner leur cours, vous les faites tarir.François de Fénelon (1651-1715)
Tant de guerres, tant de désastres et de servitudes, n'ont pu tarir la mamelle de la vache sacrée.Jules Michelet (1798-1874)
Elle rougit, et baissa des yeux qui se remplissaient de larmes ; mais la suite vint les tarir.Isabelle de Montolieu (1751-1832)
L'artiste, menacé dans sa gloire, n'était plus sensible à d'autres douleurs ; un instant avait suffi pour tarir dans cette âme orgueilleuse la source longtemps préservée de l'amour.Marie d'Agoult (1805-1876)
Il s'agit, comme toujours, d'énerver le principe de vie, de tarir à petit bruit l'avenir en sa source.Edgar Quinet (1803-1875) et Jules Michelet (1798-1874)
L'arbre robuste de la joie rustique voit sa sève tarir, ses feuilles se teindre de jaune.Charles Wagner (1852-1918)
Que la concurrence tend à tarir les sources de la consommation et pousse la production à une activité dévorante ?Frédéric Bastiat (1801-1850)
Puis la lave, après avoir fait encore quelques pas, sentant la source qui l'alimentait se tarir, s'arrêta tout à coup à son tour.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il avait quatre-vingts ans, mais sa sève bretonne ne pouvait point se tarir avec les années.Albert Delpit (1849-1893)
Par contre, sans protection sérieuse, le développement technique peut mettre en cause les droits d'auteur et par conséquent, tarir la création.Europarl
Enfin il devient la victime du désespoir ; une funeste langueur dessèche ses viscères, et va tarir dans son cœur les sources de la vie.François-Maximilien Bibaud (1823-1887)
Les larmes, qui d'abord avaient jailli de ses yeux devant cette figure tant aimée, venaient de tarir, et elle attachait maintenant sur elle des regards durs et secs.Léon Séché (1848-1914)
Mais lorsque, après trois jours d'anéantissement, elle retrouva toute sa mémoire pour souffrir, ce fut une crise de larmes, un flot amer que rien ne pouvait arrêter ni tarir.Alphonse Daudet (1840-1897)
D'autres essaient de tarir l'indifférence : on leur préfère les démolisseurs à grands cris de haine.Hector Bernier (1886-1947)
J'ai été aimé, trop aimé : l'ange qui m'environna de sa tendresse mystérieuse ferma pour jamais, sans les tarir, les sources de mon existence ( ?).Jules Lemaître (1853-1914)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TARIR » v. act. & n.

Espuiser la source d'un ruisseau, d'une fonteine. Les Grecs disent que l'armée de Xerxés étoit si nombreuse, qu'elle tarissoit les fleuves où elle campoit. Cette source est tarie depuis quelque temps, l'eau a pris son cours ailleurs. L'esté a été si sec, que les puits ont été taris : il faut les tarir pour les curer. Ce mot vient, selon Nicod, de arere, & tari de aridus.
 
TARIR, se dit figurément en choses morales. Ce Prince a tari la source de nos maux, de nos pleurs. Un esprit fecond, qui ne se peut tarir ou espuiser.
Vidéos La redingote, par Karim Duval La redingote, par Karim Duval

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

05/03/2020